Qui a peur des blogs?

BLOGOSPHERE

Une eurodéputé appelle à plus d’encadrement

Cette semaine n’aurait pu s’achever sans qu’un truc me wanda. Camarades, Camaradesses, chers amis, amies, frères et soeurs en Internet via le blogging, c’est que les gens n’aiment pas les gens. On bloggue nous notre chose tranquille et ça dérange certains. Parmi lesquels l’honorable Marianne Mikko (Me demandez pas qui c’est encore). Hé bien, Selon un article repris par le Courrier international,

Un rapport d’une élue estonienne invite l’Assemblée de Strasbourg à encadrer plus strictement la blogosphère. L’hebdomadaire bulgare Kapital (ne cliquez sur ce lien que si vous en êtes capable…) y voit une menace pour la liberté d’expression sur la Toile.

On y apprend que


L’idée vient d’une députée socialiste estonienne, Marianne Mikko, auteur d’un rapport sur la question qui vient d’être publié à Strasbourg. “Jusqu’à présent, la blogosphère était un espace de bonnes intentions, avec un discours relativement franc et ouvert, peut-on y lire. Beaucoup de gens font confiance aux blogs. Cependant, du fait de leur banalisation et de leur multiplication, les blogs sont également utilisés par des personnes de moins en moins scrupuleuses.”

Pour que la blogosphère reste un espace de bonnes intentions, l’eurodéputée préconise dans son rapport l’introduction d’un “indice de qualité, pour qu’il soit clair pour tout le monde qui écrit et pour quelle raison”. Dans la même veine, son texte estime que si “jusqu’à présent, nous n’avons pas considéré les blogueurs comme une menace, ces derniers peuvent polluer considérablement le cyberespace”.

Les eurodéputés sont connus pour leurs capacités à produire des rapports fantaisistes, truffés de formules vides. Le rapport de la députée Mikko a reçu, en revanche, le feu vert de la commission de la Culture et de l’Education et sera bientôt voté en séance plénière du Parlement. Soyons clairs. S’il passe, cela ne veut pas dire que la législation européenne va désormais limiter la liberté d’expression sur le Net. Mais, politiquement, ce rapport ouvre justement la voie à de telles restrictions.

Mais, avant d’en arriver là, posons-nous la question de savoir sur quelles bases la Commission européenne peut juger à notre place de la qualité de ce que nous lisons ou écrivons sur Internet. Sur quelles bases jugera Strasbourg de la bonne foi ou non d’une opinion.

Les déclarations d’un autre eurodéputé, l’Allemand Jorgo Chatzimarkakis, posent d’autres interrogations. Ce dernier déclare, sur le site de la Commission, que les “blogueurs ne peuvent certainement pas être automatiquement qualifiés de menaçants”. Mais, ajoute-t-il, les “blogs sont aujourd’hui un puissant instrument de communication et peuvent être considérés comme une forme avancée de lobbying. Et constituer, en tant que tels, une menace.”

“Une forme avancée de lobbying”… Traduite en langage compréhensible, cette formule absconse du député européen veut dire l’expression d’une opinion différente de celle communément admise par la Commission ou par un autre organisme européen. Si de telles opinions circulent sur la Toile et contredisent telle ou telle position officielle, cela fait partie du débat démocratique normal. C’est la preuve qu’une pensée libre et indépendante existe sur notre continent. Est-ce bien cela qui semble inquiéter les députés européens ?

Irina Novakova
Kapital

Voilà donc comment les gens cherchent les problèmes ici dehors. Et il me semble bien que ce n’est que le début. D’ici à ce que les choses se gâtent passez d’abord un bon weekend.

E.T.

3 thoughts on “Qui a peur des blogs?

  1. Kans

    J’ai vu ca aussi. Mais en réalité, je crois qu’il n’y a rien à craindre.
    Les cas préoccupants sont:
    – Les cas de désinformation malveillante (diffamation) comme ce que Barack Obama subit en ce moment.
    – Les cas d’atteinte à la liberté d’expression comme on peut le craindre de la part de quelques dictatures éclairées.
    A mon avis, ce qui préoccupe l’UE c’est le premier cas, surtout mais il faut craindre surtout la généralisation de la bien-pensance.
    Mais en même temps, je crois qu’il y a matière à craindre aussi un peu quand meme: si pendant les années de ville mortes et toutes les manifs des années 90, les blogs foisonnaient avec des combats du genre “boycott des produits francais” ou autre combat, je suis sur que ca plairait moins. Mais remarque, on a communiqué autrement.
    C’est peut-etre ce qui a fait peur à l’UE après le NON irlandais

  2. Copas

    Non, c’est une grave attaque contre la seule réelle liberté d’expression demeurant en Europe, accessible par tout citoyen, indépendamment de l’appartenance à un clan puissant, une soumission à un grand groupe médiatique, une fortune personnelle, etc…

    La paranoïa de la parlementaire concernée peut porter à sourire si ce n’est que ça débouche au pas cadencé sur une proposition réelle et concrète sur un projet de résolution au parlement européen, qui s’insère bien dans les multiples tentatives dans le monde “occidental” de mise en coupe réglée du net au profit de grandes firmes (qui seront, elles, au grand plaisir de la dame, bien identifiées) et du pouvoir politique.

    Et là on ne rit plus….

    Marianne Mikko est une parlementaire européenne social-démocrate estonienne.

    Après avoir biffé le “social” de “social-démocrate” (le type d’Europe choisie au dépend de l’Europe sociale, on peut également rayer “démocrate” de “social-démocrate” , ça serait plus simple.

  3. Lenaelle

    Coucou Edouard,
    je t’ai tagué sur mon blog, oui oui ça recommence! Cette fois c’est barack Obama qui est à l’honneur
    On se capte donc
    PS: J’ai de la lecture à rattraper ici dis donc 🙂

Leave a Reply