La télémédecine démystifiée à Yaoundé

APPLICATIONS

La télémédecine démystifiée à Yaoundé

Le premier centre de télémédecine au Cameroun organise des journées portes ouvertes depuis le 19 mai 2009

L’extérieur du bâtiment abritant les locaux de Genesis telecare (Gt) au quartier Tsinga ne laisse pas imaginer tout le concentré de technologies qui s’y trouvent. Un plateau technique de pointe permettant à des médecins de consulter des patients, de prendre leurs paramètres, d’échanger avec eux via le moniteur d’un ordinateur, un casque audio et un microphone. Il s’agit de la télémédecine. Depuis le 19 mai dernier, le grand public a accès gratuitement à ces consultations à distances. Une initiative de la première plate-forme de télémédecine au Cameroun qui vise à « faire venir des patients, pour pouvoir tester notre système afin de mieux l’appréhender. Parce que le concept de télémédecine n’est pas très connu chez nous au Cameroun et nous avons estimez que ce serait très utile de leur montrer exactement comment se déroule une consultation à distance, et surtout en espérant qu’au terme de cet expérience, la patients et les visiteurs pourraient adopter ce système », explique Jacques Bonjawo, promoteur et directeur général de Gt.

Les patients ne s’y bousculent pas cet après-midi du 28 mai 29. Mais il ne faut pas s’y fier. « En terme d’affluence, nous avons 25 à 50 par jour. Depuis une dizaine de jours que nous opérons, on a eu près de 500 personnes qui sont venues se faire consulter », relève Dr Bonjawo. « C’est toutes les couches de la population ; des plus modestes aux plus nanties. Cependant, nous avons constaté qu’il y avait un nombre relativement important de femmes. Je dirais que plus de 60 % des personnes qui se présentent sont des femmes. Ce qui n’est pas une surprise ; elles ont plus de soucis de santé que les hommes », poursuit-il. Ces patients n’ont apparemment pas eu de grandes difficultés d’adaptation. Selon le Dr Ngo Kana en service à Gt, ces patients, pour la plupart, ne sont pas complexés. Si certains sont généralement influencés par la présence d’un médecin en face d’eux, ce n’est pas le cas ici. « La distance leur permet de s’exprimer plus facilement », observe-t-elle.

Du coup, les consultations s’avèrent plus longues que prévues. « Au départ, nous pensions que ce serait une consultation de base en une quinzaine de minutes. Mais nous avons constaté, sans le déplorer, que plusieurs patients avaient beaucoup de questions sur leur état de santé. Et on a même fait plusieurs électrocardiogrammes aux patients qui le désiraient. C’est un examen assez particulier et qui prend un certain temps », note le transfuge de Microsoft. Les données personnelles de ces patients sont stockées sur les serveurs interconnectés de Gt. De sorte qu’en cas de pannes ou d’accident les données soient toujours sauvegardées. Il faut compter avec des logiciels spécialisés mis au point par les partenaires indiens de Gt. Tout ce dispositif ne saurait fonctionner sans un accès permanent au réseau Internet. « Nous sommes en partenariat avec Camtel, c’est eux qui nous fournissent la connexion Internet », apprend-on ici. Le Centre envisage la mise sur pied d’une unité d’urgences, en plus de la multiplication des sites à travers le Cameroun.

Edouard TAMBA

Leave a Reply