Campagne d’identification des abonnés du mobile au Cameroun

TÉLÉPHONIE MOBILE

Appréhensions autour de la campagne d’identification

L’opération initiée par le ministère des postes et télécommunication à l’endroit des abonnés de la téléphonie mobile ne fait pas courir ces derniers

Mardi 18 août 2009, il est un peu plus de 12 heures dans la ville de Yaoundé. Les rues du centre ville grouillent de monde malgré la chaleur ambiante. Au lieu dit Avenue Kennedy, des commerçants hèlent les passants sans se lasser. Espérant trouver parmi eux d’éventuels clients. A quelques détails près, la même effervescence règne dans la salle abritant le Service après vente de l’opérateur de téléphonie mobile Orange Cameroun. Ici la majorité des clients tient des papiers de format A4. Il s’agit pour certains, de fiches permettant de se réabonner chez cet opérateur. « Je suis venue reconduire ma puce », confie une cliente rencontrée dans ce service en montrant d’une manière réservée sa fiche au reporter. Elle tient dans la même main, une photocopie de sa Carte nationale d’identité. « On me l’a demandé tout à l’heure », répond cette dernière à la question du journaliste.

Difficile de repérer l’espace réservé à l’identification des abonnés de cette entreprise, tel que annoncé par le ministre des postes et télécommunications dans une interview accordé à la radio nationale. La note de ce dernier, Jean Pierre Biyiti bi Essam, trône pourtant majestueusement sur un des piliers de cette agence régionale. Quelques rues plus loin, précisément au Mtn service Centre situé à la montée Ane-Rouge, les usagers sont pour la plupart dirigés vers le même guichet par un vigile. Ici, une dame se charge de les servir. C’est qu’arrive une dame visiblement enceinte. Visiblement fatiguée, elle est venue « reconduire » sa puce. Résidente au quartier Emombo, la jeune femme a perdu son téléphone dans un taxi, le jeudi d’avant. La réplique du vigile à sa préoccupation semble la fatiguer davantage. « Eh mon Dieu, c’est devenu compliqué comme ça ? La dernière fois ce n’était pas comme ça ». Son désarroi perceptible pousse la sentinelle à lui expliquer dans le détail ce qui se passe. « Maintenant, on ne reconduit plus la puce sans carte », lui explique-t-il fermement avant de lui rappeler avec douceur qu’il n’est pas à l’origine de cette nouvelle donne.

Tout comme chez le concurrent, un espace n’a pas été expressément aménagé pour l’opération annoncée par le Minpostel. Une source à Mtn Cameroon rassure : « l’identification des nouveaux abonnés se déroule normalement dans nos différents points de vente ». D’ailleurs on n’a pas attendu la décision du gouvernement pour s’y lancer, « puisque nous avons par exemple procédé de novembre 2008 à janvier 2009, à une vaste opération d’identification dans nos points de vente et en dehors. Nous prenons les dispositions nécessaires pour intensifier cette opération », explique notre source. Mais des appréhensions ne manquent pas. Quelques Yaoundéens approchés boudent l’opération et la plupart ne perçoivent pas l’importance. Ils ne sont pas les seuls. « Maintenant, il est possible que les opérateurs expriment des préoccupations par rapport à la campagne actuelle, notamment en ce qui concerne les délais et certains aspects techniques de mise en application prescrits par le ministère : 6 mois, c’est très court pour une opération de cette importance qui a nécessité beaucoup plus de temps dans d’autres pays où elle a été menée. Egalement, est-il vraiment nécessaire d’exiger une photo de l’abonné en plus de la photocopie de la carte d’identité ? », relève un cadre chez l’un des opérateurs concernés.

Nadège Christelle BOWA et

Edouard TAMBA

2 thoughts on “Campagne d’identification des abonnés du mobile au Cameroun

  1. Pingback: Campagne d’identification des abonnés du mobile au Cameroun

Leave a Reply