Sur un flanc du Mont Fako... février2015, @ETAMBA

#kmertour: Comment préparer une ascension du Mont Cameroun

Sur un flanc du Mont Fako... février2015, @ETAMBA

Sur un flanc du Mont Fako… février2015, @ETAMBA

Il ne pleut pas depuis quelques semaines sur une partie du Cameroun. C’est un moment qu’affectionnent les touristes. Et plus encore les randonneurs. C’est le moment d’aller à l’assaut de quelques flancs de montagnes. Manengouba, Alantika, Mbatpit, Fako, Bamboutos, Batcha/Batchingou, Eloumden… et le plus majestueux de tous, le Fako aka Mont Cameroun.

Mais avant d’y aller, quelques conseils et précautions à prendre pour que la plaisante aventure ne tourne pas au cauchemar.

D’abord la préparation physique. Conquérir ces sommets exige quelques kilomètres. A pied. Cette marche va faire appel à vos pointes de pieds, vos talons, vos genoux, votre dos, vos poumons, votre cœur, votre cerveau. Il vaut mieux se préparer un peu. Un peu de jogging et de marche sportive quelques semaines avant ne vous feront pas de mal. Au contraire.
Puis le repérage afin de se faire une idée du parcours, du niveau de difficulté et trouver des compagnons de route à défaut d’un guide. N’y allez jamais seul. Vous pouvez vous perdre ou alors avoir un bobo.

Ensuite l’équipement. Le parcours, la pente, le sol, la végétation et le climat ne sont pas identiques d’une montagne à l’autre.

Le choix des chaussures est donc déterminant. Dans tous les cas, des chaussures fermées et pas neuves sont recommandées. Elles glissent moins sur la verdure, la poussière et les petits cailloux et les grandes pierres. Les chaussures de course que vous avez souvent portées feront l’affaire parce qu’en plus d’être légères, vos pieds et plus particulièrement vos orteils les ont déjà apprivoisés.

Il vaut mieux être entièrement couvert. De la tête aux pieds. Sauf si vous êtes un sportif qui arpente monts et vallées en courant. Plus vous montez et moins il fait chaud. Si vos articulations prennent froid, vous allez souffrir. Surtout en descendant. Et probablement trébucher plusieurs fois et même tomber.

Armez-vous d’une canne. Un manche à ballet fera l’affaire. Vous vous rendrez compte du fait que vos deux pieds ne suffisent plus pour l’équilibre. Autant en montant qu’en descendant. Surtout quand vous vous arrêtez pour :

– Reprendre votre souffle
– Prendre une gorgée d’eau
– Admirer la végétation environnante et le paysage
– Prendre une selfie
– Essayer de comprendre comment un gosse de 14 ans ou une mémé de 73 vient de vous dépasser sans avoir l’air essoufflé.

Prévoyez un petit sac : banane, bandoulière ou à dos. Vous y mettrez une bouteille d’eau. Quelques fruits. Peut-être du sucre en carreau ou des barres plus vitaminées. Et d’autres accessoires comme un téléphone, un gps, une torche, un appareil photo, une canne à selfie, du papier hygiénique (oui oui)…

Autre point, la veille de l’assaut. Dormez tôt. J’en connais qui se fichent pas mal de ce conseil.

ngimbis

Dormez tôt. Au dîner, mangez léger. Evitez les produits laitiers. Evitez boissons alcoolisées et repas qui pourraient perturber votre digestion. Une diarrhée ça coûte cher en hydratation et donc en énergie.

Avant-dernier point, grignotter quelque chose avant d’y aller. Attaquez en marchant. Continuez en marchant. Ecoutez votre cœur et permettez-lui de vous garder en vie. N’essayer pas d’aller au rythme des autres. N’essayer pas d’arriver absolument où les autres sont arrivés. Votre seul adversaire, c’est vous. Et ne l’oubliez pas, plus vous montez et plus difficiles sera la descente. La partie la plus dangereuse des randonnées en montagne. Si vous avez ménagez vos chevilles et vos genoux en montant, ils vous aideront à descendre dignement. Sinon, ce sera une série de roulades en boule.

Derniers points, faites de l’exercice au lendemain de la randonnée. Marchez sur quelques kilomètres. Sinon, vos douleurs au corps vont vous sembler éternelles… J’en connais aussi qui en savent quelque chose.

Edouard TAMBA

4 thoughts on “#kmertour: Comment préparer une ascension du Mont Cameroun

  1. Ralf Jones

    Complément : si vous avez des guides, demandez-leur de vous cueillir “l’herbe contre les douleurs d’articulation”, vous en prendrez sous forme de thé et l’utiliserez pour un éventuel massage à votre retour. Évitez les objets inutiles. une grosse montre au poignet, avec l’altitude et la fatigue, semblera peser 10fois plus que son poids normal.
    Bon courage

Leave a Reply