Tag Archives: Communauté urbaine

Les projets de Tsimi Evouna adoptés avec faute

Communauté urbaine de Yaoundé

Les projets de Tsimi Evouna adoptés avec faute

La session du conseil de la Communauté urbaine de Yaoundé ouvert le 19 décembre 2008 a connu son épilogue hier, 8 janvier 2009. Toutes les délibérations ont été adoptées

Feu vert à Tsimi Evouna. Mais...

Feu vert à Tsimi Evouna. Mais...

Certains s’attendaient à des échanges houleux. Il n’en a rien été. Du moins en public. Les commissions du  Conseil de la Communauté urbaine de Yaoundé autorisent finalement le Délégué du Gouvernement à réaliser l’ensemble de ses projets. Les délibérations n° 14, 15, 16 et 17, sources de désaccords lors du conseil ordinaire du 19 décembre dernier sont passées, comme des lettres à la poste. La première, autorise « le délégué du gouvernement à signer la convention de partenariat pour la réalisation d’un programme immobilier sur le site de l’ex-camp Sic Tsinga ». La seconde, autorise Tsimi Evouna « à aliéner à la société Timbal une partie du site de l’ex-camp sic Tsinga ». La délibération n°16 autorise le délégué du gouvernement « à négocier et à signer une convention de partenariat pour la réalisation d’un complexe immobilier sur le site Repiquet-Ancien marché Sho ». Quand au n°17 il s’agit d’une autorisation permettant au président du Conseil de la Cuy d’aliéner une partie des emprises foncières de l’ancien marché Sho ».

Les commissions des affaires sociales d’une part, et des affaires domaniales et des infrastructures d’autre part, ont tout de même tenu à rappeler au Délégué du gouvernement qu’il doit respecter les dispositions la loi 2006/012 fixant le régime général des contrats de partenariat, ainsi que le décret du Premier ministre portant application de cette loi. Il en est de même pour les dispositions de l’article 36 de la loi 2004/017 sur l’orientation de la décentralisation au Cameroun. Il se trouve que Gilbert Tsimi Evouna, à la grande surprise des conseillers, avait déjà signé lesdites conventions. Celle de l’ex camp sic Tsinga avec la société Timbal le 30 juillet 2008. Et le contrat avec La Sarl Prg pour le projet du marché Sho le 15 septembre 2008. « Les procédures n’ont pas été entièrement respectées », d’où la nécessité d’une « reformulation de la délibération par le délégué », observe la Commission des affaires domaniales. Par conséquent, cette commission « propose l’adoption des délibérations 14 et 15, sous réserve d’une reformulation de ces délibérations ». Idem pour les n°16 et 17.

Les conseillers ont reculé. Tsimi « Jack Bauer » Evouna crie victoire. « Moi j’ai appelé ça agitation de surface avec une petite minorité qui a vite été maîtrisée. Je crois que face à la grande majorité, ils ont compris qu’ils devaient s’aligner », pérore-t-il. La délibération n°21 portant signature d’une convention avec le ministère des sports et de l’éducation physique a aussi été adoptée. En face, des conseillers pensent qu’il n’y a pas de quoi se venter. « Nous avons fendu la poire en deux, pour que le délégué ne perde pas la face. De plus, Il ne fallait pas que nous donnions l’impression de vouloir bloquer les projets de la Communauté urbaine », relativise un membre de la commission domaniale et des infrastructures. Selon lui, le problème est loin d’être réglé. Car, « ce n’est pas le conseil de la communauté urbaine qui autorise le délégué du gouvernement à signer une convention de partenariat. Il doit avoir l’accord du Premier ministre conformément à la loi 2006/012 », explique-t-il. En attendant le respect de cette disposition, les services techniques se disent prêts. « Du moment que les délibérations ont été votées, techniquement nous sommes prêts », confie le 6e Adjoint du délégué du gouvernement, Ngougo Jean.

Edouard TAMBA

Gilbert TSIMI EVOUNA:”Les démolitions vont bientôt recommencer”

Gilbert TSIMI EVOUNA

Je vais démolir pour le Minsep

Je vais démolir pour le Minsep

« Les démolitions vont bientôt recommencer »

Le Délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé se réjouit de l’issue de la session extraordinaire du conseil. Les démolitions vont se poursuivre avec Camp Yeyap et la Briqueterie dans la ligne de mire pour des espaces de sport

Monsieur le délégué, quel est votre sentiment à l’issue de ce conseil ?

L’essentiel de cette session extraordinaire, c’est que certains ont voulu qualifier de désaveu du délégué du gouvernement par les conseillers. Mais ce n’était qu’une fausse rumeur. Je crois que vous avez vu. Les choses sont d’ailleurs passées très rapidement. Tous les projets qui n’avaient pas pu être examinés ce jour-là, c’était à cause d’une journée très chargée. Je devais inaugurer les restaurants du Centre administratifs, et aller au Palais des sports pour une cérémonie, ça n’avait pas été facile. J’avoue que il y avait chez certains, pour des raisons qui sont les leurs, une petite agitation. Moi j’ai appelé ça agitation de surface avec une petite minorité qui a vite été maîtrisée. Je crois que face à la grande majorité, ils ont compris qu’ils devaient s’aligner.

Comment avez-vous désamorcé la tension entre certains conseillers et vous au sujet des projets de Tsinga et Marché Sho ?

Le délégué est habitué à gérer les situations difficiles. Même quand j’assurais l’intérim vous avez vu, il y a avait des tensions. Je garde mon calme ; je sais comment poser mes actes. Et devant les difficultés, il ne faut pas s’agiter. Quand les gens font du bruit restez calme et regardez les. Et doucement, vous arrêtez votre stratégie, sans qu’ils ne soient au courant. Je vous ai vu venir nombreux, vous croyez que ça allait être la tempête. Il n’y arien eu.

Quels sont les priorités de l’année qui commence en terme de chantiers ?

Nous avons des engagements pour les opérations d’embellissement de la ville. Beaucoup de chantiers ont été réalisés à moitié. Notre politique, c’est de faire des choses importantes, donc on est obligé d’aller par étapes. Si vous allez au niveau de l’Enam, vous allez voir où je me suis arrêté. Maintenant il faut continuer jusqu’au niveau de l’axe de l’Assemblée nationale. Si vous venez vers Nkolbisson, chez moi, vous verrez ce qui a été engagé. Et même au niveau du Capitol. Le chantier qui a été entamé là-bas doit se poursuivre. Il y a aussi l’extension de l’Hôtel de ville. Il faut d’abord terminer ces chantiers avant d’engager d’autres. Qui trop embrasse mal étreint. Nous allons poursuivre l’embellissement de la ville, mais de manière cohérente.

Peut-on s’attendre à des démolitions de grande envergure en 2009 ?

Le délégué ne démolit pas pour démolir. Il démolit pour construire. J’ai signé un accord de partenariat avec le ministère des Sports et de l’Education physique. Ils voudraient s’appuyer sur moi pour trouver du terrain, et construire des espaces de sport. Si on démolit, c’est pour que l’Etat ait des terrains. En tout cas, les constructions que nous démolissons actuellement sont celles qui ne doivent plus être en plein centre urbain. Vraiment, quand vous passez au niveau de la briqueterie, il y a de vielle bâtisses. Au niveau du Camp Yeyap, vous voyez des baraques qui datent des années 1950. C’était déjà là quand j’étais encore enfant. Ces bâtiments ont quoi ? Est-ce que ce sont des lieux historiques pour demander qu’ils soient protégés ? En tout cas, les démolitions vont se poursuivre. Elles vont bientôt recommencer.

Propos recueillis par

Édouard TAMBA