Richard Bona électrise Yaoundé

SPECTACLE

La magie de Richard

La magie de Richard

Richard Bona électrise Yaoundé

Epoustouflant. Le public en redemande. « Merci. Bonne soirée ! », lance Richard Bona avant de quitter le podium de Yaoundé en fête (Ya-fe) ce 27 décembre 2008. « C’est comme-ci il n’a même pas joué pendant 30 minutes hein », se plaint Parfait, un fan. Comme lui, plusieurs spectateurs veulent encore du Bona sur scène. « Il n’a pas chanté New Bell », observe un autre. L’artiste s’y attendait. « Avec le public camerounais, ça ne suffit jamais. Si tu joue une heure, il te demande de jouer 2h, si tu joues 2h, ils t’en demandent plus… Mais j’ai hâte d’être sur scène et de montrer ce que je sais faire », confiait-il déjà le 23 décembre 2008 à la presse. Et ce qu’il sait faire, le public en a eu pour ses oreilles, et ses yeux.

Sans être un spécialiste, on est séduit par la dextérité de Richard Bona avec sa guitare basse à cinq cordes. Blues, soul, salsa, mangambeu, makossa… l’artistes et sa guitare forme un couple harmonieux. Ses doigts caressent les cordes, tapent quelques fois dessus. Il en sort des sonorités parfois surprenantes venant d’une guitare basse. Les mouvements de son corps et ses mimiques faciales vont avec. Il semble aller chercher ses sonorités dans ses entrailles. Peu de dire que la foule est électrisée. Jaco Pastorious, Stevy Wonder, Pierre Didi Tchakounté, John Legend… le tout à la sauce Richard Bona. Son doigté semble n’avoir d’égal que sa voix. « Je suis d’abord un conteur », disait-il. Le compteur né à Minta en 1967 sait reproduire toute les gammes avec sa voix, et même les instruments. Bass, harmonica, guitare… Rien ne lui résiste.

« C’est un magicien ! » lance un spectateur conquis. La magie ? Bona promet d’en faire. Grâce à un dispositif actionné par des pédales au sol, il chante, enregistre au même moment, superpose sa voix sur différentes gammes, mime la basse. Il en ressort une chanson composée en live. L’auteur de « Scene from my life » sait aussi amener le public à chanter. Il joue même les devins. « Le Cameroun va remporter la coupe du monde 2010 », annonce-t-il. C’est le délire dans la foule. Un délire d’une heure et demi. Richard Bona vient de boucler sa saison 2008. Chez lui. Environs 160 concerts donnés à travers le monde. Rendez-vous le 15 janvier 2009 à Marseille. Ensuite le 20 janvier à la Maison blanche pour l’investiture de Barack Obama. Les deux premiers mois de 2009 sont déjà bouclés pour le bassiste camerounais.

Edouard TAMBA

9 thoughts on “Richard Bona électrise Yaoundé

  1. TAMBA

    Kans, tu demandes là des éléments précieux que la précipitation a absorbé. Ce concert s’est déroulé au boulevard du 20 mai, en face des tribunes. Près de 6000 personnes selon moi. Parce que en plus des places assises, les gens peuvent se tenir debout, et d’autres à l’extérieur. L’écran géant permet de regarder le concert à plus de 100 mètres. Pour le coût, c’était presque gratuit. 200 Fcfa pour accéder au site de Ya-fe, et 0FCfa pour le concert.
    Au fait, les gars de P Square ont mobilisé plus de 20 000 personnes là-bas le 25 décembre. J’y allais et je n’ai pas pu entrer.
    Merci Etum 🙂

  2. Pingback: Richard Bona électrise Yaoundé

  3. TAMBA

    Hi Lena,
    Si j’ai réussi à te faire voyager comme ça… beh je me présente mes félicitations 😀
    Heureux de savoir que t’étais dans les parages et bonne année 2009

    P.S. L’affaire de P-Square-là…hum j’ai pas encore vu quelqu’un qui n’aime pas

  4. Hyacinthe Banok

    R Bona est l’un des lions indomptables de la musique qui vendent chere la culture du Cameroun partout dans le monde.Même que la piraterie continue à rester un grand fléau pour les artistes.

Leave a Reply