Fibre optique: Le Cameroun double sa capacité

FIBRE OPTIQUE

Le câble Sat-3 en rouge

Le câble Sat-3 en rouge

Le Cameroun double sa capacité

De 10 à 20 Gbps. C’est le saut que va opérer le Cameroun d’ici août 2009 grâce à la fibre optique du câble Sat-3

Le Cameroun dispose actuellement d’une capacité de 10 Gigabits par seconde (Gbps) pour assurer l’échange des données en téléphonie, Internet et autres liaisons spécialisées à travers le pays. Ce grâce aux prouesses de la mise au point de la fibre optique à laquelle le Cameroun est branché via le câble sous-marin Sat-3/Wasc/Safe. La gestion de ce système est assurée par l’entreprise Cameroon Telecommunications sur le plan national. Selon « l’opérateur historique », moins de la moitié de cette capacité est actuellement utilisée. L’entreprise propose au niveau du centre d’atterrissement de Douala, des interfaces dont les débits sont de 622 Mbps (10 accès), 155 Mbps (68 accès), 34 Mbps (3 accès) et 213 accès de 2 Mbps. Selon Essiane Mba’ale Emmanuel, Directeur du réseau international et de l’ingénierie, seule Camtel utilise un accès de 622 Mbps. La même entreprise se sert aussi de 4 des 68 accès de 155 Mbps. L’opérateur Mobile telephone network Cameroon (Mtn) s’est offert un accès de 34 Mbps, tandis qu’une quarantaine d’autres entreprises utilise les accès de 2Mbps.

Il en reste près de la moitié. Ce qui fait dire à Essiane Mba’ale que « Camtel dispose encore de capacités énormes ». Il pense tout de même que la demande va grimper d’un moment à l’autre. Car les entreprises et les institutions sollicitent des débits de plus en plus grand. Mais l’éventualité d’une saturation a été évacuée par l’anticipation. Le câble sous-marin Sat-3 fait actuellement l’objet des travaux d’extension de ses capacités, et le Cameroun y a souscrit via Camtel. « D’ici août 2009, nous disposerons de 20 Gbps. Une telle capacité peut supporter près de 500 000 appels simultanés », projette notre expert. Il relève par ailleurs que c’est la dernière extension possible sur ce câble dont la mise hors-service devrait survenir en 2022. Etant entendu que les câbles de fibre optique ont une durée de vie évaluée 20 ans. C’est la seconde fois que le câble Sat-3 connaît des travaux d’extensions. Ce dernier, doublant la capacité du Cameroun, a coûté un million de dollar au Triangle national ; soit environ 480 millions de Fcfa.

23 millions de dollars investis

La première extension avait coûté 2 millions de dollars. Tandis que l’état du Cameroun, à travers Camtel, avait déboursé 20 millions de dollars en 1999 pour s’offrir un point d’atterrissement du câble Sat-3 ayant le Portugal pour point de départ. « Le dollar valait près de 700 Fcfa à cette époque », souligne un collaborateur d’Essiane Mba’ale E. Le Cameroun s’était associé au projet en même tant qu’une quarantaine d’autres investisseurs parmi lesquels des gouvernements et des entreprises commerciales. C’est ainsi que ce câble long de 28 000 Km relie 15 pays à 17 points d’atterrissage. Et certains de ces pays à l’instar de l’Espagne, du Sénégal et de l’Afrique du Sud sont connectés à d’autres câbles sous-marins. Ce qui décuple leurs capacités. Pour ce qui est du Cameroun, la fibre optique a tout changé. Car avant ce fil de verre, les signaux d’Internet et des autres liaisons à l’international étaient transportés par satellite.

Ce dispositif donnait un total de 8 Mbps au Cameroun pour Internet. Le satellite offrait pourtant des débits aussi grands que la fibre optique, mais « c’est extrêmement cher ». En plus du coût « le câble est beaucoup plus fiable, parce que la liaison est direct pourtant avec le satellite ce sont des bonds », observe le Directeur du réseau international et de l’ingénierie de Camtel. Son collaborateur relève un autre détail. Les satellites ayant pour orbite l’équateur sont situés à 36 000 Km de la terre. Un signal doit donc parcourir 72 000 Km pour arriver à destination. Alors que les distances sont moins grandes ; de l’ordre de 400 Km entre le Cameroun et le Nigeria et de 3050 Km du Cameroun au Portugal. Ce qui pour les clients, rend le niveau des coûts inversement proportionnels à celui de la qualité.

Edouard TAMBA

8 thoughts on “Fibre optique: Le Cameroun double sa capacité

  1. Ti Aya

    Et ça coûte combien? Non, je rigole. Pas envie de tomber en syncope.
    Tout en saluant les efforts de Camtel, on peut cependant regretter leur politique de prix qui est, disons-le, assez dissuasive.

  2. Etum

    Je dis Siemens n’avait pas tiré la fibre au moment de la renovation du reseau à Douala à l’epoque de Sanda Oumarou? Quid de la fibre sur le tracé du Pipeline

  3. OniN

    La fibre sur le tracé du pipeline appartient à l’entreprise qui l’a achetée, et qui je pense, ne souhaite aucunément le partager avec un pays où la législation et les pratiques sont incertaines.

    Par contre, le titre n’est pas “Le Cameroun double sa capacité…” vu que ce n’est pas encore fait, et qu’au pays, quand un truc n’est pas fait et que l’Etat dit qu’il va le faire, vaut mieux être circonspect 😉

  4. Tamba Edouard Post author

    Nino,
    Je crois savoir que le Cameroun est propriétaire d’un espace sur le câble de fibre optique placé le long du pipeline.
    A propos du titre, on peut être affirmatif. Vu que le Cameroun a déjà versé sa côté part et n’attend que la fin des travaux d’extension qui ne dépendent pas de lui

  5. Marcel Eyondi

    Je crois que maintenant nous avons un petit debit de 10 Gbps, il va falloir en faire profiter à tout le monde, pas que des entreprises. Reste à former des raccordeurs, soudeurs en FO et créer des emplois.Il ne suffit pas de dire,nous avons la fibfre optique,parce que meme ces directeurs ne maitrisent pas techniquement l’architecture d’un reseau de telecommunication à partir d’un NRA,PEP, PDZ,PE.Formons nos compatriote car la FO est trés complexe.

  6. oniN

    J’ai lu dans ton article sur Le Messager.info que le MINPOSTEL ne mettra la fibre optique que le long des routes et que les villes non reliées à d’autres par des routes ne seront pas reliées par la fibre optique? C’est encore quel entourloupe ça non? C’est leur plan pour ne pas cabler les localités rurales? Décidément, et dans 30 ans, on va pleurer que les villages n’ont pas Internet alors que quand on posait les fibres optiques, on a volontairement oublié les zones enclavées. Je ne vois pas en quoi il faille des routes pour poser une fibre optique. Pour le pipeline, on n’a pas eu besoin de routes que je sache..

  7. NYAMBARINDON

    La fibre optique,s’agit pas de la “TENIR”.
    Il faut la DISTRIBUER.Pour qu’elle soit Opérationnelle.

Leave a Reply