Booto à Ngon entre la prison et l’hôpital

SOCIETE

Booto à Ngon retourne à l’hôpital

Un malheur ne vient jamais seul. Le vieux Booto à Ngon l’apprend à ses dépends. A peine a-t-il commencé à purger sa peine de prison que sa santé se dégrade. Le régisseur de la prison centrale de Yaoundé a été de nouveau obligé d’autoriser la sortie de ce dernier en direction d’un centre hospitalier. L’ancien président du Conseil d’administration (Pca) du Crédit foncier du Cameroun (Cfc) a été extrait du quartier 11 pour un rendez-vous médical, hier 30 octobre 2008. Il y est allé sous l’escorte d’un gardien de prison. « Il n’a pas besoin d’une forte escorte », observe un geôlier. « Il est déjà âgé, il ne boit pas et il ne cherche pas les femmes. D’ailleurs, c’est lui-même qui s’est présenté au procureur après sa condamnation », poursuit-il, comme pour justifier la légère escorte du détenu.

C’est la seconde fois depuis le début de cette semaine que Joseph Booto à Ngon se rend au cabinet médical Dr Hell. Il y était déjà lundi dernier, 27 octobre 2008. « Quand il sort, il revient le soir », assure le régisseur, Nkemanda Lebule Francis. Il affirme que le détenu peut sortir à chaque fois que la nécessité s’impose. Les collaborateurs de ce dernier s’accordent à dire qu’ « il est vraiment malade ». Mais de quoi souffre-t-il ? Mystère. Toujours est-il que Joseph Booto à Ngon était déjà malade en arrivant à la prison de Kondengui en août dernier. « Il est arrivé ici avec un gros sachet de médicaments », relève un autre gardien de prison.

Ses compagnons de détentions autant que les geôliers n’ont jamais vus les pieds de cet ex Pca. « Il porte toujours des chaussettes », observent certains. A la prison de Kondengui, on exclue la possibilité d’un problème de mauvais traitement. Selon une source interne, « sa fille lui apporte à manger tous les jours, et tout le monde peut lui rendre visite ». Ce dernier en arrive à imaginer que c’est peut-être la diminution du nombre de visites qui porte un coup à son moral. « Quand il venait d’arriver, les gens venaient de partout pour lui rendre visite. Ce n’est plus le cas aujourd’hui », observe notre source.

Quoi qu’il en soit, Joseph Booto à Ngon affichait des signes de maladie depuis le déroulement du procès de détournement de deniers publics au Crédit foncier du Cameroun. L’on se souvient que durant les audiences, il sortait de la salle pour prendre ses médicaments, et très souvent, il sollicitait la possibilité de comparaître en position assise. Ce qui mettait régulièrement le représentant du ministère public en rogne. « Je vous souhaite d’avoir mon âge », avait-il fini par lancer au magistrat Awana.  Puis, le Pca déchu a disparu des audiences. Ce qui n’a pas empêché le tribunal de le condamner à 40 ans d’emprisonnement ferme. Ce après l’avoir déclaré coupable de détournement en coaction de plus de 3 milliards de Fcfa. En attendant le retour de l’affaire devant la Cour d’appel, l’ex ministre des finances, ex directeur des Impôts et ex Pca du Cfc, aujourd’hui âgé de plus de 70 ans, vit entre la prison et l’hôpital.

Edouard TAMBA

3 thoughts on “Booto à Ngon entre la prison et l’hôpital

  1. etum

    Edouard,

    PCA du cameroun??????

    Mea culpa Etum, et fidèles visiteurs. Je voulais dire Pca du Crédit foncier du Cameroun.
    Une Pca du Cameroun? Moi-même je wanda 🙂
    TAMBA

  2. Lenaelle

    Yaaaaaaaaa on l’a tcha et maintenant il tombe malade! Mais oui mista, au début on te cherche mais après là est ce que tu donnes même encore les dos aux visiteurs?
    Vraiment les cam et les affairages, ça m’étonne qu’on ai pas encore jété le mot sida 🙂

Leave a Reply