Mbassa-Nyam fête ses 30 ans de carrière

CULTURE

Mbassa-Nyam célèbre ses 30 ans de carrière

Il est l’un des premiers maquettistes du journal Le Messager

“Couleurs d’Afrique”. C’est sous ce thème que Mbassa-Nyam exposera les oeuvres marquant ses trente années de carrière culturelle en tant que peintre, maquettiste, dessinateur et bédéiste. “C’est d’abord la peinture africaine, l’expression africaine et je suis Africain”, déclare l’artiste pour justifier le choix du thème de l’événement. Si certains détails tels que la date exacte ne sont pas encore définitifs, il a déjà son plan en tête. “Je prévois de faire une très grande exposition qui pourrait s’étendre à Douala et Bafia, ma vile natale. Tout dépendra des moyens”, annonce Mbam-Nyamsi. L’exposition programmée pourrait se dérouler sur un mois entier, avant la fin de l’année 2008. Et d’ajouter : “J’ai déjà rassemblé toutes les œuvres à exposer”. Des tableaux de peinture réalistes et abstraits, des extraits de bandes dessinées, dessins divers… Le public aura l’occasion de découvrir l’auteur de la célèbre œuvre : “Il était une fois les Lions Indomptables”, parue en 1985. A cette année-là, Mbassa-Nyam avait déjà roulé sa bosse dans plusieurs entreprises. Surtout dans la presse.


“Je montais à la fois La Gazette, Le Messager et Cameroun Sports et Loisirs”, précise-t-il. Ses souvenirs de maquettiste au journal Le messager entre 1982 et 1984 sont encore frais. “Je suis l’un des tout premiers maquettiste au Messager”, dit-il. Pius Njawé, le directeur de publication, de préciser que c’est avec lui qu’ils ont choisi la couleur mauve de la charte graphique du Messager. “A cette époque, on faisait ce qu’on appelle le coupé-collé, le montage était manuel. Parfois, il fallait découper les caractères dans les autres journaux ou les dessiner”, raconte-t-il. “Nous étions les premiers à parler du conflit Ahidjo-Biya entre 1982 et 1983. C’était les premières grosses ventes du Messager ; cette édition avait même été imprimée plusieurs fois”, se souvient l’artiste. Le Messager étant hebdomadaire, il lui restait du temps à consacrer ailleurs. Mbassa-Nyam était aussi maquettiste à La Gazette de Abodel Karimou. Il y arrive en 1979 comme aide maquettiste, en repart, pour revenir en 1989 comme chef maquettiste.


Mais l’arrivée de la mise en page assistée par ordinateur bouscule les habitudes. “C’est l’évolution. Avant c’était l’enfer. Mais l’essentiel, c’était le résultat”, commente-t-il. “J’ai tout de même été formé en informatique en 1988, mais je préférais le dessin”, poursuit l’artiste. Cet amour pour le dessin l’éloignera de la presse. En 1990, il signe une autre bande dessinée à succès. Le premier tome de “La fabuleuse histoire du football camerounais”. Puis il rebondit à La Gazette comme responsable technique en 1991. Année à laquelle il expose au Festival national des arts et de la culture (Fenac), et aux Etats généraux de la culture. Après un passage à vide, Mbassa-Nyam réapparaît en 1994. Son talent est mis à contribution dans le cadre de l’élaboration du Plan national de gestion de l’environnement. Puis il participe à un ensemble de projets au ministère du Tourisme. Dans le même temps, il conçoit et réalise les éléments iconographiques de la campagne publicitaire sur la transition informatique en l’an 2000, ansi que le logo du Comité an 2000.


Cette aptitude au dessin est selon lui “innée. Je suis un autodidacte” affirme Mbassa-Nyam. Mais il n’est plus sûr de pouvoir retrouver son premier succès en dessin. Une œuvre qu’il avait eu l’occasion d’exposer pendant la visite des épouses des présidents Valérie Giscard d’Estaing et Ahmadou Ahidjo à la Croix-Rouge en 1977. L’artiste avait alors 19 ans. Age auquel le dessin avait déjà pris le pas sur ses études scolaires commencées à l’Ecole de la gendarmerie mobile à Yaoundé et stoppées au collège Anderson à Donenkeng par Bafia

Par Edouard TAMBA
In Le Messager du 13-10-2008

One thought on “Mbassa-Nyam fête ses 30 ans de carrière

Leave a Reply