Le présumé meutrier de Marthe Moumié

MÉDIATISATION

Panique ou volonté de transparence  du gouvernement ?


En garde à vue à la Pj d'Ebolowa

En garde à vue à la Pj d'Ebolowa

Quelle célérité ! En moins de 48h, les éléments de la délégation régionale de la police nationale affirment avoir mis le meurtrier de Mme Moumié née Ekemeyong Marthe aux arrêts. Comme pour prendre l’opinion publique à témoin, les journalistes d’Ebolowa sont appelés à se rendre la délégation de la police judiciaire. Eboutou Minla’a Franck est passé aux aveux complets selon les flics. Sauf qu’il nie avoir violé la vieille. Le « coupable » est donc présenté à la presse. Vêtu d’une short jaune, et d’un pull-over gris, sandales aux pieds, poignets entravés par des menottes. Comme un animal de foire, on le dévisage. Appareils photo et camera se mettent en action. Les flashes crépitent. Les murmurent aussi. « Donc c’est lui hein ? », « Wèèèèh. Qu’est-ce qu’il voulait à une vieille femme comme ça ? », « A 18 ans il fait déjà des choses comme ça, et il là même violée »… peut-on entendre. L’autre reste impassible. Le regard dans le vide.

Il donne l’impression d’être absent de tout ce qui se passe autour de lui et à propos de lui. Même pas un battement de cils de la part de Eboutou Minla’a Franck. Comment est-il passé aux aveux ? Qu’a-t-il exactement dit aux policiers ? Peut-on se fier au mobile avancer ? Quoiqu’il en soit, les flics tiennent leur « coupable ». « La hiérarchie tient à ce que ça passe au journal de 17h. Vous allez nous laisser d’abord travailler avec la Crtv, on va vous appeler après », explique Enguené Magloire tout en rédigeant à la main, la note qui sera rendue au poste national par un journaliste. « La hiérarchie nous avait donné 48h pour trouver le meurtrier. C’est pour cette raison que le gouvernement a demandé que ça passe au journal de 17h », continue d’expliquer le commissaire Enguené. C’est la même note qu’il livrera plus tard aux autres journalistes.

Evitant, au passage de rentrer dans un certain nombre de détails. « On ne peut pas encore tout vous dire. C’est lors de la reconstitution des faits que vous aurez tous les détails », indique le policier. Pour lui, l’affaire est donc close. Au moins en ce qui concerne l’enquête de police. Puisqu’elle tient le présumé meurtrier. Ainsi que des aveux et un mobile. Mais une affaire similaire est encore dans les mémoires. L’assassinat de Marie germaine et Marie Léonne de la congrégation des sœurs du sacré cœur. Elles avaient été retrouvées le 12 juin 1991, à la mission catholique d’Abing, baignant dans leur sang, et la plus âgée violée. Un suspect vivant dans les parages avait été interpellé et accablé. Mais l’incohérence de ses déclarations a semé le doute. Le passage de Eboutou Minla’a Franck devant les tribunaux du Sud permettra de voir s’il ne s’agit que d’une coïncidence…


Edouard TAMBA

A Ebolowa

One thought on “Le présumé meutrier de Marthe Moumié

  1. Gangoueus

    Cette affaire est délicate, j’apprécie la prudence de ton point de vue…

    Merci Gangoueus. Tu sais, des flics en général indolents qui te chope un présumé meurtrier en moins de deux… hum! Pincettes, pincettes et pincettes
    TAMBA

Leave a Reply