Daily Archives: 2 March 2009

Les 12 lauréats de 7 jours pour 1 film

CINÉMA

Les lauréats de 7 jours pour 1 film

Ils sont douze. Des scénaristes en herbes sélectionnés dans le cadre de l’initiative 7jours pour 1 film. Selon le site web du projet, « Gaspard Ulliel, Pascal Judelewicz, François Chaillou, Bassek Ba Kobhio, Arice Siapi, Yves Hanchar, et Denis Chouinard se sont réunit au Festival International du Film d’Amour de Mons pour sélectionner 12 lauréats qui participeront à l’Atelier 7 jours pour 1 film ». Durant cette rencontre tenue le 16 février dernier, « André Ceuterick, Directeur Général du Festival du Film d’Amour de Mons, était exceptionnellement remplacé comme membre du Jury par Olivier Giscart, chargé de production au sein de la Direction Générale des Affaires culturelles de la Province de Hainaut ». Ces derniers ont exploré 71 scénarios, proposés par une soixantaine de candidats. « Je voudrais les féliciter et les encourager. Parce qu’il y avait pas mal de candidats, beaucoup de ont postulé. Donc la lutte a été rude entre les différents candidats. Ce n’était pas facile », confie Yves Hanchar, auteur et réalisateur Belge.

Et de poursuivre : « on se retrouve à Yaoundé à la fin du mois de mars. On va travailler sur ces scénarios, et réfléchir à la mise en scène. Ca ne pourra être que très intéressant et très enrichissant pour tous les candidats, et moi-même ». Côté pratique, « tous les lauréats, dès qu’ils reçoivent l’e-mail, doivent se mettre en contact avec nous pour organiser le transport et le logement à Yaoundé », indique Pascal Judelewicz producteur, responsable d’Acajou films. Les lauréats ne devraient pas trop vite se réjouir. Car de l’avis de ce dernier, « grosso modo, tous les films sont longs, il va falloir les réduire pour pouvoir les tourner dans le temps donnée ». Il en profite pour exhorter les candidats présélectionnés à  venir « à Yaoundé avec un maximum de réflexions, un maximum de données sur ce que vous voulez faire ».

Ces candidats auront en principe jusqu’au 20 avril prochain pour peaufiner leurs scénarios et les envoyer de nouveau par courrier électronique aux organisateurs. Le courrier en question devra avoir des précisions sur « La dernière version de leur scénario, la présentation de l’équipe et une note à la réalisation ». L’identité du vainqueur final sera rendue publique lors de la cérémonie d’ouverture du prochain festival Ecrans noirs à Yaoundé. « Le matériel de tournage et de post-production lui sera alors fourni ainsi qu’une enveloppe de 1000 euros pour ses frais de production, à redistribuer à sa guise… Le film sera tourné en vidéo. Deux techniciens européens accompagneront le réalisateur et son équipe, l’un pendant le tournage, l’autre pendant la post-production », annonçait le staff du concours lors de la conférence de presse tenue à Yaoundé en octobre 2008. Puis la projection aura lieu lors de la clôture du festival Ecrans noirs.

Édouard TAMBA


La liste des lauréats
* J.Bekilé – Effet Indésirable
* E.S.Fomat – La Méprise
* A.Yougang – La fille de mes rêves
* A. Njoya – L’Ambassadeur
* G.B. Samie Moukhat – Etia
* Benjamin Nana – Le prix du pouvoir
* Gilbert Tio Balbena – Les oreilles
* Adrien Tafen – Opération Vautour
* Amélie Messaga – Ma première fois
* Gilbert Koloko – Jamais sans ma cuillère
* Landry Mbassi – Maï
* Marie Paule Langle Sene – Organes Téléphoniques

Médiations annonce les trophées de la presse

MÉDIAS

Médiations annonce les trophées de la presse

Le club Médiations met les journalistes du Cameroun en compétition. Ce dans le cadre de la « Médiations press trophies 2009». Le lancement de cette deuxième édition du concours des meilleurs en journalisme a eu lieu à Yaoundé samedi, 27 février 2008, dernier durant une conférence de presse. Meilleur enquête de presse écrite, meilleur reportage, meilleur article de découverte, meilleure émission de débat, meilleur magazine, meilleur dessin de presse… Une douzaine de catégories à primer en presse écrite, radio, télévision. Marion Obam, présidente du club Médiations précise que les productions anglophones et francophones seront en compétition dans les mêmes catégories. « C’est un concours national ouvert à tous les journalistes. Il n’y a pas de séparation », indique-t-elle. Contrairement à la première édition, et presse électronique sera dans la course avec le prix du meilleur site d’information.

Une catégorie qui aura vite suscité le débat. Quelques personnes observant qu’il y a une espèce d’amalgame en ce qui concerne les sites Internet d’information au Cameroun. La distinction devrait être préciser entre les producteurs de contenus à l’instar de mboablog.com et goducamer.com et les « pillards » spécialisés dans le copier-coller des articles publiés dans les sites web des quotidiens. Quoiqu’il en soit, les journalistes intéressés pourront déposer leurs candidatures entre le 9 mars et le 12 avril prochain. Des urnes ont été prévues à cet effet dans les villes de Yaoundé, Douala, Bafoussam et Ngaoundéré. Quid des régions anglophones, s’interroge le reporter de The Herald. Et les responsables de Médiations d’expliquer que la personne ressource pouvant s’en occuper à Buea par exemple, s’est dite instable. Les articles proposés devront avoir été publiés ou diffusés entre mars 2008 et février 2009. Les premiers dans chaque catégorie recevront du matériel professionnel ; ordinateur portable appareil photo numérique, dictaphone…

Le jury, composé de Charly Ndi Chia, Eloi Ndzana, Patricia Oben, Melvin Akam, Abodel Karimou et Henriette Ekwe rendra son verdict le 2 mai 2009. Une soirée de gala est prévue à cet effet à Douala. Elle clôturera alors « la semaine de la presse » qu’organise le club Médiations à l’occasion de la Journée internationale de la liberté de la presse. En plus des « Médiations press trophies », ladite semaine sera ponctuée d’activités telles que le councelling auprès des élèves et des étudiants, un tournoi de football et des échanges sur des thèmes d’actualité. En deux ans d’existence, Médiations n’est actif qu’à Douala, avec 21 membres affiliés. Ce qui lui prête un air élitiste. Pour Marion Obam et Aretha Mbango, il s’agit de maîtriser d’abord Douala. « Si nous atteignons les objectifs que nous nous sommes fixés à Douala, on va agrandit », affirme la présidente.

Edouard TAMBA