Village Diary en guerre contre la misère

www.villagediary.org

taking on poverty at its roots

taking on poverty at its roots

Village Diary en guerre contre la misère

Le Cameroun dispose d’une nouvelle plate-forme sur le web pour aider les communautés villageoises à accéder à de services et des documents légaux

Une frange de la population camerounaise n’a pas accès des services de base ; santé, assistance sociale, actes officiels de l’administration… Les premiers lésés ici sont les habitants des communautés villageoises, les orphelins, les veuves etc. D’où cette observation des promoteurs de site Internet www.villagediary.org : « au Cameroun, lorsqu’un chef de famille meurt, il est habituel de voir les proches de la famille (frères, oncles, etc.) ou les membres de la communauté, revendiquer des droits sur les biens du défunt. Sans des documents légaux attestant du contraire, maisons, lopins de terre et autres propriétés sont souvent pris de force par les autres ». C’est donc pour entrer en guerre contre ce fléau et d’autres que villagediary.org a vu le jour. Le projet en phase de démarrage se fixe pour mission de « favoriser l’accès aux services sociaux, légaux et de santé aux orphelins, aux enfants vulnérables et aux veuves faisant face à ces différentes formes d’abus ».

Les activités ont été officiellement lancées le 16 juin dernier à Buea. Une date choisie à dessein, histoire de pour les initiateurs, de s’associer à la célébration de la Journée de l’Enfant africain. Et comment Village Diary compte s’y prendre concrètement? Les promoteurs comptent sécuriser les droits des héritiers. Ce en leur permettant d’accéder à la sauvegarder numérique de leurs documents légaux et officiels. Une approche qui selon eux, permet de « s’attaquer la pauvreté par ses racines ». Si c’est le slogan de la plate-forme, on se veut modeste. « Nous ne prétendons pas avoir la solution à la pauvreté, mais nous croyons pouvoir aider femmes et enfants afin qu’ils ne tombent pas dans cette forme particulière de pauvreté, ici au Cameroun et ailleurs en Afrique », apprend-on depuis le site dont le projet a été initié par l’Ong, Link-Up Charity foundation.

Pratiquement, les communautés doivent désigner un mandataire en charge de collecter les différents documents. Lesdits documents seront ensuite transmis à un membre de l’équipe de Village Diary qui se chargera de les digitaliser et de les crypter. Ce dernier va ensuite remettre les données à un administrateur du site pour vérification et introduction dans la base de données. Il sera dès lors possible pour les autorités judiciaires, municipales, sanitaires et autres institutions d’accéder aux données. Village Diary bénéficie d’un financement de l’ambassade des Etats-Unis au Cameroun. Le site a été développé sous forme de logiciel libre par Mambe Nanje Churchill de AfroVisioN. Il est donc possible de le télécharger et de l’adapter à d’autres besoins.

Edouard TAMBA

Leave a Reply