Pourquoi Jérôme Mendouga est en prison

OPÉRATION ÉPERVIER

Pourquoi Jérôme Mendouga est en prison

29 avril 2009. Deux semaines jour pour jour que Jérôme Mendouga coule ses jours à la prison centrale de Yaoundé. Il y est arrivé dans l’après-midi du 15 avril dernier et ne sait toujours pas quel sort lui sera réservé. Depuis le fond de son local au quartier 12 du pénitencier, il attend la convocation du juge d’instruction. Il devra s’y expliquer dans une affaire de détournement de deniers publics. Des sommes qui auraient été détournées avec sa complicité dans le cadre de l’affaire dite Albatros. Il s’agit des tractations pour l’acquisition d’un avion de marque Boeing pour les déplacements du président de la République en avril 2004. L’affaire avait tourné au vinaigre et des milliards de Fcfa seraient partis en fumée.

L’enquête préliminaire ouverte se trouve au stade de l’information judiciaire au Tribunal de grande instance de Yaoundé. Des sources anonymes affirment à ce propos qu’un soupçon de détournement d’une somme avoisinant 750 millions pèse sur l’ex ambassadeur du Cameroun aux Etats-Unis d’Amérique. D’ici à être fixé sur son sort, Jérôme Mendouga partage le même quartier qu’un de ses coaccusés dans l’affaire Albatros, en la personne de Hubert Otele Essomba. Jean Marie Atangana Mebara, ex Secrétaire général à la présidence de la République (Sgpr) et ex ministre à plusieurs postes est aussi détenu dans le même pénitencier dans le cadre de la même affaire. Des sources affirment que durant les tractations pour l’acquisition de cet avion, Jérôme Mendouga avait été désigné par l’ex Sgpr pour représenter le Cameroun durant les pourparlers avec la firme Boeing.

D’abord appelé à s’expliquer au Cameroun, il avait d’abord demandé l’asile au gouvernement américain. Puis il a consenti à rentrer dans son pays. Visiblement loin de toute inquiétude, il a même été décoré par le ministre des Relations extérieures en janvier dernier. Et l’on l’apercevait dans quelques cérémonies mondaines et sur les pistes du quartier Febe pour des exercice de sports de maintient. Plusieurs fois appelé par le juge d’instruction comme témoin, il ne se doutait visiblement de rien. Jusqu’à ce qu’au terme d’une audition le 15 avril 2009, le magistrat en charge de l’instruction lui délivre un mandat de détention préventive à exécuter le même jour.

Ainsi se poursuit la vie de ce diplomate qui aura chef de la mission diplomatique du Cameroun durant une quinzaine d’année chez l’oncle Sam. Mais l’enfer de la prison, semble ne pas entamer son moral. Selon des témoignages, Jérôme Mendouga « a tout son moral. C’est parfois comme s’il n’est pas encore conscient de ce qui lui arrive ». Il a en plus l’avantage d’avoir une forme physique appréciable. « C’est difficile de croire qu’il a déjà 71 ans et il n’affiche aucun signe de maladie », poursuit notre source. A propos de son quotidien on affirme à la Pcy que l’ancien diplomate ne sort pas beaucoup du quartier 12. Il reçoit les visites des membres de sa famille et de son avocat. Les premiers lui apportent à manger tous les jours.

Édouard TAMBA

Leave a Reply