“Trois mères” aux Ecrans noirs 2008

TROIS MERES

Les triplettes et leur placard rempli de squelettes

De révélations en révélations le film de Dina Zvi-Riklis laisse découvrir les multiples secrets d’une famille. Le déroulement de l’intrigue tient le spectateur en haleine

 

Le programme annonçait « Le destin d’un guerrier », du Camerounais Nzawemi Guillaume, et « Un matin bonne heure » de Gahité Fofana du Ghana à l’Abbia mardi dernier. Le public est pris de cours lorsque s’affiche le titre : « Trois mères ». Un film réalisé par l’Israélienne Dina Zvi-Riklis. Des cris de désapprobation fusent dans la salle. D’autres préfèrent sortir. Les restants se contentent du film des descendants de Abraham, à défaut de celui des Ashanti. Un film en hébreux, sous-titré en français où on chante quelque fois en arabe. C’est l’histoire de triplettes nées d’une femme sage-femme. Flora, Yasmine et Rose. Elles grandissent sous l’encadrement paternel après le décès de leur mère. Les triplettes s’aiment tellement qu’elles vieillissent ensemble. Mais Yasmine souffre d’insuffisance rénale. Il ne lui reste que trois mois à vivre si elle n’obtient pas une greffe, là prévient le médecin.

Sentant les jours qu’il lui reste à vivre comptés, elle fonce chez sa nièce, Rucha, se confier. Face à une camera. Et la jeune fille en mal de fécondité d’apprendre de sa tante que ses cousins Amnon et David sont les fils jumeaux d’une même mère: Yasmine..  Mais personne ne sait où se trouve Amnon. David est au Canada et sa mère souhaite que la casette lui parviennent après son décès. La pauvre Rucha tombe des nues. Elle en touche un mot à sa mère, Rose. Mais Rose là tourne en bourrique. Puis prend le soin de se renseigner chez Flora. L’omerta a été brisée par la troisième. Rucha qui n’arrive toujours pas une faire un enfant, malgré les assauts quotidiens de son époux, reçoit la visite surprise de Flora. Elle aussi veut parler. Caméra à l‘appui. Elle avoue qu’effectivement, Amnon est le fils de Yasmine. Elle a dû le « donner » à sa sœur. L’époux de cette dernière ayant perdu l’usage de ses organes de reproduction après un accident de travail dans le chantier de l’époux de Yasmine.

L’enfant a changé de famille contre l’avis de son père. La mère a du mal à supporter la séparation. Ses sœurs la consolent. Patatras ! Des agents du service social débarquent. Selon eux, la procédure est illégale. Par conséquent, l’enfant est arraché à ses mères pour une direction inconnue. Qui a mouchardé ? « Ce n’est pas important ». Réplique Flora. Rucha apprend au passage que sa mère, star de la chanson, trompait son père. La pauvre fille n’en peut plus moralement. Heureusement, elle a enfin un retard. Mais les triplettes n’ont pas les 50 000 dollars nécessaires à la greffe du rein. L’époux de Yasmine, Ménashé, visiblement plein aux as, refuse de céder le moindre kopeck. Rucha en veut à cette mère aux cuisses légères. Mais Rose se met aussi à table.

C’est son époux qui avait livré le secret des sœurs aux services sociaux. Mais à la veille du départ de la famille pour les Etats-Unis, ce dernier est frappé d’une crise d’asthme. Il en meurt. Son inhalateur ayant été caché par Flora. Elle aussi perd son époux invalide quelques années plus tard. Et les triplettes s’en retournent vivre dans la maison de leur père. « Nous avons été meilleures sœurs que mères », conclut-elle. Ménashé finit par donner les 50 000 dollars pour l’opération de son ex épouse en Egypte. C’est sur cette terre natale qu’elle rend l’âme. Entre ses sœurs. Rucha est enceinte de jumeaux. Le public, visiblement ému, applaudit timidement. « Je ne regrette pas d’être resté. Ce film parle des choses de la vie », se réjouit un spectateur.

Edouard TAMBA

In Le Messager du 05-06-08

 

One thought on ““Trois mères” aux Ecrans noirs 2008

Leave a Reply