BarCamp Cameroon 2010: This is our land

BARCAMP CAMEROON

This is our land*

BarCamp Cameroon 2010 s’ouvre ce jour, 12 juin 2010 à Yaoundé. Une journée d’échange et de partage autour des Technologies de l’information et de la communication (Tic). Une occasion de faire le point sur “ les dernières innovations (technologies, services, usages…) en matière d’applications sur Internet, de logiciels libres et de réseaux sociaux“, comme l’indique le communiqué de presse publié à cet effet. Nous avons sollicité l’une des chevilles ouvrière de l’organisation de cet événement rendue à sa seconde édition au Cameroun. Il s’agit de Alexandre Drahon, par ailleurs Chief executive officer de Vlp au Cameroun. Notre invité revient sur la Capitalisation du BarCamp Cameroon 2009 à Douala, et l’organisation de l’édition de Yaoundé.

ALEXANDRE DRAHON

Alex Drahon

“Le secteur privé est assez bien représenté”

La seconde édition du BarCamp Cameroon commence dans quelques heures. Revenons un peu en arrière pour prendre votre avis sur la capitalisation de la première édition. Y’a-t-il eu un suivi?

Les BarCamps sont des évènements qui ont un aspect très informel, il n’y a pas beaucoup de suivi entre deux éditions. Du point de vue de l’organisation pratique, il n’y a donc pas forcément eu beaucoup d’évolutions. Par contre, et c’est le plus important, les effets dans la communauté des passionnés de nouvelles technologies, et notamment les informaticiens, ont été importants de mon point de vue. On peut considérer la première édition du BarCamp comme l’acte fondateur de cette communauté et de nombreuses expériences sont nées de cet évènement. C’est très prometteur pour l’avenir.

La préparation du BarCamp de Yaoundé semble avoir été laborieuse avec tous ces renvois. Étant du comité d’organisation comment vous l’expliquez?

C’est un évènement communautaire, qui repose sur les bonnes volontés de quelques uns et sur une poignée de sponsors. On est loin des moyens déployés pour des conférences à vocation commerciale. Mais c’est aussi ce qui fait l’intérêt de cette manifestation, la participation est large et tout le monde peut être acteur. J’espère cependant qu’on arrivera à ce que plus de gens s’impliquent dans l’organisation pour donner plus d’ampleur à la prochaine édition.

Comment cette seconde édition va-t-elle se dérouler d’un point de vue pratique?

C’est simple, on se retrouve tous le matin pour le démarrage de l’évènement, ensuite il y a 3 salles qui accueillent des présentations suivant différents thèmes. Tous les participants peuvent faire une présentation et elles sont suivies d’une discussion libre. Un repas sera offert à midi avant la poursuite des débats. Le BarCamp est avant tout un lieu d’échange, le protocole est minimal, les discussions nombreuses.

“Digital Dreams” en 2009, quelle sera la thématique en 2010?

Le thème de cette édition est “This is our land”. Le sujet sera développé durant la manifestation, on peut le résumer en disant que c’est un appel à lancer des projets au Cameroun, à créer dans le domaine des nouvelles technologies, un appel à l’audace, à l’ambition.

Peut-on avoir des détails sur les capacités d’accueil et le nombre de personnes attendues?

Nous avions initialement prévu 200 participants, mais il y a finalement 250 inscrits. Pour la première édition, il y avait eu un certain nombre de participants de dernière minute, on peut donc s’attendre à recevoir 250 à 300 personnes. Bien entendu nous serons en mesure de les accueillir, nous nous réjouissons de voir la participation dépasser nos attentes.

Quel commentaire vous inspire l’implication des secteurs public et privé?

D’après la liste des inscrits, nous avons véritablement réussi à toucher un public représentatif du secteur au Cameroun, c’est un élément important. Le secteur privé est assez bien représenté, il y a cependant des entreprises dont l’absence peut sembler étonnante. Peut-être faudrait-il les inviter formellement? Le secteur public est sans doute sous-représenté, le format de la manifestation n’est sans doute pas habituel et nous n’invitons pas les institutions, seulement des individus qui participent de leur propre décision. Je fais partie des gens qui pensent qu’il faudrait trouver des moyens d’impliquer les acteurs du secteur public qui forment une partie importante de notre communauté, en tant qu’institutions, mais aussi par le nombre d’informaticiens qui travaillent pour l’Etat.

Propos recueillis par

Edouard TAMBA

* Thème du BarCamp 2010

Follow BarCamp Cameroon

Wiki: http://barcamp.org/BarCampCameroon

Twitter: http://twitter.com/BarCampCameroon

Identi.ca : http://identi.ca/group/barcampcameroon

Linkedin : http://www.linkedin.com/e/vgh/2167753/

Facebook: http://www.facebook.com/home.php#/group.php?gid=130832626678

One thought on “BarCamp Cameroon 2010: This is our land

  1. Pingback: A Fews Images And Links Concerning Barcamp Cameroon 2010 « Pan-African « TechMasai

Leave a Reply