Cameroun : Comment le fisc plombe l’investissement et les affaires

CAMEROUN

Comment le fisc plombe l’investissement et les affaires


Le Cameroun représente un risque majeur pour l’investissement et les affaires. C’est à cette conclusion que parvient l’enquête menée par un ensemble d’organismes auprès des entreprises. « 57 % des entreprises estiment qu’il est globalement risqué d’investir au Cameroun », indique le rapport 2008 sur la « perception des entreprises sur le climat des investissements et des affaires au Cameroun ». Près de 39% de ces entreprises vont plus loin en affirmant qu’il est même « très risqué » d’investir au Cameroun. La mauvaise perception qu’ont ces entreprises s’explique par un ensemble de paramètres. « Les pressions et les tracasseries fiscales (34,6 %), la mauvaise gouvernance publique et la corruption (19,7%), le manque de financement (14,4%) », constituent le trio de tête des causes. Dans les détails, « 86 % des entreprises estiment que [les impôts ont] a pesé négativement sur leurs activités en 2007, pression qui persiste par rapport à 2006 (85 %) », poursuit le rapport de l’enquête. Les responsables de ces entreprises ont trouvé des parades pour gérer leurs rapports avec le fisc.
« 49 % des chefs d’entreprises confirment qu’ils offrent des cadeaux aux agents des impôts », apprend-on. Plus précisément, « les grandes entreprises (77 %) et les moyennes entreprises (62 %) s’y accommodent mieux que les petites entreprises. C’est dans le Littoral (60 %), Nord-Ouest (57 %) et Centre (53 %) que les entrepreneurs sont plus généreux vis-à-vis des agents des impôts ». Certains avouent corrompre ces agents du fisc. A propos des pots de vin, « 36 % des chefs d’entreprises déclarent verser aux fonctionnaires pour obtenir des services, un montant correspondant à l’équivalent de ]0 à 5 %] de leur chiffre d’affaires. Cette proportion est en augmentation de 12 points par rapport à l’année 2006. Ce seuil de dépense en pots de vin est atteint par 45 % des grandes entreprises et 41 % des moyennes entreprises », révèle l’enquête.
Les travaux initiés par la coopération allemande (Gtz), la coopération hollandaise (Snv) et le Groupement interpatronal du Cameroun (Gicam), s’étendent aux éléments tels que l’accès à l’électricité, à l’eau, aux crédits, l’usage d’Internet, la sécurité, etc. C’est à l’occasion du salon Promote 2008 qu’il a été présenté au public hier, 8 décembre 2008. Ce en l’absence du ministre de la Planification et de l’aménagement du territoire, pourtant aperçu quelques heures plus tôt sur les lieux.

Par Edouard TAMBA

In Le Messager 09-12-2008

2 thoughts on “Cameroun : Comment le fisc plombe l’investissement et les affaires

  1. Lenaelle

    Ca à l’air surréaliste, et pourtant. C’est bien au moins ils avouent même les pots de vin et tout le tintouin.
    Qui a encore dit ça, le Cameroun c’est le Cameroun

Leave a Reply