Cameroun-Maroc: Pourquoi la Crtv n’a pas diffusé le match

DEFAILLANCE

Pourquoi la Crtv n’a pas diffusé le match

Le match Cameroun-Maroc de samedi dernier était annoncé en direct sur la Crv télé. Le public n’a eu droit qu’à une mi-temps

400 mille Euros. Soit environ 260 millions de Fcfa. Une somme partie en fumée. Ou presque. Et pour cause, cet argent a été déboursé par les pouvoirs publics du Cameroun dans le but d’obtenir les droits de retransmission du match Cameroun-Maroc de samedi dernier, 14 novembre 2009. Mais, les téléspectateurs de la Cameroon radio and television n’ont pas eu droit au match intégral. Dès l’entame de la rencontre, c’est un écran sur fond bleu avec la mention « Cameroun ≠ Maroc » qui est servi. Au niveau du reportage, ce sont les journalistes de la radio nationale qu’on écoute à la télévision. Certains se contentent de la radio télévisée tandis que d’autres préfèrent regarder la rencontre opposant le Togo au Gabon. Le supplice dure une mi-temps entière. Et le coupable est désigné : la Crtv  ! 24 heures après la rencontre, le directeur général s’explique sur les ondes de la radio nationale. Le temps d’une interview téléphonée depuis Cotonou au Bénin.

Il commence par affirmer que la Crtv avait effectivement les droits de retransmission de cette rencontre. « Nous recevons une offre de 400 mille euros pour acquérir les droits. Soit environ 250 millions de francs. Ca nous paraît invraisemblable parce qu’en général, on paie 10 à 15 millions pour les droits… Nous avons essayé de négocier. Nous nous somme heurté un niet catégorique », raconte Amadou Vamoulké. Le gouvernement est alors saisi par le biais du ministre de la Communication et quitus est donné au ministre des Finances pour que cette somme soie déboursée. « Jeudi, nous pouvions avoir la certitude que le gouvernement était disposé à payer les droits… C’est ainsi donc que le banquier s’est mis en ordre de bataille. Vendredi jusque tard le soir, la banque n’avait pas encore fermé et attendait les références bancaires du bénéficiaire du virement », poursuit-il.

La procédure traîne un peu. « On les a eu tardivement, du côté marocain ça hésitait encore. Parce qu’ils demandaient qu’on leur paie d’avantage leur 400 mille Euros, parce qu’ils avaient dépensé 1million 250 mille dollars pour avoir les droits de retransmission de la première partie de la compétition qui s’est déroulée au Cameroun. Donc, c’est sûr que, les détenteurs des droits, sachant l’importance que les Marocains accordaient à cette compétition, on fait de la surenchère. Et le Maroc a payé, nous aussi… Le virement a été effectué vendredi. », assure Amadou Vamoulké. C’est samedi matin, jour du match que Sports global management, communique les paramètres de connexion au satellite pour capter le signal.

Brouillage à Mballa II

« Malheureusement, nos techniciens découvrent que ces paramètres étaient hors de notre portée. Vous savez que le globe terrestre est sphérique, et tous les paramètres ne sont pas accessibles à tous les points du globe », explique le Dg de la Crtv. Le temps qui presse « C’est une panique qui s’installe à la Crtv. On m’appelle à Cotonou. Fort heureusement, j’avais en face de moi l’un des directeur de Globcast. Une société qui fait dans la gestion des satellites. Il en a fait son affaire personnelle. J’ai vu ce monsieur téléphoné ici et là pendant 2 heures de temps pour avoir un impact. Parce que tous les satellites étaient saturés hier soir ; sans doute en raison de la multitude des compétitions et des nombreux pays qui sont engagés. Il a mis son poids dans la balance, et 5 ou 10 minutes avant le début de la compétition, on a pu trouver une disponibilité satellitaire », se réjouit le Dg.

Manque de bol. « On nous signale qu’il y a encore un problème. Il y a un brouillage autour de Mballa II. C’est un phénomène auquel nous avons été confronté par le passé. Nous savons qu’il y a un opérateur qui organise le brouillage ; sans doute involontairement, il veut satisfaire ses clients. Mais cette situation que nous avons portée à la connaissance de l’Agence de régulation des télécommunications en son temps. Ca n’a pas été réglé », se plaint Amadou Vamoulké. Une source proche de la Crtv affirme qu’il s’agit en fait de 2 opérateurs télécoms à qui l’Art tolère l’usage des bandes de fréquences réservées aux signaux de télévision par satellite. Le problème est résolu plus tard et le public n’a droit qu’à la seconde manche du match. « Voilà des explications de nature à rassurer l’opinion camerounaise », enchaîne l’intervieweur, François Marc Modzom. Quoi de rassurant quand on sait que le signal en question était disponible sur le satellite Nss7, en bande KU avec des chaînes telles que Tvm international ? Quoi de rassurant sur le fait de n’avoir pas acquis les droits de diffusions plus tôt ? Des questions demeurent…

Edouard TAMBA

One thought on “Cameroun-Maroc: Pourquoi la Crtv n’a pas diffusé le match

  1. Pingback: Cameroun-Maroc: Pourquoi la Crtv n’a pas diffusé le match | SmallReader : Reader de flux francophone

Leave a Reply