Des ministres camerounais snobent les Etats-Unis

SEMINAIRE

Le gouvernement zappe la lutte contre le trafic des personnes

Les ministres invités à ouvrir un séminaire sur la lutte contre la traite des personnes à l’ambassade des Etats-Unis y ont brillé par leur absence.

Deux siècles après l’abolition de la traite négrière, l’esclave continue. « Chaque année à travers le monde y compris aux Etats-Unis, des millions de personnes sont des femmes et des enfants, sont dupées, vendues ou menés de force dans le trafic d’être humain ». Janet E. Garvey, ambassadeur des Etats-Unis (Usa) au Cameroun fait ce rappel, mercredi 4 juin 2008, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture d’un séminaire « de mise en place d’une approche multisectorielle de lutte contre le trafic d’êtres humains ». L’initiative est de l’American bar association (Aba), le barreau américain. 200 000 personnes ont été victimes de ces trafics en Afrique ces dernières années, selon la directrice locale de l’Aba, Yolande Fouda.

Et le Cameroun en est une plaque tournante. Yolande Fouda en indique les axes majeurs. Du Nigeria vers le Cameroun, du Cameroun vers le Gabon et la Guinée équatoriale, du Cameroun vers l’Europe et les mouvements à l’intérieur du Cameroun. Des données que confirme le rapport publié hier par le département d’Etat américain. Mme Garvey note que les efforts du gouvernement sont insuffisants. D’où des appuis externes. « Entre 2003 et 2006, notre collaboration avec les avec les pays africains à travers le programme West africa cocoa/commercial agriculture program (Wacap) permis de retirer 1600 enfants travaillant dans des cacaoyères au Cameroun, dont une partie avait été victime de trafic, et d’empêcher que 379 autres n’entrent dans le marché du travail », rappelle-t-elle.

Mais le sujet ne fait pas courir les membres du gouvernement. Ils étaient attendus à l’ambassade des Etats-Unis pour la cérémonie d’ouverture du séminaire. Mais trente minutes après l’heure prévue pour le début de la cérémonie, un seul est présent. Zacharie Perevet ministre de l’Emploi et de la formation professionnelle (Minefop). Amadou Ali, vice-Premier ministre et ministre de la Justice (Minjustice), attendu pour présider l’événement se fait finalement représenter. Emmanuel Ngafesson, secrétaire d’Etat au Minjustice en charge de l’Administration pénitentiaire, dit avoir été désigné quinze minutes plus tôt par Amadou Ali.

« Je n’ai même pas lu ce discours, on va découvrir son contenu ensemble », argumente-t-il en rappelant le garde des sceaux « tenait vraiment à être présent ». Hélas ! L’entame de son discours laisse découvrir que six autres manquent à l’appel. Les ministres du Travail et de la sécurité sociale (Mintss), des Affaires sociales (Minas), de la Promotion de la Femme et de la Famille (Minproff), le secrétaire d’Etat à la Défense chargé de la gendarmerie (Sed), le délégué général à la Sûreté nationale (Dgsn). Certaines personnes de l’assistance ne peuvent s’empêcher de rire. La copie du discours prononcée par l’ambassadeurs des Usa quelques minutes plus tôt confirme que Robert Nkili, Cathérine Bakang Mbock, Suzanne Bomback, Jean Baptiste Bokam, Alain Edgar Mebe Ngo’o ministres étaient effectivement attendus.

Le ministre de la Communication (Mincom), Jean Pierre Biyiti Bi Essam pourrait être ajouté à la liste. Puisque le chef de la cellule juridique du Mincom, Louis Tobie Hond, s’y est présenté comme représentant du ministre. Cette apparente défection des membres du gouvernement contraste avec l’importance du sujet : le trafic des personnes. Mais cela correspond à la réalité. « Au Cameroun, il n’existe encore aucune loi interdisant le trafic d’adultes, et le projet de plan de lutte contre ce trafic, n’a pas avancé », regrette Janet E. Garvey.

Edouard TAMBA

3 thoughts on “Des ministres camerounais snobent les Etats-Unis

  1. Kans

    Ya Ti Ayaaa!
    Tu veux dire que ce sont les applaudissements de la fin qui vont les reveiller?
    C’est quand qu’on mange?

    En meme temps, est-ce qu’on a les moyens humains, culturels, juridiques de s’investir dans ce combat?
    Est-ce un réel probleme au CMR?

Leave a Reply