Pour en finir avec le pillage des articles de presse sur Internet

www.virtualpaycash.net

capture-paycash

Pour en finir avec le pillage des articles de presse

Ce site Internet propose aussi des solutions de paiement virtuel sur Internet pour des opérations de vente et d’achat


La presse africaine en général, et camerounaise en particulier souffre d’un fléau. Leur présence sur Internet ne rapporte presque pas d’argent. Et pourtant, leurs articles sont lus par des millions de visiteurs tous les jours à travers le monde. Mais les lecteurs s’orientent plus vers des sites spécialisés dans la collecte d’articles sur les sites des journaux producteurs de contenus. Les promoteurs du site Internet www.virtualpaycash.net, affirment avoir une solution à ce problème : rendre l’accès à l’intégralité des articles payant. Et comment ? Apporter une solution de paiement virtuel.

« Si un lecteur est intéressé par un article dans Le Messager par exemple et que nous sommes en partenariat avec le journal, il peut cliquer sur une icône à côté. Il va ensuite remplir les champs indiqués. Puis sont compte sera débité du coût du journal, et le compte du journal crédité », explique le Chief executive officer (Ceo) de l’entreprise, François Modeste Nemetcha. Mais ici, acheteurs et vendeurs doivent obligatoirement être titulaires de compte Paycash. Selon le promoteur, l’ouverture d’un compte est gratuite autant pour les clients que pour les vendeurs. Durant cette transaction, le promoteur assure qu’il perçoit une commission variant de 1,9 à 4,9 % sur ce que gagne le vendeur, et ne prélève rien sur le compte du l’acheteur.

L’entreprise offre aussi la possibilité d’envoyer des Sms de divers types à moins de 40 Fcfa. Le procédé ne fonctionne uniquement chez les opérateurs du réseau Gsm. Les usagers du Cdma (Ctphone) devront encore attendre. Après une année de fonctionnement au Cameroun et dans d’autres pays d’Afrique et de l’Occident, le Ceo note que les transactions portent plus sur l’hébergement des sites, le développement des pages web, la téléphonie Voip et l’échange de devises. Achats dans certaines surfaces et règlements des factures y sont en étude. Pour les sites n’admettant pas les paiements via Paycash, l’entreprise propose des cartes Visa virtuelles.

F. M. Nemetcha assure que « en cas de vol des données, chaque client est protégé à hauteur de 10 000 dollars américains par l’assureur Comodo ». Pour plus de fiabilité, il revendique un partenariat avec la banque américaine Chase, et Authorize.net, spécialiste de la gestion des cartes de crédit en ligne. A cela s’ajoutent plusieurs niveaux de vérification des renseignements fournis. Les clients peuvent donc charger leurs comptes Paycash par transfert d’argent, par dépôt dans un compte, par chèque, par carte de crédit…

Edouard TAMBA

Leave a Reply