TIC: L’Antic rappelle les ministère à l’ordre

E-GOUVERNANCE

Les ministères camerounais rappelés à l’ordre

Les administrations publiques ont adopté le projet de plan de rédaction du schéma directeur des Tic que leur proposait l’Antic

Si les expressions « e-governement », ou « gouvernance électronique » reviennent avec insistance dans les discours des administratifs camerounais, la réalité sur le terrain n’a rien à y voir. Peu de dire que ça va dans tous les sens. Alors que l’opérateur Cameroon telecommunication continue de connecter les ministères à la fibre optique, certains ne sont pas encore à l’ère Internet. Plusieurs départements ministériels ne disposent pas d’un espace autonome sur la Toile. Plus grave encore, ces derniers n’ont même pas un réseau informatique en interne. « Nous sommes très en retard par rapport à des pays plus pauvres que nous, parce qu’ils ont une démarche plus cohérente pour la mise en œuvre. Nous écrivons aux administrations, mais très peu réagissent. Peut-être parce que l’Agence nationale des Technologie de l’information et de la communication ne dépend pas du gouvernement », relève Paulette Abenkou, directrice générale adjoint de l’Antic. N’empêche qu’elle reste optimiste. « Ca va lentement mais sûrement. Mais on ne peu pas démarrer si on a pas les textes », poursuit-elle.

C’est dans l’optique de l’élaboration de ces textes que l’Antic a convié les ministères à un atelier la semaine dernière. Ils y ont été invités à relire, amender et valider un projet de plan de rédaction du dudit instrument la semaine dernière. Ce schéma selon l’initiateur de l’atelier permettra aux administration concernées d’anticiper à moyen terme, « la prospective et la planification stratégique afin d’assurer la cohérence entre les finalités, les stratégies, les objectifs de l’entreprise et sa politique de mobilisation des ressources organisationnelles, technologiques, humaines et financières ». C’est donc un outil « d’adaptation aux nouvelles exigences », note Paulette Abenkou. Il ne sera plus possible à l’en croire, que les budgets des ministères ne financeront que les projets mis en œuvre et non les idées de projet.

A cet effet, les cibles se sont vues proposer un plan de rédaction allant de l’état des lieux au cadre de référence et à la planification. Il y a notamment les axes fondamentaux en terme d’intérêt des Tic et d’objectifs, et le choix de l’architecture du futur système. Ce modèle de rédaction proposé par l’Antic est passé comme une lettre à la poste. Les participants à l’ayant hâtivement adopté pour poser d’autres problèmes qui concourent à ralentir l’avancée de l’ère électronique. L’enjeu ici est d’avoir une démarche commune. Mais l’application à vitesse variable de l’architecture officielle des sites Internet officiels adoptée en janvier dernier augure du sort qui sera réservé au nouveau plan de rédaction du schéma directeur des Tic.

Édouard TAMBA

Leave a Reply