Pourquoi l’Etat du Cameroun doit 100 milliards Fcfa à Camtel

CAMEROUN – TELECOMMUNICATIONS

Pourquoi l’Etat doit 100 milliards Fcfa à Camtel

Le gouvernement à travers le ministère des postes et télécommunications lance le recensement des lignes téléphoniques de l’administration publique pour réduire les dépenses

Samedi 7 novembre 2009. Il est à peine 8 heures. Un agent de l’Etat a la mine froissée. La faute à des bips répétitifs d’un de ses collègues. « Il est déjà au service et veux que j’ouvre le bureau pour qu’il passe des coups de fils », finit-il par confier. Et d’expliquer ensuite que s’est une habitude. Pas seulement de celui qui le harcèle de bips, mais de la majorité du personnel. Il ne s’agit pas de zèle ou de sens du devoir poussé. Ce sont des agents de l’Etat qui se servent des lignes téléphoniques de leurs bureaux pour émettre des appels privés. Des appels qui partent des lignes fixes vers les mobiles, et pires encore, vers l’étranger. Les plus vigilants remarqueront dans des ministères, des affiches qui déconseillent aux fonctionnaires de se servir de la ligne à ces fins. C’est le cas à la cellule de communication du ministère des Sports et de l’Education physique (Minsep), où il est clairement dit que ce n’est « pas une cabine téléphonique ».

Cette attitude des fonctionnaires et autres agent des sociétés parapubliques a une incidence sur les dépenses de l’Etat. Pour le malheur du contribuable qui trinque. « A titre d’exemple, l’Etat a dépensé au mois de juin 2009 la somme de 1 milliard 576 935 721 Fcfa au titre du téléphone », indique une note d’information rendue publique lundi dernier, 9 novembre 2009, par la cellule de communication du ministère des Postes et Télécommunications (Minpostel). Pire encore, « en juin 2009, l’Etat a dépensé 1 milliards 621 000 000 F cfa », apprend-on de la même source. Conséquence, l’Etat du Cameroun croule sous des dettes. « La somme totale de la dette du téléphone envers Camtel s’élève à plus de 100 milliards de Fcfa », révèle la note d’information du Minpostel. Ces données issues d’« enquêtes préliminaires », ont d’autres détails.

« Plus de 45% des appels sortants des services publics sont d’ordre privé », indique le Minpostel. Mais qu’en est-il avec les autres opérateurs de la téléphonie mobile ? Les services publics disposant aussi des lignes mobiles. C’est le cas par exemple de la gendarmerie nationale qui dispose de 750 abonnements chez un seul de ces opérateurs. Quand au mode opératoire, l’enquête relève que « grâce à certaines complicités, les consommation de plusieurs lignes téléphoniques (domiciles privées, téléboutiques…) privées sont indûment facturées à l’Etat ».  De plus, « Certaines structures notamment les sociétés parapubliques font encore supporter leurs factures par l’Etat ». Cerise sur le gâteau, « plusieurs personnes qui ont perdu la qualité (responsabilités) continuent à faire payer leur consommation téléphonique par l’Etat », accuse le Minpostel.

Suffisant pour que le Minpostel, Jean Pierre Biyiti bi Essam titre la sonnette d’alarme. Il dit déclarer la guerre à ces pratiques budgétivores. A cet effet, « dans la cadre de la mise en œuvre des mesures visant à réduire la facture des consommations du téléphone dans les administrations publiques, le ministre des postes et télécommunication lance à compter de ce jour une opération de recensement de toutes les lignes fixes/ Ct phone, mobiles ou d’Internet utilisées par les administrations publiques », annonce-t-il à ses collègues ministres, ainsi qu’aux gouverneurs des régions et autres responsables de l’administration territoriale et des services déconcentrés. Ces derniers et leurs collaborateurs verront donc passer une équipe composée des personnels du Minpostel et de la Cameroon Telecommunications (Camtel) dans leurs services. Ce, pour « recueillir les données relatives aux lignes téléphoniques, aux fonctions de leurs utilisateurs ainsi que les catégories d’accès… »

Cette sortie de Biyiti bi Essam est une matérialisation d’une prescription, à lui faite par le gouvernement : réduire de 10% les consommations d’ici la fin de l’année 2009. Et ensuite ? Aucune information sur le calendrier de l’opération de recensement. Encore un recensement initié par le gouvernement. Pour ne pas jouer les oiseaux de mauvaises augures, il vaut mieux ne pas se souvenir des exemples des véhicules administratifs, des logements administratifs, des agents de l’Etat, de la population du Cameroun etc. On ne sait jamais !

Edouard TAMBA

One thought on “Pourquoi l’Etat du Cameroun doit 100 milliards Fcfa à Camtel

  1. Pingback: Pourquoi l’Etat du Cameroun doit 100 milliards Fcfa à Camtel | SmallReader : Reader de flux francophone

Leave a Reply