Le Canada fête ses 141 ans

DIPLOMATIE

Le Canada célèbre ses 141 ans d’existence

La résidence du Haut-commissaire du Canada à Yaoundé a accueilli du beau monde mardi dernier. Chefs de missions diplomatiques et assimilés, membres du gouvernement, chefs traditionnels, personnalités des milieux  politiques, économiques, culturels, médiatiques et religieux, etc. Tous venus se joindre à la représentation diplomatique du Canada au Cameroun pour la célébration de la fête nationale de ce pays. La canada a en effet eu ses 141 ans d’indépendance le 1er juillet dernier. Pour l’occasion, les jardins de la résidence, Haut-commissaire, Jean-Pierre Lavoie, à Bastos offre des rencontres inhabituelles en public. Directeurs de publications en conversation avec des ministres, hommes de culture et chefs traditionnels et diplomates riant à gorges déployées…

Jusqu’à ce qu’intervienne l’hymne national du Canada. « Ô Canada! Terre de nos aïeux, Ton front est ceint de fleurons glorieux! Car ton bras sait porter l’épée, Il sait porter la croix! Ton histoire est une épopée. Des plus brillants exploits. Et ta valeur, de foi trempée, Protégera nos foyers et nos droits. Protégera nos foyers et nos droits », chante la chorale réquisitionnée pour la fête. Le Haut-commissaire appelle l’assistance à lever les verres pour souhaiter un « happy Canada day » ! Rappelant au passage que l’édition 2008 se tient à quelques mois du prochain sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie. Le 12e sommet de l’Oif est annoncé du 17 au 19 octobre 2008 à Québec.

Il y sera question en priorité de promotion du français, de démocratie, d’environnement… Des domaines dans lesquels le Canada accompagne l’Afrique en général. « Le Canada est un ami de l’Afrique depuis toujours », affirme Jean-Pierre Lavoie. « Le Canada est très attaché à l’Afrique par des relations intenses et ouvertes », poursuit-il. Le Cameroun semble y avoir une place de choix. Ce pays ayant accueilli la première représentation diplomatique du Canada en Afrique subsaharienne, en 1962. Ces relations entre les deux pays sont encore plus intense parce que les deux pays ont en commun l’usage de deux langues officielles. « Il faut noter qu’à l’origine, le Canada s’est inspiré du modèle camerounais en matière de bilinguisme », rappelle Dr Nkoum, diplômé de relations internationales et enseignants à l’Esstic.

A l’occasion des sommets de l’Onu, la délégation Canadienne aurait été marquée par la maîtrise des deux langues par les Camerounais. Mais aujourd’hui, c’est le Cameroun et les autres nations qui devraient suivre l’exemple canadien. « Le Canada a dépassé le stade du clivage français anglais pour mettre l’accent sur le multiculturalisme ; un enjeux majeur de l’existence pacifique avec les autres. Ce qui le situe à l’horizon de toutes les nations », explique Dr Nkoum. Ce dernier observe aussi l’approche dite désintéressée des canadiens dans leurs relations avec les autres états sous-développés. « La Canada défend son statut de prosélyte », et rétorque souvent aux autres puissances qu’elle n’a jamais eu de colonies. Au contraire !

Edouard TAMBA

Leave a Reply