Gaspard Ulliel au Cameroun

En réalité, il n’est pas question de ce comédien Français dans le présent texte. Bien qu’il soit effectivement au Cameroun pour le parrainage de “7 jours pour un film”. Je l’ai rencontré ce matin, et j’étais plutôt surpris. Cela étant une autre affaire.

CINEMA

Des scénaristes camerounais en compétition

Le concept « 7 jours pour 1 film » a été présenté hier, 22 octobre 2008 à Yaoundé. Il s’agit d’une initiative qui débouchera sur la production d’une court-métrage en six jours

« Sept jours pour un film ». C’est le pari que va tenir en partenariat d’une part le Festival Ecrans noirs, le Festival international d’Amour de Mons, Acajou films et Onoré productions, et d’autre part des cinéastes camerounais. Il s’agit en fait d’un concours de scénarios pour « la découverte de jeunes talents camerounais ». Mais il ne faut pas se fier au terme « jeunes ». Si l’idée est d’aller à la découverte de jeunes talents, « il n’y aura pas de bornes. La chance sera donnée à tout le monde (…) La seule obligation c’est d’être camerounais », précise Pascal Judelewicz de Acajou films. Selon les indications que donnent les initiateurs, les personnes intéressées peuvent déjà rédiger leurs scenarii de courts-métrages et les envoyer par courrier électronique à l’adresse info@7jourspour1film.com jusqu’au 4 janvier 2008.

Le courrier en question doit aussi contenir une note d’intention de l’auteur sur deux pages, et d’autres données telles que noms, prénoms, adresses etc. Si la question de l’accès à Internet se pose, les organisateurs prévoient d’autres possibilités. Selon Arice Siapi de Onoré production, les Alliances et Centre culturels français seront mis à contribution pour éventuellement recevoir et acheminer ces cas. Mais à conditions que « ce soit sur un support électronique », insiste Bassek Ba Kobhio du Festival Ecrans noirs. Car, les membres du jury sont dispersés à travers le monde. Passée cette étape, les membres du jury se réuniront à Mons en France entre le 13 et le 20 février 2009. En dehors du Festival international d’Amour auquel ils y prendront part, ces derniers procèderont à la présélection d’une dizaine de scenarii.

Les dits projets de films seront publiés sur le site Internet de la compétition (www.7jourspour1film.com) au plus tard le 25 février. « Les lauréats [seront] invités à Yaoundé du 16 au 22 mars pour participer à un atelier de perfectionnement de scénario », sous la houlette de Yves Hanchar et Chouinard, scénaristes professionnels. Les participants à l’atelier auront alors jusqu’au 20 avril pour peaufiner leurs scénarios et les renvoyer à la même adresse. Mais cette fois, la présentation de l’équipe technique devra faire partie du document. Ces présélectionnés attendront de nouveau jusqu’à la cérémonie d’ouverture des Ecrans noirs 2009 à Yaoundé. Le jury se réunira à cette occasion pour rendre public l’identité du vainqueur. « Tout le matériel de tournage et de post-production lui sera alors fourni ainsi qu’une enveloppe de 1000 euros pour ses frais de production, à redistribuer à sa guise… Le film sera tourné en vidéo. Deux techniciens européens accompagneront le réalisateur et son équipe, l’un pendant le tournage, l’autre pendant la post-production », prévoit l’organisation du concours.

« Le film doit être terminé le dernier jour du Festival pour être projeté au cours de la soirée de clôture. Le gagnant aura donc la durée du festival pour faire son film : préparation, tournage et post-production inclus », apprend-on. Le comédien Gaspard Ulliel, parrain de l’événement, y voit « une occasion en or pour de jeune talents qui vont mettre en exergue leur créativité ». Ce dernier se dit « fier de parrainer cette opération », et n’exclu pas la possibilité d’entrer dans un des personnages du scénario vainqueur si son agenda le lui permet. Une fois le film réalisé, « les droits appartiennent au réalisateur et à son équipe à condition qu’ils se partagent les recettes à raison de 50% pour le réalisateur et de 50% pour l’équipe ». Quand à l’heureux élu, il bénéficiera d’une campagne de diffusion dans des festivals et sur des télévisions.

Edouard TAMBA

8 thoughts on “Gaspard Ulliel au Cameroun

  1. Blaise Eloungou

    Bonjour M TAMBA,
    votre texte est très long pour un blog
    faites un effort de le contracter ceux de l’avenir

    M. Eloungou, merci de l’intérêt que vous portez aux contenus de ce blog. Re-merci pour les observations.
    TAMBA

  2. Lenaelle

    C’est pas pour faire ma bêcheuse mais depuis quand il y a une longueur pour les textes des blogs? Passons.

    C’est une belle initiative que je m’en vais transmettre à un pote qui se cherche dans le cinéma

    @Etum
    Tu me fais trop rire…

  3. Etum

    Lena tu connais les gens dans le ciné? mets moi en haut je passe aussi à la télé non? lol

    Edou d’Etounou les prochains écrans noirs c’est quand?

  4. Tchitchit

    Je suis bien d’accord avec Lena. Je ne trouve pas ce texte trop long. Trop long va de pair avec “ennuyeux” car quand on aime un texte, on le trouve trop court..
    Mais bon passons.

    Ravie de retrouver ici tout le Cameroun pensant!

    Grosses bises.

    “Tout le Cameroun pensant” hum Tchitchi toi là…
    TAMBA

  5. michele diboma

    bonjour,je me nomme michele diboma et je suis une tres grande fan du ciné afro,en fait j aimerais savoir si vous avez déja les noms des lauréats.
    merci

  6. TAMBA

    Salut Michele!
    Comme tu as pu le lire dans l’article ci-haut, c’est au plus tard le 25 février que les noms des présélectionnés seront publiés sur le site Internet de 7 jour 1 film.
    Reste connectée 🙂

Leave a Reply