Nsimalen fait peau neuve pour Benoît XVI

PRÉPARATIFS

archives ongola.com

archives ongola.com

Nsimalen fait peau neuve pour Benoît XVI

C’est le grand ménage dans l’aérogare de l’aéroport international de Nsimalen. Un agent d’entretien s’emploie à faire briller le sol à l’aide d’un appareil roulant dans le hall. Il en sort une odeur de détergent. Les hôtesses commises aux renseignements papotent dans leur box en attendant d’éventuels usagers. « Il faut aller à la direction, là-bas en face du restaurant pour avoir des informations », lâche l’une d’elles. Un ruban de rayé de rouge et blanc ferme l’accès à l’ascenseur et aux escaliers roulants. Non loin, une demi-douzaine d’éléments de la garde présidentielle veille. Plus haut, pas grand monde. Le restaurant est aussi vide que les boutiques d’en bas. « Est-ce qu’ils sont là ? Ils doivent tous être au pavillon », lance une dame au secrétariat de la direction de l’aéroport à propos des responsables. Ces derniers seraient occupés à régler les derniers détails liés à l’accueil de Benoît XVI au pavillon présidentiel de l’aéroport.

Pour plus de précisions « il faut vous adresser la direction des Aéroports du Cameroun (Adc) ». Le parcours de l’aérogare au siège des Adc permet de remarquer que des coups de pinceaux sont passés un peu partout ; murs, signalisation routière horizontale… L’herbe a été taillée. Le silence des lieux est troublé par des bruits d’appareils volant de l’armée de l’air, un hélicoptère, puis un chasseur bombardier. Des véhicules de couleur jaune de la sécurité de l’aéroport manœuvrent sur la piste d’atterrissage. D’autres  véhicules aux formes les unes aussi complexes que les autres se succèdent à l’atelier de mécanique des Adc. Les chantiers entamés ici ne seront probablement pas achevés avant l’arrivée du souverain pontife. Son atterrissage dans le seul aéroport que compte la capitale camerounaise pourrait perturber le trafic habituel.

« S’il y a des dispositions particulières à prendre en ce qui concernent la programmation des voyages, c’est aux compagnie aérienne d’informer leurs clients. Ça ne nous regarde pas », apprend-on du chef service de la communication des Adc, Samuel Emmanuel Um Um. Selon lui, il n’y aura vraiment pas de perturbations ; les avions pourront faire leurs va-et-vient. Un habitué des lieux est du même avis. « Les gens qui sont au niveau de l’aérogare n’auront même pas le temps de ses rendre compte qu’il se passe quelque chose. Le pape va descendre de l’avion du côté du pavillon présidentiel, c’est au bout là-bas », explique notre source en indiquant l’endroit de sa main. Et justement, l’axe bitumé derrière le siège des Adc est déjà décoré. Palmes attachées aux hampes des lampadaires. Banderoles souhaitant la bienvenue au pape. Abords de la route défrichés. « La cortège va sortir de l’aéroport par cette route. C’est ici que les populations vont être placées pour saluer le pape », poursuit notre guide anonyme.

Des militaires sont en faction plus loin, à quelques centaines de mètres de l’entrée du sanctuaire marial de Nsimalen. Leurs collègues, plus nombreux encore ont pris leurs quartiers dans l’enceinte de l’aéroport depuis quelques jours. Armes au poing, ils se relaient jours et nuits. Cet aéroport a aussi vu ses différentes plaques de signalisation renouvelées, depuis le rond point qui y mène. Pour le pape, il fait peau neuve. Autant que le décor du parcours depuis Yaoundé. Jusqu’à hier soir, agents de la Communauté urbaine de Yaoundé s’attelaient à fixer des drapeaux et des portraits sur les poteaux électriques. Tandis que ceux des mairies de Mfou et de Yaoundé IV continuaient de défricher. Du gravier est versé sur une couche de terre pour en faire un trottoir que les eaux de pluies auront tôt fait de détruire. Mais pas avant les trois jours que dureront le séjour de Benoît XVI à Yaoundé.

Édouard TAMBA

Leave a Reply