Fonkam Azu’u s’invite à l’investiture d’Obama

Investiture de Barack Obama

Fonkam Azu’u s’invite chez l’ambassadeur

Il y avait du beau monde à la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun. Représentant des partis politiques, membres de la société civile, des universitaires, des représentants de confessions religieuses, des journalistes, des chefs d’entreprises, des membres du gouvernement, des diplomates, des leaders estudiantins… Tous venus vivre, par téléviseur interposé, la cérémonie d’investiture du nouveau président américain en direct du Capitol à Washington. De Georges Washington en 1789, à Barack Hussein Obama en 2008, « le principe fondamental du changement de dirigeant par des moyens démocratiques est demeuré constant… », relève Janet E. Garvey, ambassadrice des Etats-Unis au Cameroun.

Un principe auquel était déjà attaché le tout premier président de l’Union. En effet, Georges Washington  qui n’a pas hésité à se retirer malgré des appels lui demandant de rester au pouvoir. Le gratin des milieux politico-économique et socioculturel est donc venu célébrer cette victoire de la démocratie perpétuée par l’élection inédite d’un « Africain-américain » à la Maison blanche. Mais certaines présences chez son excellence Janet E. Garvey ont poussé plus d’une personne à s’interroger. Notamment celle des personnes désignées comme membres du Conseil électoral de Elections Cameroon (Elecam) par Paul Biya le 30 décembre dernier. La nomination de ces derniers a été suivie d’une levée de boucliers venant des partis politiques, de la société civile et de la presse. « Comment les Etats-Unis peuvent inviter des gens comme ça ? », n’a pas manquer de s’insurger un invité.

Une indiscrétion affirme que tous ont été effectivement invités, à l’exception du président du Conseil électoral Samuel Fonkam Azu’u. « Il s’est lui-même invité. C’est par courtoisie qu’on l’a laissé entrer », apprend-on. En plus d’être membre du Comité central du Rdpc au moment de sa nomination, il se trouve que ce dernier serait mêlé à une affaire d’immigration clandestine à destination des Etats-Unis dont l’enquête est en cours. Le président du Conseil électoral d’Elecam de part sa position de secrétaire général de l’Assemblée nationale aurait facilité l’entrée chez l’Oncle Sam de plusieurs clandestins camerounais, par le moyen de fausses missions pour le compte de l’Auguste chambre. Une tentative de l’avoir au téléphone plus tard, pour en avoir le cœur net sur son invitation ou pas a été infructueuse. L’ambassadrice confirme tout de même que les membres d’Elecam ont été invités. Ce dans une perspective d’ouverture vers le dialogue.

Edouard TAMBA

Interview – JANET E. GARVEY

« C’est une occasion pour faciliter le dialogue »

L’ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun explique la présence des membres d’Elections Cameroon (Elecam) à sa résidence, à l’occasion de la cérémonie d’investiture de leur 44e président


Les membres du Conseil électoral d’Elecam ont assisté à la cérémonie d’investiture du président Obama depuis votre résidence. Ont-ils été invités et pourquoi ?

Aujourd’hui, c’est un jour où nous pouvons célébrer la démocratie. Pour nous les Américains ici au Cameroun, c’était une occasion de partager cette expérience américaine, avec plusieurs membres des institutions camerounaises. C’est pour cette raison que vous avez remarqué la présence des membres des partis d’opposition, les journalistes, les membres de la société civile, et les membres du gouvernement. Particulièrement ceux qui ont un rôle dans le déroulement des organisations. Nous voulons que, comme chez nous, ceux ayant des opinions divergentes se parlent. Nos amis Camerounais ont l’occasion de faire de même. Il y a beaucoup de Camerounais qui pensent que c’est un bon exemple. Un ambassadeur comme moi utilise les occasions comme celles-ci pour faciliter le dialogue.

Excellence, il se trouve que la désignation des membres d’Elecam suscite une vive contestation quand à légitimité…

Je sais… (rires) Mais beaucoup de gens n’ont pas eu l’occasion de discuter avec les membres du gouvernement depuis lors. Une ambassade, est un lieu indiqué pour des discussions. Il y a l’exemple du président Obama que j’ai évoqué. Il a invité ses adversaires politiques à rejoindre son gouvernement. Nous pensons que c’est un bon modèle. C’est une occasion américaine avec les exemples et les problématiques de notre histoire.

Faut-il retenir que l’ambassade des Etats-Unis cautionne la nomination des membres d’Elecam malgré les entorses relevées ?

Nous n’avons pas dit ça. Seulement, c’est une chose très importante pour le Cameroun. Je voudrais que le public Camerounais, les médias et les autres aient l’occasion d’en discuter. Comme je l’ai déjà dit, les gens qui sont invités ce soir, c’était pour regarder notre expérience.

Interview réalisée par

Edouard TAMBA

In Le Messager du 21-01-09

2 thoughts on “Fonkam Azu’u s’invite à l’investiture d’Obama

  1. Pingback: Fonkam Azu’u s’invite à l’investiture d’Obama

  2. Boban

    What you just presented is quite questionable isn’t it? I take that with some reservations, is it possible that such a respectable man pops up at the embassy without any invitation? What for? May be to show everyone his new dress. I take that with some reservations, that may not be what transpired, else in your interview with the E Garvey, you should asked her why the ELECAM boss was not invited and why the Embassy allowed him in without an invitation.

Leave a Reply