Tag Archives: Le Messager

Jean Vincent TCHIENEHOM nouveau Directeur de publication du quotidien Le Messager [updated]

Jean Vincent TCHIENEHOMLe quotidien Le Messager paraissant au Cameroun a un nouveau Directeur de la publication. Il s’agit de Jean Vincent TCHIENEHOM. Il a été nommé ce 18 juillet 2013 à l’issue d’une Assemblée générale de la société éditant Le Messager. L’intégralité du communiqué de presse rendu public à l’occasion:

Douala, 18 juillet 2013. L’ Assemblée générale de la société éditrice du Messager, annonce la nomination de Jean Vincent TCHIENEHOM au poste de directeur de publication du quotidien Le Messager. Désigné ce jour au terme d’une session ordinaire, Jean Vincent TCHIENEHOM a la triple mission immédiate de (i) densifier le journal dans sa pagination et son contenu, (ii) de renforcer sa viabilité économique et (iii) de relancer l’édition numérique du premier titre de presse indépendant du Cameroun. Continue reading

Quelques photos des obsèques de Pius Njawé

PIUS NJAWE

Le dernier hommage à Babouantou

Fin de parcours. Pius Njawé,fondateur et directeur de publication du quotidien Le Messager repose dans son village natal, Babouantou. A 2 mètres sous terre. Il y a été inhumé le samedi dernier, 7 août 2010.
Peut de dire que j’ai connu l’homme. J’ai été employé par ce quotidien pendant trois années. Trois années sur lesquelles j’aurais l’occasion de revenir. Plus tard. Je reviendrais aussi pour parler de cet homme dont on avait encore besoin. Ce que j’ai vécu à Babouantou à l’occasion de ses obsèques m’a offert une autre façon de voir Pius Njawé. Ce qui m’oblige à l’exprimer quand le moment sera venu. En attendant, voici quelques instants de ces obsèques que j’ai capturés avec un appareil photo. Des images ça et là que je partage avec vous chers visiteurs. C’est peu pour vous raconter ce qui s’y est passé. J’en suis conscient. Mais, je n’ai pas mieux pour le moment…

Edouard TAMBA

Pius Njawé et la prévention routière

PIUS NJAWE

Gars tu es au courant?” “Gars ton ancien boss est mort” ” Gars blablabla“… Le réveil a plutôt été brutal. Et triste. Tout ces coups de fils pour parler du décès de Pius Njawe, Directeur de publication du quotidien Le Messager au Cameroun. Mon patron trois années durant. Je reviendrais probablement sur l’homme que j’ai connu. Mais ce matin, je voudrais publier cet article sur mon blog. J’en suis l’auteur, à une époque où j’étais stagiaire au quotidien Le Messager. C’est à l’occasion de cet conférence que je le rencontre vraiment pour la première fois. Le coordonnateur de la rédaction à l’époque, Jean François Channon me présente et il me lâche son traditionnel “ça va?”. J’ai choisi cet article pour illustrer la cruauté du sort. Ce n’était pas suffisant de perdre sa compagne dans un accident de la circulation. Il a fallu qu’il y passe aussi. Et pourtant, il avait fait de la prévention routière un cheval de bataille…

R.I.P Dp

PRÉVENTION ROUTIÈRE

Les usagers de la route sensibilisés à Yaoundé

La Fondation Jane and Justice (Fjj) a rencontré les médias de la capitale hier, 21 décembre 2006

Face à la gravité de la situation, le modérateur, Jean-Célestin Edjangue, commence son propos par des chiffres issus d’une étude menée par la Fondation Jane and Justice. On apprend alors que près de 1200 personnes en moyenne ont perdu la vie sur les routes en 2005 au Cameroun. Au regard de ces statistiques, il est question de “ savoir si notre société est prête à mener une guerre totale contre l’inconscience et le laxisme ”, poursuit-il. Car, “ il n’est pas question que je me suicide avec la complicité de quelques chauffards ”, lance Kouokam Narcisse, représentant de la société civile. Cet humoriste tient à aller au cimetière à pas lents.

Ce combat est aussi mené par la Fjj à travers la semaine de la prévention routière. Le thème retenu porte sur : “ Jeunesse, médias et prévention routière ”. Mais, “ plus on en parle et plus les gens meurent sur la route ”, déplore Pius Njawe, le secrétaire exécutif de la Fjj. Pour illustration, il indique qu’autour de la ville d’Edéa, les accidents de la circulation sont la deuxième cause de mortalité, derrière le paludisme. Les chiffres du secrétariat d’Etat à la défense (Sed) sont plus précis : 875 accidents mortels dont 1150 décès et 6245 blessés pour l’année 2005. Dans son propos, le Lieutenant-colonel Bidja Henri Robert, représentant du Sed, signale que plus de 47.000 infractions au Code de la route ont été recensées par la gendarmerie nationale.

Selon le représentant du ministère des Transports, Ngoumbe Zacharie, 20 % des accidents sont causés par des problèmes techniques. Les données issues de leurs radars annoncent que 80 % des particuliers roulent en excès de vitesse. Pour ce qui est des causes, le représentant du Sed pense qu’il faut s’interroger sur l’état des routes, des véhicules, des chauffeurs et des hôpitaux. A propos de ces hôpitaux, il affirme que seulement 20 à 25 % des victimes meurent sur le champ.

Au cours de la rencontre, de nombreuses accusations sont formulées contre les transporteurs. Leur représentant, Tonfak Charles, s’en défend : “ Nous avons toujours la malchance d’être indexés. ” Il avoue qu’ils sensibilisent leurs chauffeurs et “ nous promettons de ne pas nous fatiguer de prodiguer les conseils ” dans le cadre de l’Association des professionnels du transport interurbain des personnes du Cameroun (Aprotipcam). Pour lui cependant, l’action n’est pas encore visible et “ Nous avançons lentement parce que nous sommes pressés ”, explique-t-il. Devant cette “ courbe des accidents ascendante, tous les acteurs sont interpellés ”, reconnaît le Commissaire divisionnaire Hamadou Kary, représentant de la Délégation générale à la sûreté nationale (Dgsn).
Dans la même lancée, Le représentant du Mintransports appelle à une implication plus effective de tout le monde, et rassure que son département ministériel soutient toutes les initiatives de prévention routière. Mais, pour plus d’efficacité, ce dernier souhaite que “ chacun joue son rôle ”, comme dans un orchestre de musique. Les médias, cibles particulières de cette rencontre, se sont plutôt faits rares.

Cette troisième édition de la semaine de la prévention routière s’achève aujourd’hui par un défilé de motos – taxis à Douala. Dans ce cadre, un atelier de formation réunit des journalistes dans la capitale économique en début de semaine. Et plusieurs activités ont été menées depuis le 18 décembre, avec la distribution des prospectus et autocollants portant des messages de sensibilisation. Tout ceci pour “ arrêter l’hécatombe ”.

YAOUNDE, 22 DEC. 2006
© Edouard Tamba | Le Messager

Magic Fm ne défendra pas son titre

TOURNOI INTERMEDIAS

Magic Fm ne défendra pas son titre

Un tournoi inter médias délocalisé de la ville de Yaoundé. Le Club des journalistes solidaires du Cameroun tient son pari. Les sept équipes retenues pour la 7e édition du tournoi inter médias de football (Timef), opposant des entreprises de presse, s’affronteront sur les berges de l’océan atlantique. La ville balnéaire de Kribi ayant été choisie pour accueillir la compétition. Les protagonistes sont répartis en 2 poules, A et B. Au terme du tirage au sort organisé vendredi 8 mai à Yaoundé, il ressort que la poule A est composée de Club médias Ouest, Radio Tiéméni Siantou (Rts) et Cameroon radio and television (Crtv). Ces trois équipes évolueront sur le stade du Lycée de Kribi. Quant à la poule B, on y retrouve les quotidiens Le Jour et Le Messager, la Société de presse et d’édition du Cameroun (Sopecam) et l’association Comfoot. Ce quatuor en découdra sur le terrain du Centre national de la jeunesse et des sports (Cenajes).
Les sept protagonistes ont intérêt à bien se préparer. Surtout qu’il n’y a aura pas de 2e tour. “ Le champion de chaque poule est d’office qualifié pour la finale qui se jouera sur le stade du Cenajes ”, annonce le commissaire du Timef 2009, Sandeau Nlomtiti. Les matches se joueront en deux manches de 25 minutes chacune. Et deux autres manches de 10 minutes en cas d’égalité à l’issue du temps réglementaire. Il est à noter que “ les remplacements sont illimités ” ; mais “ les autres lois du football arrêtées par la Fifa seront appliquées ”, précise le commissaire de la compétition. Les organisateurs de la compétition auraient souhaité avoir dix équipes comme d’habitude. Quatre équipes masculines par poules, et deux équipes de femmes pour un match d’exhibition. “ Les dames n’ayant pas donné les garanties de présenter deux équipes, il fallait revenir à huit ”, explique Sandeau Nlomtiti.
Il se trouve que les exigences de ces dernières n’ont pu être satisfaites. “ Les organisateurs n’ont pas accepté prendre en charge le transport et les repas de femmes ”, indique Marie-Noëlle Guichi du quotidien Le Messager. En dehors des femmes, une équipe d’hommes manque à l’appel ; malgré la profusion de médias. C’est le cas du vainqueur de la dernière édition du Timef en 2008 à Yaoundé. Magic Fm ne défendra pas son trophée cette année. “ Ils sont entrés en contact avec moi avant les délais. Puis ils sont repartis et n’ont plus fait signe ”, dit le commissaire de la compétition à propos de cette chaîne urbaine de Yaoundé. Selon Sandeau Nlomtiti, Magic Fm est réapparu alors que la pression du sponsor de la compétition exigeait déjà la liste des équipes affiliées. “ Nous avions la pression de notre partenaire Mtn, on ne pouvait pas faire autrement ”, explique-t-il. “ Nous voulions participer, mais on n’a pas été informé ”, assure le chef de chaîne de Magic Fm. Ce dernier dit avoir tout de même rencontré le président du Club des journalistes solidaires du Cameroun. “ Samnick nous a dit qu’une lettre nous avait été adressée par le comité d’organisation. Nous n’avons jamais reçu cette lettre. Mais ce n’est pas grave ”, relativise-t-il.

Edouard TAMBA

Les hackers s’emparent du site de Le Messager

PIRATERIE 2.0

Les hackers s’emparent du site de Le Messager

Je ne sais à quelle heure ils ont frappés. Toujours est-il que c’est aux environs de 20h que je m’en suis rendu compte. Le site Internet du quotidien Le Messeger est pris en otage. Les pros parlent de hackers. Une espèce de pirates du cybermonde qui s’introduisent dans les sites (grâce aux défaillances du  système de sécurité?) et modifient les contenus à leurs convenances. Quand vous tapez http://lemessager.net , ça affiche la réclame ci-dessous.

hackers

Ils disent être des hackers musulmans appelant à la mort des Etats-Unis et d’Israël. Je ne peux m’empêcher de  poser la question: “Pour nous quoi là dedans?” Quelques semaines plus tôt c’était le site de la direction des Douanes, nos confrères de la Nouvelle Expression, et d’autres.  A qui le tour?

E.T.