Mboablog : “Notre ambition est de couvrir tout le Cameroun”

Interview – Brice ATCHOUKEU

« Notre ambition est de couvrir tout le Cameroun »

Le directeur général de Open  Solution, l’entreprise promotrice de la nouvelle plate-forme explique le
concept et son originalité

Pouvez-vous nous expliquer le concept de Mboablog ?

C’est le défi de l’information de proximité sur le Cameroun diffusé sur Internet. C’est une blogosphère comme il y’en a plusieurs. Mais elle a ceci de particulier qu’elle est construite autour du concept de blogs de quartier. Le blog de quartier parce que tout se passe dans le quartier. On naît, on vit, on travaille, on meurt dans un quartier. Et l’autre spécificité c’est que l’information est diffusée par les personnes qui la vivent, et elles là racontent à leurs façons.

La plate-forme revendique sa camerounité en même temps que son positionnement c’est la vie des quartiers. Du coup on pense en même temps à des concepts tels que Ivoir-blog ou Bondy blog. En quoi Mboablog est-il original ?

L’originalité est à plusieurs niveaux. Déjà sur le point de l’architecture, et même de l’aspect du visuel de la blogosphère. Contrairement aux autres, on n’a pas pris une blogosphère qu’on a ensuite paramétrée. On l’a entièrement construite parce qu’il était important pour nous d’y faire ressortir l’identité camerounaise. Contrairement aux autres blogs, la notion de blogs personnel ou professionnel et tous les autres s’arrime à celle de blog de quartier. Parce que vous avez être un people, un journaliste… vous appartenez ou vous êtes originaire d’un quartier. La grosse spécificité tient de ce que l’élément fédérateur de notre blogosphère c’est le quartier.

Maintenant que la plate-forme est active, comment fonctionnera-t-elle à court et à long terme ?

Notre ambition est de couvrir tout le Cameroun, mais il fallait commencer quelque part. On a commencé par Yaoundé avec 25 quartiers pilotes. On a démarré avec des jeunes, profitant du concept vacances utiles en bloggant. Etant donné que ce sont des personnes qui n’ont pas de formation de journaliste et qu’il faut se prémunir d’éventuelles dérives, on a proposer une formation aux jeunes dans les domaines de : « Citizen journalism », « éthique et e-déontologie », « Prise d’image sur le web », « Reportage vidéo pour le web ». C’est un ensemble d’outils qui devraient leur permettre d’être dans la dynamique blog’attitude et de produire un contenu qui soit de qualité sur notre blogosphère.

Mboablog est lancé dans un contexte de fossé numérique criard. L’accès à Internet relève encore du luxe au Cameroun…

On a pris en compte ce problème. Un certains nombre d’opérateurs de téléphonie mobile permettent déjà de se connecter à Internet via le téléphone portable. Cela permet d’étendre le spectre des personnes pouvant se connecter. Mais on a encore un problème de lenteur du au faible débit. Mais pour cela, nous avons allégé la plate-forme et c’est plus fluide.

Etes-vous conscient de ce que vos jeunes rédacteurs peuvent bidonner ou alors filmer les gens sans leur autorisation et des conséquences que cela pourrait entraîner ?

Il y a effectivement des dispositifs qui ont été mis en place. Autant on aimerait produire de l’information en temps réel, autant on doit s’entourer d’un certain nombre de garde-fous. Dans ce sens-là, on va rendre l’accès libre à tous les supports d’information qui ont été utilisés pendant l’opération « vacances en bloggant 2008 », sur notre blogosphère. Deuxièmement, tout article publié librement par un blogger va être consulté et analysé pour une éventuelle censure de l’équipe de gestion de la plate-forme. Et troisièmement, on av donner la possibilité aux internautes, au cas où une dérive nous aurait échappé, de signaler un contenu abusif directement.

Interview réalisée par

Edouard TAMBA

Leave a Reply