Tag Archives: Fifa

Amos Adamu: “As far as I’m concerned I’m not guilty”

AMOS ADAMU

Amos Adamu

“As far as I’m concerned I’m not guilty…”

Amos Adamu, the Nigerian member of the FIFA Executive Committee suspended pending an investigation by the FIFA ethics committee, has spoken exclusively to Farayi Mungazi of BBC World Service. Today Adamu broke his silence to discuss how the allegations against him are untrue, that he welcomes FIFA’s investigation into the matter and that he believes he will be cleared of any wrong-doing in order to carry on his FIFA role.

This is a transcript of the full interview by Farayi Mungazi of BBC World Service

Farayi Mungazi: What is your reaction to your suspension and this investigation?

Amos Adamu: Well you might have known that a newspaper in London made allegations against me and FIFA did the normal thing the ethics committee will investigate this. We’ve met with the ethics committee and they’ve given us the protocols and I’m very happy about it because this will enable the whole world to know the truth of the matter. As far as I’m concerned I’m not guilty of what they are saying. But the ethics committee is a committee that is credible. FIFA is a credible organisation and I’m sure that the whole truth will come out of it. I welcome it.

FM: When you say the whole truth, you say that you’re not guilty, how confident are you that you will come out of this clean because in the eyes of many, you are not?

AA: I’m very, very confident because what was pushed to the public is not a true reflection of what really transpired between me and the journalists. And I believe that this committee… we’ll leave it for them. I’m not supposed to say anything about it. They will investigate it. I believe in the credibility of FIFA and I believe in the credibility of the FIFA President so I know that my reputation is intact and the investigation will prove the correct thing.

FM: You say you believe in the credibility of FIFA and in the credibility of the ethics committee, but do you believe in your own credibility because in the eyes of many people you’re not a credible person at all.

AA: Oh yes…I’m sure that by the time I come out of this they will know that I’m a very credible person and I still maintain that I’m a very credible person and I believe this investigation will prove it.

FM: The FIFA President, the other day said, that there are many devils in our society and that some of those devils are found in football. Do you think he had you in mind?

AA: No no no no no. The FIFA President is a credible person and I’m sure when he makes statements he knows what he’s talking about. But let’s leave it at this. I know I’m a very credible person and what is more important is that this committee will do a thorough job and the whole truth will come out.

FM: Is football a corrupt business?

AA: (pause) I wouldn’t say so, no.

credit: Farayi Mungazi of BBC World Service

EMMANUEL MARADAS: « Je crois fermement que les Lions seront en Afrique du Sud »

EMMANUEL MARADAS

Emmanuel Maradas (Ph TAMBA)« Je crois fermement que les Lions seront en Afrique du Sud »

Fifa media delegate, il était à la tête de la délégation de la Fédération internationale de Football association (Fifa) qui vient de séjourner au Cameroun avec le trophée de la Coupe du Monde. Un pays qu’il connaît bien parce que voisin de son Tchad natal, mais surtout pour y avoir fait ses classes de journalisme. Emmanuel Maradas fait partie de la 3e promotion de l’Ecole supérieure internationale de journalisme de Yaoundé, actuelle Esstic. Il parle de la Fifa world cup trophy tour en Afrique, des chances de l’Afrique au prochain mondial, de la qualification du Cameroun…

Comment se déroule la Fifa world cup trophy tour en Afrique ?

L’objectif c’est de partir du Caire au Cap, pour retracer un peu l’histoire. C’est dans cet esprit qu’on a entamé cette grande mission. On a fait presque toute l’Afrique du Nord, on a sillonné aussi tout les pays de l’Afrique de l’Ouest, sauf bien sûr la Guinée. On n’y est pas allé pour des raisons que vous connaissez. Et nous à la Fifa, on a transférer la rencontre qui devait opposer le Sily national aux Etalons du Burkina, à Accra. Mais ce n’est qu’une partie remise. On va certainement y retourner. C’est un peu le cas de la Lybie aussi. Le colonel Khaddafi étant absent a tenu à ce que nous soyons là. Mais aller attendre à Tripoli, cela allait bouleverser notre programme avec les chefs d’Etat. Vous ne pouvez pas les faire attendre, lorsque vous avez 18 chefs d’Etats qui sont là pour vous recevoir. On a décidé de partir, et de renvoyer le voyage de Tripoli, qu’on va absolument faire pendant cette tournée, soit à l’escale de N’Djamena, soit à l’escale de Khartoum.

Quelle signification la Fifa donne-t-elle à cette opération en Afrique ?

Vous savez que 2009 c’est l’année de l’Afrique. Ce n’est pas un hasard si le président de la Fédération a donné l’organisation des grandes compétitions à l’Afrique. L’Afrique du Sud a organisé la Coupe des Confédérations en juin dernier, l’Egypte vient d’achever les U-20, le Nigeria commence avec les U-17. Tout ça, c’est pour préparer les esprits à aller le 11 juin prochain en Afrique du Sud. L’Afrique du Sud n’organise pas cette compétition pour elle, elle l’organise pour tout le continent africain. C’est pour ça que nous sommes ici, pour sensibiliser les uns et les autres. Il faut que nous fassions tout pour relever le défi, c’est énorme. Les afro sceptiques il y’en a partout. Lorsqu’on octroi l’organisation de la Coupe du monde au continent africain, les gens se demandent s’ils ont les capacités, les moyens, le braintrust pour réussir ce défi. Nous devons ce défi. Sinon, le nom de l’Afrique sera encore entaché, parce que les gens profiteraient de l’occasion pour nous lancer de la boue. Ca nous interpelle tous, c’est aussi ça le but de cette mission où notre partenaire Coca-Cola nous accompagne. Cette tournée va aussi dans le sens d’essayer de renforcer les travaux dans les associations nationales des différents pays. Et aussi renforcer les relations entre ces associations et les ministères de tutelles afin que le travail se déroule dans la symbiose et que le tout soit couronné de succès en 2010.

Le Cameroun avec son palmarès en coupe du monde et son rang selon à la Fifa aurait pu être le premier pays à recevoir ce trophée en Afrique…

On a commencé par le Caire. Vous savez, il y a cet adage qui dit du Caire au Cap. Il y a eu des traversées avant, en moto ou en voiture. On ne néglige pas le Cameroun. Ce pays a contribué à l’avancement du football sur le continent. Ce pays a produit des grands dirigeants à l’instar du professeur René Essomba qui est  un pionnier. Issa Hayatou a repris le flambeau. Aujourd’hui, nous Africains, on est fier de ce que ces fils du Cameroun on fait pour le football non seulement au niveau de l’administration mais aussi au niveau du football pur.  En 1990, Roger Milla et les autres allaient dominer le monde. N’eut été cette erreur d’arbitrage, le Cameroun aurait pu être vainqueur en 1990. Il faut prendre les erreurs comme elles sont et du bon côté, pour que demain on puisse construire. C’est en commettant des erreurs qu’on construit. Ce lui qui ne commet pas d’erreur, c’est celui qui ne travaille pas. Lorsque vous travaillez, vous êtes condamné à faire des erreurs. Je crois que les jeunes camerounais doivent se mettre au travail et faire en sorte que la prochaine édition de la Coupe du monde en Afrique du Sud, reste sur le continent. Ca serait la consécration. Les jeunes ghanéens l’ont prouvé. Je suis sûr qu’entre la Gambie et le Nigeria, pour les U-17, l’un de ces deux pays a de fortes chances de retenir le trophée. Ce ne serait ni une surprise ni un vol, si un pays africain remportait le trophée de la Coupe du monde en Afrique.

Comment s’explique l’absence de Issa Hayatou ?

Là vous me posez une colle. Je ne peux pas véritablement vous répondre. Ce qui est vrai, c’est qu’en venant ici, j’ai reçu un message me demandant de parler au nom du président de la Fifa et également de Issa Hayatou qui est également le président de la Commission d’organisation de la Coupe du monde. Issa Hayatou serait actuellement au Nigeria pour y accueillir le monde. Ce n’est pas par refus qu’Issa Hayatou n’est pas venu. C’est peut-être une question de calendrier. Sauf si je me trompe, il doit être au Nigeria. Il est responsable du pays hôte dans ce sens que c’est le continent africain qui accueille la Coupe du monde des moins de 17 ans. Il l’a fait en Egypte, il est normal, voir logique qu’il soit au Nigeria. Et les voyages sur le continent africain sont tellement difficiles que pour partir d’ici à Abuja il faut d’abord aller à Lagos et attendre pendant des heures et des heures. Ce n’est pas une excuse que j’essaye d’avancer pour lui. C’est juste une question de calendrier, je pense.

Lors de votre discours au palais présidentiel vous étiez affirmatif en ce qui concerne la présence du Cameroun au prochain mondial en Afrique du Sud. Est-ce une nécessité pour la Fifa ?

Ce n’est pas une nécessité pour la Fifa. Mais connaissant le Cameroun… J’ai parlé en face du président de la République, d’abord en tant que enfant de l’Afrique central, et pour nous, faisant partie de cette sous région, voir une Coupe du monde sans le Cameroun, c’est comme avoir un couteau dans la gorge. C’est vrai que cette fois, les Lions avaient débuté timidement. Mais là, ils sont premiers de leur groupe. Connaissant le football camerounais, je suis certain. Quand ils ont le dos au mur, ils réagissent positivement. Je suis sûr qu’ils ramèneront une victoire du Maroc, ce qui les mettrait droit sur le chemin du tirage au sort en Afrique du Sud. Je le dis en tant que Tchadien, en tant que personne faisant partie du Cameroun. Ce serait dommage si le Cameroun ne venait pas à ce qualifier.

Selon vous, quelle équipe africaine a le plus de chance de remporter ce trophée ?

On aura 6 équipes africaines à la Coupe du Monde. Il y a le Ghana, la Côte-d’Ivoire et l’Afrique du Sud qui sont mathématiquement qualifiés. Il y aura certainement un combat assez dur entre les frères du nord, l’Algérie et l’Egypte. Il y a le Cameroun et le Gabon. Etant donné que j’appartiens à cette partie du continent, au niveau de la maturité, je peux dire que le Cameroun est plus avancé que le Gabon.  Même au niveau du football. Ce n’est pas un hasard si vous les avez battu en allez et retour ; ça prouve que quelque part, le Cameroun a une suprématie. Et si le Cameroun manquait le rendez-vous, vraiment ce serait une catastrophe pour cette partie de l’Afrique. Toutes les équipes qui viendraient n’ont pas les souliers du Cameroun, ça serait dommage. Mais moi j’y crois. Je crois fermement que les Lions seront en Afrique du Sud. Qui va gagner ? Là, c’est une question de préparation. Il y a un adage selon lequel « qui veut aller loin ménage sa monture ». Il appartient aux uns et aux autres de se dire : la coupe est chez nous, si on ne là gagne pas cette fois, on ne là gagnera plus. Quand elle sera au Brésil en 2014 ; les Brésiliens feront tout, et les pays de l’Amérique du Sud avec eux. Maintenant qu’on a la chance d’avoir ce trophée, il faut y aller pour gagner. Drogba a déclaré que la Côte-d’Ivoire va gagner. C’est une question de mental. Personnellement je pense qu’il y a deux équipes en Afrique qui peuvent gagner. Si le Nigeria venait à se qualifier, et le Cameroun. Le reste, c’est très difficile. C’est mon point de vue personnel, ça n’engage pas la Fifa.

Le dernier classement Fifa place le Cameroun en tête des équipes africaines. Durant la période précédent ce classement, d’autres pays tels que la Côte-d’Ivoire et le Ghana ont réalisé des performances presque similaires à celles du Cameroun. Quels sont les critères de ce classement ?

Il y a un bureau à la Fifa qui s’occupe de ces classements, ils ont leurs calculs. Lorsque vous rencontrez des petites équipes comme Sao Tomé et Principe, vous ne marquez pas beaucoup de points. Lorsque vous jouez contre l’Italie, vous marquez beaucoup de points. Le Cameroun a fait pas mal de grands matchs. C’est le calcul qui a permis au Cameroun d’être en tête en Afrique. Ce n’est pas un effet du hasard. Quelque part, il y a un travail de fait. Le Guen est arrivé, en un laps de temps, il a effacé ce que Otto Pfister a fait.

Y’a-t-il des dispositions particulières en ce qui concerne les accréditations pour la presse ?

En ma qualité de délégué des médias à la Fifa, je dis aux confrères qui ne sont pas abonnés au Media channel de la Fifa [via www.fifa.com, ndlr] qu’ils ont très peu de chance d’obtenir une accréditation. Même si le Cameroun se qualifie. Cette décision a été prise par la commission des médias. Si vous n’avez pas encore souscrit au Media channel, faites-le. Parce que les formulaires d’accréditation vont partir directement dans les boîtes à lettres de ceux qui sont déjà abonnés. Et ils seront prioritaires. Si vous ne le faites pas, au grand regret vous viendrez dire je suis Camerounais et le Cameroun est qualifié… On vous dira non. Cette fois on va mettre les journalistes africains seront traités comme les autres journalistes du monde. Il n’y pas de faveur. C’est une question respect. Respect des gens qui travaillent qui oeuvrent nuit et jour pour vous, respect de vous-même. Lorsque vous arrivez en règle, on vous respecte. Lorsque vous arrivez en tendant la main, ça fait petit.

Combien personne allez-vous accréditer ?

Il y a plus de 10000 personnes qui demandent déjà à être accréditées sans même qu’on ai lancé la procédure d’accréditation. C’est dire qu’il faut faire vite, abonnez-vous au Media channel

Entretien avec

Edouard TAMBA

Can/Mondial 2010:Comment le Cameroun a frôlé la catastrophe

CAMEROUN-TOGO

La Fecafoot discute avec le commissaire Fifa  (Ph TAMBA)

Comment le Cameroun a frôlé la catastrophe

Le ministère des Sports et de l’Education physique évalue l’organisation locale de la rencontre Cameroun-Togo

Le match de football ayant opposé le Cameroun au Togo le 10 octobre dernier n’est pas fini. La preuve avec la rencontre organisée hier, 19 octobre 2009 par le ministre des Sports et de l’Education physique (Minsep). La réunion dite d’évaluation du match Cameroun/Togo a servi de tribune aux différents responsables ayant été associés à l’organisation locale de s’expliquer, de se justifier ou d’accuser les autres. « C’était une vaste pagaille amèrement constatée par le commissaire du match envoyé par le Fifa… Nous allons bientôt vers la catastrophe. On peut interdire à tout moment le stade Ahmadou Ahidjo », accuse Francis Mveng premier vice-président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot). Il relève que les éléments du service de sécurité du Premier ministre on occupé trop de places à la tribune présidentielle, pénalisant ainsi les autres invités d’honneur. Conséquences, plusieurs personnes étaient assises… sur les marches. Quand aux autres tribunes et au « shabba », c’est « le superlatif absolu au niveau du pire. C’est du bricolage et le mot n’est pas fort », clame Francis Mveng.

Selon lui, les fonctionnaires commis au protocole ne peuvent pas tenir tête à ces autres hauts commis de l’Etat qui s’invite au stade. « Il faut mettre les billets en vente, on verra qui aime le football », suggère-t-il. Bien évidement, le responsable de la commission protocole estime que l’autre exagère. « Il faut reconnaître que nous avons énormément avancé sur ce point », se défend M. Taddo. Les journalistes qui y étaient apprécieront. Mais il y a eu pire. Un cameraman, au service de la direction des stades s’est vu molesté le jour du match. Sa camera avec. « Nous lui avons donné un badge pour filmer ce qui se passe aux entrées. Ce sont des méthodes pour améliorer notre organisation. Nous avons besoin de support pour observer les dérapages au niveau des porte d’accès », explique le directeur des stades. Le malheureux, en faisant son travail, a eu la mauvaise idée de filmer des actes de corruption auxquels des hommes en tenue n’étaient pas étrangers. Quelques secondes des images ont tout de même été récupérées. Ces hommes en tenue étaient plus nombreux dans le stade. Ce qu’interdit le règlement de la Fifa. Mais ils n’ont pas pu faire descendre ces spectateurs qui avaient choisi de s’asseoir sur les garde-fous au sommet des gradins.

Nième raison pour faire annuler le match par le commissaire de la Fifa. « C’est un problème sérieux parce qu’il y va de la crédibilité du Cameroun. Il faut dire cela à monsieur le gouverneur. C’est lui le patron de la sécurité », lance le ministre au représentant du chef de terre, Koumpa Issa. Malgré les manquements, il a envoyé ce représentant se plaindre. Les forces du maintien de l’ordre n’auraient pas reçu les primes d’alimentation. Pourtant, « ils ont déchargé l’argent auprès de Nguidjol [Dag du Minsep, ndlr] », relève le Minsep. Ce qu’il confirme en précisant que la somme de 1,2 millions de Cfa a été remise pour la ration des policiers et gendarmes. Au terme de cette réunion sous forme de tribunal on apprend aussi que les recettes étaient d’environs 74 millions de Fcfa. Quand au verdict, pas de condamnation. On appelle à plus de vigilance, le ministre demande que lui soient transmis des rapports. On promet de tout faire pour que ça change. « La volonté d’améliorer les choses existe toujours », assure le ministre Michel Zoah. On a déjà entendu ça…

Edouard TAMBA

Classement Fifa: Le Cameroun sur le toit de l’Afrique

CLASSEMENT FIFA

Les Lions indomptables (Ph TAMBA)

Les Lions indomptables sur le toit de l’Afrique

La Fédération internationale de football association (Fifa) a publié son traditionnel classement mondial des équipe nationale le 16 octobre dernier

15 places de gagnées en l’espace d’un mois. Le Cameroun vient d’effectuer un bon en avant à l’issue du dernier classement des équipes nationales de football. Le classement rendu public le 16 octobre dernier sur le site Web de la Fédération internationale de football association (Fifa) place le Cameroun en 14e position mondiale. En Afrique, la traditionnelle hiérarchie a été rétablie. Les Eléphants de la Côte-d ’Ivoire perdent la première place au profit des Lions indomptables. Ces derniers totalisent désormais 949 points grâce aux 130 points glanés après le classement de septembre 2009. La nouvelle position du Cameroun est la conséquence logique du regain de forme de son équipe nationale. Entre le classement de septembre et le 16 octobre, les Lions indomptables n’ont perdu aucune rencontre. Au contraire. Le Gabon a été défait en aller et retour les 5 et 9 septembre dernier. Le Togo a été étrillé à Yaoundé le 10 octobre 2009. Les matchs amicaux ne sont pas en reste ; notamment la dernière rencontre face à l’Angola sur un score nul et vierge.

Cette progression a en fait été amorcée dès le mois d’août 2009. Le Cameroun effectuait un statu quo en gardant la 29e place, mais engrangeait 16 points. Le Pays de Roger Milla retrouve ainsi la place perdue depuis janvier 2009. Il faut en effet remonter à cette période pour relever que le Cameroun a avait déjà occupé la 14e place mondiale. Une place de choix rapidement perdue pendant les errements de l’encadrement et le mauvais début des éliminatoires couplées Can/Mondial 2010. Il faut tout de même noter à l’issue de ce classement que le Malawi et l’Algérie, comme le Cameroun, gagnent 15 places. Les Fennecs occupe désormais la 4e place en Afrique, et la 29e place mondiale avec 781 points. En juillet dernier, cette équipe avait déjà progressé de 19 places. Dans le groupe C, elle est en passe de se qualifier pour le prochain mondial, au détriment de l’Egypte. Les Pharaons, champions d’Afrique en titre, grimpent de 4 places et se classe 3e en Afrique, derrière la Côte-d ’Ivoire. L’équipe de Didier Drogba passe de la 20e à la 19e place mondiale.

Fait curieux dans ce classement, ma position du Ghana. Les Black Stars, première équipe Africaine à se qualifier pour le mondial sud-africain en 2010 perd 40 points et 6 places au classement. Alors que la Lybie réalise la plus grosse chute en reculant de 38 places, la Centrafrique conserve la dernière place. La hiérarchie mondiale reste constante pour ce qui est des 4 premières places. Le Brésil est en tête, suivi de l’Espagne, des Pays-Bas et de l’Italie. La Russie sort du Top 10 et le Portugal y retourne. Vu le nombre de points que totalisent le Brésil et l’Espagne, ce n’est pas pour demain qu’ils seront inquiétés. Il faudra sûrement attendre la fin de la prochaine Coupe du monde.

Edouard TAMBA

Football: Le Cameroun poursuit sa descente aux enfers

CLASSEMENT FIFA

La descente aux enfers du Cameroun se confirme

La Fédération internationale de football association (Fifa) a publié son classement mensuel des équipes nationales. Le Cameroun acculé par le Gabon, cède sa première place à la Côte d’Ivoire tandis que le Brésil retrouve la 1ere place mondiale

C’en est terminé du dernier rempart des vestiges de la suprématie des Lions indomptables en Afrique. S’il leurs restaient encore un objet de vantardise, c’est bien la première place africaine au classement de la Fédération internationale de football association (Fifa). Ce n’est plus le cas depuis hier matin, 1er juillet 2009. Le classement mensuel des équipes nationales de football publié par la Fifa , place le pays d’Eto’o Fils en 2e position en Afrique, et 29e dans le monde. Le première place du continent ayant été ravie par la Côte-d ’Ivoire. Les Eléphants pointent à la 18e position mondiale avec un total 874 points, et un bon de 20 places. Probablement les fruits du sans faute réalisé durant les éliminatoires couplées Can/Mondial 2009, et les matches amicaux. La sombre prestation de l’équipe nationale camerounaise lui vaut désormais 803 points ; contre 855 en juin dernier.

Une dégringolade commencée en février 2009. Car, le mois d’avant, le Cameroun se classait 14e dans le monde et 1er en Afrique avec 989 points. Puis, 900 points en février et mars avec une 16e place mondiale. Trois places mondiales seront perdues durant les deux mois suivants, avec 871 points. En début juin 2009, les Lions indomptables perdent encore deux places, et affichent 855 points au compteur. La dernière chute est encore plus lourde, avec 8 places et 52 points perdus. Le prix de la méforme de cette équipe domptée par les éperviers du Togo en mars dernier. Les prestations face au Maroc et la Côte-d ’Ivoire n’ont pas arrangé les choses. Sollicité à propos de la dégringolade du Cameroun, Jean Paul Akono, l’un des entraîneurs de l’équipe nationale pense que « c’est grave », avant de se refuser à tout commentaire.

Alors que la Côte-d ’Ivoire poursuit son ascension, le Gabon opère une percée remarquable en grimpant de 19 places. Les Panthères sont désormais 3e en Afrique, et 30e mondial avec 789 points ; juste derrière le Cameroun. Une opération qui leur permet de passer devant le Nigeria, le Ghana, l’Egypte, l’Algérie, respectivement 4e, 5e, 6e et 7e. Les Fennecs algériens réalisent l’une des meilleures performances en gagnant 19 places. La Centrafrique demeure dernière en Afrique, tandis que la prestation des Sud africains à la Coupe des Confédération (Cdc) ne leurs offrent que 2 places de plus. Leur bourreau au match de classement de la Cdc perd une place. L’espace est désormais 2e mondial avec 1590 points, derrière la Seleçao. Le Brésil renoue avec la 1ere place mondiale perdue en mars 2007, en réalisant un bon de 4 places.

Edouard TAMBA

Cameroun-Maroc: La Fifa mena d’annuler le match

CAMEROUN-MAROC

La Fifa menace d’annuler le match…

Le stade Ahmadou Ahidjo souffre est régulièrement privé d’eau. Une hypothèque pour la rencontre de dimanche prochain entre le Cameroun et le Maroc

Le drame ivoirien plane sur les matches comptant pour les éliminatoires Coupe d’Afrique/Coupe du monde 2010. Raison pour laquelle la Fédération internationale de Football association (Fifa), et la Confédération africaine de Football (Caf) mettront un accent particulier samedi et dimanche prochain sur les stades africains. C’est dans cette optique qu’a débarqué l’officier de sécurité de la Fifa hier à Yaoundé. Alim Assam, agent de nationalité égyptienne a effectué le tour du stade omnisports Ahmadou Ahidjo en compagnie du directeur des stades du Ministère des Sports et de l’Education physique (Minsep). Une inspection plutôt stricte selon Obama Bertrand. « J’ai déjà reçu plusieurs matches internationaux ici. Mais c’est la première fois que je fais le tour du stade comme ça avec un officier de sécurité », raconte le directeur des stades. « On a parcouru tout le stade. Il est entré partout. Vestiaires, toilettes. Etc. heureusement qu’on avait tout prévu. Il y a les plaques pour orienter le public », poursuit-il.

Si la première visite s’est bien déroulée, il y a un hic. L’approvisionnement du stade en eau n’est pas permanent. « Depuis quelques jours, nous avons des perturbations dues à l’approvisionnement en énergie électrique », explique le représentant de la Camerounaise des Eaux (Cde) à la réunion préparatoire organisée par le Minsep hier. L’officier de sécurité devant revenir demain, le stade est menacé de suspension au cas où l’eau ne coule pas. Pour éviter ce scénario catastrophe, la Cde a « pris des dispositions. Certains quartiers seront privés d’eau dès midi [samedi 06-06-09, ndlr] pour assurer l’approvisionnement du stade omnisports », explique M. Noah, représentant de cet entreprise à la réunion. L’agent de la Fifa a par ailleurs exigé qu’un banc de massage et un tableau noir soient installés dans chaque vestiaire. Ce avant de donner son avis favorable. Cependant, l’autre menace vient des modalités pratiques à respecter. Le match devra se jouer à guichet fermer.

A cet effet, 36 300 billets ont été mis en vente sous la supervision de la direction des affaires générales du Minsep. Des billets disponibles au ministère des sports, dans des commissariats de sécurités publiques, des brigades de gendarmerie et à la caserne des sapeurs pompiers de Mimboman. L’on a appris au cours de la réunion que la vente des tickets d’accès au stade s’arrêtera le 6 juin à 16 heures. Le protocole de sécurité de la Fifa sera appliqué méticuleusement si l’on en croit le compte-rendu d’Obama Bertrand. « L’officier de sécurité a duit qu’il ferme les portes du stade à 15h15 », explique le directeur des stades. Soit 15 minutes avant le coup d’envoi de la partie. Et il proscrit par ailleurs tout attroupement à l’extérieur du stade et ce à plus de 500 mètres à la ronde.

Le moindre mouvement de foule incontrôlée constitue un danger pour le déroulement de la rencontre. Une éventualité dont les autorités publiques sont conscientes. Des mesures auraient aussi été prises à ce niveau. C’est ainsi que le bus des Lions, gardé à l’Ecole militaire inter armes, viendra les déposer pour le match, et repartira ensuite. C’est ensuite dans un bus banalisé qu’ils quitteront le stade quelque soit l’issue du match. Le public ne devra donc pas être surpris de tomber sur un détachement inhabituel des forces de sécurité et peut-être de défense. Quoiqu’il en soit, le représentant du gouverneur du Centre estime qu’il vaut mieux ne pas dévoiler la stratégie. Et le Minsep de lui emboîter le pas pour rappeler aux fanatiques et autres que « après le match, la vie va continuer. On peut gagner ou perdre, mais on doit le faire dans l’honneur ».

Edouard TAMBA