Les bonnes intentions de l’Afrique centrale en Tic

PROJETS

Photo Coptac.org

Photo Coptac.org

L’Afrique centrale pense son avenir en Tic

La Conférence des postes et télécommunications d’Afrique centrale s’achève ce vendredi 14 août 2009. Services postaux et Tic au menu des travaux

Le retard qu’accuse l’Afrique dans le domaine des technologies de l’Information et de la Communication est criard. « A titre d’exemple…En 2008, on dénombre 5 fois moins d’utilisateurs d’Internet en Afrique (51 millions d’internautes, soit 1 habitant sur 20) qu’en Amérique du Nord (248 millions d’internautes) alors que le continent africain est 3 fois plus peuplé (955 millions d’habitants) que l’Amérique du Nord (337 millions d’habitants) », relevait Destiny sur web2solidarité.org. Cette fracture s’illustre aussi entre les régions de l’Afrique. L’Afrique centrale fait justement partie de ces zones en mal de connexion Internet et de qualité des services liés aux technologies de l’Information et de la Communication (Tic). Huit pays de cette sous-région sont réunis à Douala au Cameroun depuis le 12 août dernier, pour se pencher sur cette question urgente. Il s’agit du Gabon, la Guinée équatoriale, la République démocratique du Congo,  le Burundi, le Tchad, la Rca , la République du Congo et le pays hôte réunis dans le cadre de la Conférence des postes et télécommunications d’Afrique centrale (Coptac).

Les travaux ouverts par une réunion des experts portent principalement sur les domaines des services de la Poste et les Tic. Au menu des Tic, « l’élaboration d’un plan stratégique de développement des télécommunications en zones rurales ; le projet panafricain de services en ligne ; le développement des télécommunications d’urgence en cas de catastrophe ; le projet de Centre sous-régional de Maintenance des Télécommunications de l’Afrique Centrale ; la transition de la radiodiffusion analogique vers la radiodiffusion numérique… ». Le projet Cab est aussi au menu. Il s’agit d’un déploiement de la fibre optique à travers l’Afrique centrale. Ce « projet dont le document projet vient d’être validé et sera soumis au Conseil d’Administration de la Banque Mondiale prévu en septembre 2009, permettra l’interconnexion des pays de notre sous-région par un réseau de câbles à fibres optiques haut débit et d’avoir accès au câble sous marin à fibres optiques Sat-3 à partir du point d’atterrissement de Douala », apprend-on du secrétaire général du ministère des postes et télécommunications lors de son discours d’ouverture de la Conférence.

Bonnes intentions

Quant au projet Panafricain de réseau virtuel en cours d’exécution, il « vise à doter l’Afrique en Général et les pays membres en particulier d’un outil moderne pouvant fournir plusieurs types de E-services et d’autres part améliorer l’utilisation des Tic dans les mœurs africaines, de manière à réduire la fracture numérique entre le Nord et le Sud et atteindre ainsi les objectifs du millénaire pour le développement dans l’éducation et la santé », indique le Sg du Minpostel, Ebah Abada Edouard. Le caractère de plus en plus électronique des services n’épargne pas la Poste. Raison pour laquelle les conférenciers vont se pencher sur l’« amélioration de la qualité de service et de la sécurité du courrier, la mise en place de la comptabilité analytique dans les Etats de la Sous-région » et surtout le « développement du transfert électronique de fonds entre les Etats de la sous-région » qui connaît un essor fulgurant et un foisonnement de prestataires dans un cadre légal caduque. Cet ensemble de bonnes intentions sera adopté par le Coptac ce jour, et ensuite soumis aux organismes internationaux et autres bailleurs de fonds, « pour qu’ils en prennent connaissance, mais aussi qu’ils apportent un soutien matériel, financier et technique à leur réalisation », annonce le Sg du Minpostel.

Édouard TAMBA

Source www.coptac2009.org

8 thoughts on “Les bonnes intentions de l’Afrique centrale en Tic

  1. Eddy

    Citation: et ensuite soumis aux organismes internationaux et autres bailleurs de fonds, (fin de citation)

    Comment peut-on espérer se développer quand on est toujours là à tendre la main et mendier?
    Damn i pissed off..

  2. Tamba Edouard Post author

    Etum, tu parles de toucher un ordi… le plus amusant c’est qu’il y a au moins 2 ordinateurs dans les bureaux de ces “cadres”. Un pc et un laptop avec tous les accessoires que tu imagines. Mais s’il veut en tirer un doc, il appelle la secrétaire ou un collabo 🙁

    Eddy, tu parles de mendicité… ça me démange. On prend plaisir à demeurer de grands enfants 🙁 Comment une telle initiative a pu voir le jour sans les moyens de sa politique, avec autant de pays riches? Ne savent-ils pas que ceux qui financent dicteront leur loi? Pffffft

  3. Eddy

    C’est pour cela que je suis d’accord avec Dambisa Moyo: il faut arrêter avec cette politique de la mendicité. La mendicité n’a jamais développé aucun pays.

  4. Ti Aya

    Moi je n’ose même plus commenter ce genre de divers. Si c’est un séminaire qui devait nous apporter la solution à nos pbs, nous serions développés depuis de from.
    Comme tu dis, Edouard, bonnes intentions. Mais contrairement à ce qu’annonce le dicton populaire, ce n’est pas ce qui compte. Et malheureusement, on a trop vu le scénario pour imaginer ce qui va se passer dans la suite.

Leave a Reply