Said Djinnit prend le pouls de l’affaire Bakassi

DIPLOPATIE

Said Djinnit prend le pouls de l’affaire Bakassi

Le président de la Commission mixte Cameroun-Nigéria est en visite au Cameroun. Au moment où le calendrier du respect des accords de Greentree piétine

La péninsule de Bakassi accueille des visiteurs aujourd’hui, 27 mai 2008. Il s’agit d’une commission chargée d’un ensemble de missions, dont le l’avancement du développement dans la région. Les travaux de cette commission s’ouvrent alors que le nouveau président de la Commission mixte Cameroun-Nigéria pour « une mise en œuvre pacifique de la décision de la Cour internationale de Justice relative au différend territorial entre les deux pays ». Le diplomate de nationalité algérienne, Said Djinnit, rencontre ce mardi, les ambassadeurs des pays témoins de l’accord de Greentree. Il s’agit de la France, l’Allemagne, le Royaume Uni et les Etats-Unis. Les Etats ayant pris part à la signature le 12 juin 2006, d’un accord entre le Cameroun et le Nigeria au sujet du transfert de souveraineté sur la presqu’île de Bakassi.

L’accord en question est consécutif à la décision rendant la souveraineté de Bakassi au Cameroun. Cet accord « ne peut en aucune manière être entendu comme une modification de l’arrêt de la Cour Internationale de Justice du 10 octobre 2002, dont il est une simple modalité d’application », peut-on y lire. Said Djinnit est au Cameroun depuis la soirée de dimanche dernier. Hier en matinée, il a été reçu par le chef de la délégation camerounaise à la Commission mixte Cameroun-Nigeria, Amadou Ali. Il s’est ensuite rendu à la Primature à 15h. Le temps d’un tête avec le Premier ministre, Inoni Ephraïm. Le contenu de ces différentes entrevues ne filtre pas.

« Il s’agit d’une visite de contact…et c’est une visite au pas de course », explique un responsable du ministère de la Justice. Selon lui, Said Djinnit est au Cameroun pour s’imprégner du dossier dont il a désormais la charge. Son passage fait suite à celui effectué au Nigeria. Le diplomate Algérien âgé de 53 ans remplace Lamine Cisse à la tête de cette commission. Le général sénégalais y assurais l’intérim depuis août 2007, à la suite de la nomination du Mauritanien Ahmedou Ould-Abdallah, comme son Représentant spécial du secrétaire général de l’Onu pour la Somalie. Said Djinnit est par ailleurs représentant du Ban Ki Moon pour l’Afrique de l’Ouest. Ce diplômé de l’Ecole nationale d’administration (Ena) d’Alger affiche des états de services remarquables au service de la sécurité et de la paix en Afrique.

Ancien secrétaire général adjoint de la défunte Organisation de l’unité africaine (Oua), commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union Africaine de 2003 à 2008, on lui attribue de nombreuse réalisations : la construction de l’architecture continentale de paix et de sécurité, avec l’initiation de la phase 2 pour la mise en place de la Force Africaine en Attente, la mise en place du système continental d’alerte rapide, et le renforcement du système de veille à l’échelle continentale… Ce dernier a mis ses talents de négociateurs à l’épreuve dans les conflits au Darfour, au Burundi, en Somalie, entre l’Ethiopie et l’Erythrée etc. Le respect de l’échéance du 14 août 2008 sera un coup d’essai pour lui. C’est à cette date que prend fin le régime de transition entre le Cameroun et le Nigeria sur la presqu’île querellée. La danse Bafia à laquelle se livre le parlement nigérian ces derniers temps augure d’une tâche ardue pour le diplomate.

Edouard TAMBA

2 thoughts on “Said Djinnit prend le pouls de l’affaire Bakassi

Leave a Reply