Braquage: Un gendarme abattu, un militaire aux arrêts

BRAQUAGE

Un gendarme abattu, un militaire aux arrêts

Les forces de sécurité et de défense du Cameroun n’ont pas fini d’alimenter négativement l’actualité nationale. Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, un élément de la gendarmerie nationale a été abattu par des…policiers. Le tragique scénario s’est déroulé au quartier Ngousso (savane) aux environs de 5h du matin. Selon des sources ayant requis l’anonymat, la victime des balles de la police serait membre d’un gang de braqueurs. Nyobe Hell II Herman Augustin, le défunt gendarme major âgé de 34 ans, et ses trois autres compères, armés de pistolet, se seraient introduit dans le domicile d’une « grosse légume » de la place. Ce après avoir après escaladé la clôture. Mais mal leur en a pris. Car selon notre source l’alerte a été donné par la cible du coup de force. Et, « ils étaient filés depuis quelques temps » par les flics du commissariat central n°3 de Yaoundé.

Surpris par l’arrivée des policiers, les présumés bandits auraient tenté de s’enfuir. C’est alors que Nyobe Hell II est fatalement rattrapé par les balles de la police. Deux autres membres du groupe réussissent à fondre dans la nature. Une chance que n’aura pas un certain Nayang Guidimbe John Bruce, caporal en service au Bataillon d’intervention rapide (Bir). Ce dernier, blessé par balles sera capturé par les policiers qu’accompagnaient d’après nos sources, quelques gendarmes associés à l’opération. Le soldat d’un des corps d’élite les plus redouté au Cameroun aurait été ensuite emmené au commissariat central n° 3 au quartier Efoulan pour exploitation. On confie ici que les deux autres membres du groupe, en fuite, seraient aussi des hommes en tenue.

Cette affaire est une énième frasque de nos compatriotes des forces de sécurités et de défense. Le quotidien Mutations révélait la semaine dernière, la révocation de quatre militaires pour vol. Et quelques jours plus tôt, c’est le secrétaire d’Etat à la défense qui annonçait la révocation d’une centaine d’élèves-gendarmes. Des aspirants au béret rouge qui sont accusés d’avoir triché en introduisant de faux diplômes dans leurs dossiers. La réaction écrite de quelques uns de ces derniers était tellement truffée de fautes de grammaire, d’orthographe de style qu’on se demande s’ils ont au moins suivi des études primaires. Faut-il rappeler les multiples actes de bavures, d’usage abusif d’arme à feu, de racket et d’extorsion en tout genre dont souffrent les civils camerounais ? A croire que l’ivraie constitue la majorité de la troupe. A la veille de la célébration de la fête de l’Unité national, moment de parade de ces hommes en tenue, quel image !

Edouard TAMBA

2 thoughts on “Braquage: Un gendarme abattu, un militaire aux arrêts

  1. oniN

    Ouf, un braqueur de moins alors….Ils ont la chance qu’on n’est pas en Chine, ça serait puni de la peine de mort, applicable sur les lieux de son forfait !!!

  2. alice

    je n’irais pas jusqu’à me réjouir de ce décès mais un bon point tout de même pour la police. c’est vraiment dommage si on ne peut plus faire confiance à ceux dont le métier est de nous protéger.

Leave a Reply