Le développement selon Sarkozy…

HUMEUR

Le développement selon Sarkozy…

Omniprésident. Super ministre. Communicant. Niquant aussi pour reprendre une fidèle lectrice. La Sarkouille a mauvaise presse. Avec à son actif des compliments du genre : « casse toi pauv’ con ». C’est curieux, je ne l’ai pas vu en Guadeloupe. Semble qu’ils sont moins gentils que les pêcheurs. Et on ne sait jamais, il pourrait prendre une noix de coco sur la tronche. En tout cas, La Sarkouille ne manque pas de bonnes manières. La preuve, il a souhaité un joyeux anniversaire à Sa Majesté Barthélemy Ier. Oups, je voulais dire à Son Excellence le président de la Rue publique camerounaise, Chef des tas corrompus, le bien nommé Popol. « A l’occasion de votre anniversaire, c’est avec le plus grand plaisir que je vous adresse mes chaleureuses félicitations », entame la Sarkouille. Quoi de plus normal entre pairs. Il ne s’arrête pas là. « S’il ne m’échappe pas qu’il s’agit avant tout d’un événement d’ordre privé, force est d’admettre que celui-ci revêt aussi une dimension nationale, tant votre histoire personnelle et celle du Cameroun contemporain sont intimement liées », flagorne-t-il. De quoi troubler l’éternel repos de Lapalisse. J’ajouterais que bien de Camerounais ignore que le monarque a eu un prédécesseur. D’autres, n’en savent que ce que disent leurs parents. « Au temps d’Ahidjo ? On ne s’amusait pas comme ça hein », « Au temps d’Ahidjo, hum, tu ne pouvais pas tenter », « Au temps d’Ahidjo, Au temps d’Ahidjo… et bla bla bla ».

Tout allait bien avec cette lettre de Sarko, jusqu’à ce que les lignes suivantes me filent des démangeaisons. « Aussi en cette heureuse circonstance, permettez-moi de saleur votre action en faveur du développement de votre pays ainsi que votre sagesse politique, qui a permis de préserver la paix et la stabilité du Cameroun », re-flagorne-t-il. Pourquoi les démangeaisons ? Et bien, parce que je me demande de quel développement et de quelle stabilité parle l’autre. A moins qu’il ne s’agit du Cameroun.

Parce que ce pays, monsieur le président, avec ses 476 000 Km² de superficie dispose d’un réseau routier de moins de 28 000 Km dont 5000 officiellement bitumés. Le bitumage en question ne tient pas vraiment compte des largeurs. Votre ambassadeur actuellement en séjour là-bas pourrait vous raconter les plaisirs d’un voyage entre les capitales politique et économique.

Dans ce pays monsieur le président, l’approvisionnement en eau potable (- de 60% de la population) et en énergie électrique relève du luxe. Même dans les métropoles. Je préfère ne pas aborder le coût du kilowatt d’électricité et du mètre cube d’eau. Ce dans un pays qui dispose du 2e potentiel hydroélectrique en Afrique. C’est dans ce même pays qu’une entreprise comme Alucam a du réduire sa consommation d’électricité de l’ordre de 40% pour ne pas plonger ménages et autres entreprises dans le noir. Je laisse vos spécialistes calculer l’impact sur la production, la productivité et la politique de l’emploi.

Dans ce pays monsieur le président, des patients décèdent sur des tables d’opération à cause des… coupures d’énergie électrique. Dans ces mêmes hôpitaux, il faut payer avant d’être servi. Je veux dire soigner. Ces mêmes hôpitaux sont pleins de personnes, particulièrement les enfants, souffrant de maladies d’origine hydrique. La faute à la qualité de l’eau consommée au quotidien. Les responsables de ces hôpitaux conseils les malheureux souffrant de pathologies compliquées, d’aller se faire soigner ailleurs, notamment chez vous. La faute aux déficits des plateaux techniques.

Vous parlez de développement dans un pays qui entre les années 1960 et 1970 venait en aide à quelques pays de l’Asie du Sud-Ouest. C’est dans ce pays que la Malaisie et d’autres, ont pris les meilleurs plants de palmiers à huile. C’est maintenant leurs voisins qui construisent les écoles ici. Des écoles que nous sommes incapables d’entretenir. Et dans ces écoles, la vérité de l’Histoire du Cameroun est cachée aux élèves. Des programmes scolaires hérités de la colonisation continuent de mentir. Ce pays qui n’a pas hésité à persécuter les dissidents. Obligeant Mgr Dongmo, Mongo Beti, Jean Marc Ela, Achille Mbembe… à fuir. Tuant les perles du savoir comme le père Angelbert Mveng.

Un pays dans le quel personne, pas même votre monarque d’homologue, ne peut vous éclairer en matière de planification. En 2005, 18 ans après un recensement douteux et périmé, un autre a été lancé. Financé avec l’aide des Nations unies. Les résultats n’ont jamais été publiés. Chacun y va de ses chiffres. Le Fonds national de l’Emploi a ses chiffres sur le chômage. Le ministère de l’emploi et de la formation professionnel a les siens, différents de ceux de l’Institut national de la statistique. On s’accorde à penser que 40% de la population active est désœuvré.

Tellement désœuvré que gagne le désespoir. Les jeunes de ce pays développé, stable et en paix selon, préfèrent affronter le désert et la mer. Pour partir ; et vous avez où. Ils sont probablement myopes, face à la clairvoyance que vous offre les hauteurs de l’Elysée. Ils ignorent que lorsque vous vous tenez debout, sur la soumission du Club des états monarchiques de l’Afrique centrale (Cemac, je reviendrais sue cet acronyme), vous ne voyez pas les choses de la même façon qu’eux Il ne savent même pas que les pays de cette Cemac ont l’obligation de garder 65% leurs réserves au trésor français, ce qui vous permet emprunter de l’argent à des taux dérisoires. Ahh monsieur le président, vous parlez de développement. J’allais oublier de signaler que votre ramassis de flagorneries a fait la Une du quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, et a été lu en boucle sur les radios et télévisions que nous finançons avec la redevance audiovisuelle. En Afrique, je comprends mieux ce qu’est le développement selon vous…

Edouard TAMBA

8 thoughts on “Le développement selon Sarkozy…

  1. Pingback: Le développement selon Sarkozy…

  2. Djé

    Toi, tu cherches doublement les problèmes 😉

    Et oui cher Tamba, nous ne partageons pas les mêmes valeurs avec ceux qui nous gouvernent…quelque soit le continent où l’on se trouve.

    Je répercute ce très utile “droit de réponse” sur BAO.afrobazz.com

    @ bientôt

  3. Lenaelle

    Edou tu traduis bien le sentiment qui nous anime tous, c’est vraiment une vaste fumisterie, que dis-je comédie entre ces différents personnages…Le texte a été lu à la radio, à fait la une des médias, jusqu’où ira l’esclavage madre de dios!

  4. Etum

    @ET,
    Tara comme dit djé tu falla 2x les palabas. Je re il se fait tard

    Tara à l’heure ci, seuls les politicons peuvent flagorner, pas mo
    TAMBA

  5. TAMBA

    Djé,
    Chercher des noises à 2 monarques, beh… On dit ici que “mouillé c’est mouillé, y a pas de mouillé sec 😀 Je suis mouillé.
    Merci pour l’atalaku via Bao.Afrobazz J’en suis vraiment honoré.

    Lenachou,
    Le texte de Joe Dalton-là, les gars lisaient ça comme si on n’annonçait que le Cameroun a gagné la coupe du monde. A ce propos, j’aimerais bien donné une glacée à celui qui a dit que “le ridicule ne tue pas”.

    Eddy,
    Un compliment comme ça, je rougis mais la mélanine… 😉

    Etum,
    Reviens dès que tu peux

  6. Etum

    @ET
    et si je ne veux pas venir c’est la force lol


    Que tu ne veux pas revenir hein? Ok. Je vois que tu ne connais pas le Bir. Demande aux manifestants de février 2008 comment par force, ils ont ramassé les braises avec leurs doigts 😀
    TAMBA

Leave a Reply