Jean Francis Ahanda:« Tous les participants au Barcamp Cameroon sont acteurs de l’événement »

Jean Francis AHANDA

Jean Francis Ahanda

« Tous les participants sont acteurs de l’événement »

La ville de Douala va accueillir le 7 novembre prochain, un événement inédit au Cameroun, dans le domaine des Technologie de l’information et de la Communication : Barcamp Cameroon. L’un des organisateurs explique le concept et l’état des lieux des préparatifs

Le Cameroun accueille son premier BarCamp le 7 novembre prochain. Pouvez-vous expliquer le concept de cet événement ?

Un BarCamp c’est tout d’abord un concept international, né en Californie en 2005, qui a fait le tour du monde et commence à se développer en Afrique. C’est une journée rencontre, entre individus intéressés par les Technologies de l’information et de la Communication, sous la forme d’ateliers participatifs, dans un cadre informel et détendu. L’objectif ici étant de partager, échanger, discuter entre professionnels et/ou amateurs des Tic, pour créer de nouveaux projets, recueillir des informations, rencontrer des personnes intéressantes, faire émerger de nouvelles, idées, créer des synergies. L’entrée est gratuite, l’atmosphère conviviale et détendue. Tout est fait pour favoriser la création, l’innovation et les synergies.

Ce qui est génial dans le concept BarCamp, outre le fait que l’entrée soit gratuite, c’est que tous les participants sont acteurs de l’événement. C’est le principe du Web 2.0 en réel, le principe du travail collaboratif, chacun rend service à l’autre. C’est également une opportunité de rencontres et de connexions dans un contexte aussi informel que possible, afin de préserver la liberté d’expression et d’action. Il n’y a pas vraiment de lieux d’échanges au Cameroun, où les participants donnent tous un peu de leur savoir au service d’une communauté et c’est ce que nous comptons combler avec le Barcamp.

Comment va se dérouler le Barcamp Cameroon ?

Pour le cas du Barcamp Cameroon, cela va se dérouler sur une journée entière, les sujet d’intervention choisis par les participants seront inscrits sur un tableau, il n’y a pas de sujet imposé, ils doivent juste être liés au thème de cette première édition qui est “Digital dreams” et en rapport avec les Tic. La journée sera composée de 4 blocs d’interaction. Un modérateur aura la liste de sujets proposés au préalable. La personne qui a proposé le sujet le présente à l’auditoire pendant 2 à 3 minutes. L’assistance ensuite peut en discuter ouvertement pendant 10 minutes. C’est ouvert a tous hommes, femmes que vous soyez expert dans un domaine ou débutant, salarié du public ou du privé, étudiant ou encore sans emploi, tout le monde peut avoir un aperçu des personnes déjà inscrites sur :  http://barcampdouala.eventbrite.com/

N’y a-t-il pas de risques que ce soit une affaire entre experts ? En quoi le BarCamp est-il utile au dévéloppement des Tic dans un pays ?

Dès le moment où nous sortons justement du cadre habituel des conférences, c’est ouvert à tous. C’est pour cela qu’on dit des Barcamp que ce sont  des “non-conference”, Ce type de rencontre est très utile et je dirait même indispensable car de la peuvent émerger des initiatives qui ont plus de chances d’aboutir, l’annonce récente de la dissolution du fonds de Solidarité numérique vient nous conforter dans l’idée que il faut aller vers d’autres voies.

Des cadors tels que Google et Ringo sont annoncés au sponsoring. Est-ce suffisant pour l’organisation d’un tel événement ? Qu’en est-ils des pouvoirs publics ?
40% des frais de ce Barcamp ont été pris en charge par des petites Pme camerounaises ! Cela n’a pas été facile mais nous sommes très content d’avoir le soutien de société telles que Ringo et Google qui ont pris le temps de nous écouter et ont su répondre à notre sollicitation. Nous avons encore quelques besoin a couvrir et aurions souhaité que plus de sociétés participent financièrement ; il n’est pas encore trop tard pour cela. Je tient a préciser que les Organisateurs que nous sommes faisons cela à titre complètement bénévole et ne touchons rien des sponsors et cela même pour couvrir des frais liés au transport ou au téléphone.
Nous avons sollicité l’Agence nationale des Technologie de l’information et de la Communication et n’avons jamais eu de réponse, je suppose que la nature nouvelle et particulière du Barcamp leur fait peur et j’espère que nous aurons leur soutien pour la prochaine édition que nous préparons déjà !

Propos recueillis via Internet par

Edouard TAMBA

One thought on “Jean Francis Ahanda:« Tous les participants au Barcamp Cameroon sont acteurs de l’événement »

  1. Pingback: Tweets that mention Jean Francis Ahanda:« Tous les participants au Barcamp Cameroon sont acteurs de l’événement » -- Topsy.com

Leave a Reply