Affaire crédit foncier : La défense entre en scène

JUSTICE

Les avocats dénoncent les rapports des experts

<span style=”font-size:14ptLes conseils de l’ex Dg du Crédit foncier du Cameroun ont ouvert le bal des plaidoiries de la défense

L’affaire de détournement de deniers public au Crédit foncier du Cameroun a repris ses audiences au Tribunal de grande instance du Mfoundi- Centre administratif. Hier, 26 mai 2008, les avocats de la défense ont entamé les plaidoiries. Vingt et un (21) accusés étaient présents dans le box à eux réservés. Pour l’occasion, ce sont les conseils de Joseph Edou qui ont ouvert le bal. Il est le principal accusé, est l’ex directeur général du Cfc. Il est sous mandat de dépôt de le 21 février 2006, et inculpés d’une part de détournement de deniers publics en coaction, d’intérêt dans un acte et de concussion. Et d’autre part de complicité en faux en écriture privée et de fabrication de preuve.

Son collège d’avocat n’a pu achevé la plaidoirie ouverte hier. Aujourd’hui, 27 mai 2008, Mben Sylvestre s’exprimera sur quatre chefs d’accusation. Il s’agit du détournement des véhicules, les prestations du cabinet Foumena Ngon, celles du cabinet Arthur Andersen, et les détournements perpétrés à travers le programme La Nsole. Les autres chefs d’accusations ayant été balayés par Mes Ngomo et Nnomo au cours de l’audience d’hier. Ces derniers ont défendu leur client durant près de 7h d’horloge. Revenant sur chaque chef d’accusation pour démonter le réquisitoire du ministère public. Pour ce qui est du chèque de 40 millions de Fcfa émis au compte de l’entreprise The Falls, Me Ngomo s’étonne de ce que son client a été présenté comme « propriétaire » de cette entreprise.

« Je ne comprends pas », dit-il en précisant que c’est une société ayant des actionnaires. Selon lui, le procureur de la République n’a pas démontré qu’il y a irrégularité dans l’émission de ce chèque. « Monsieur le procureur a certainement oublié que notre système répressif est devenu accusatoire », observe ironiquement Me Ngomo. Quant au détournement à travers les commissions, « il est inconcevable de dire qu’une banque se paie ses propres services », relève l’avocat. Quid du milliard que Joseph Edou aurait dissipé par « déficit d’investissement » selon l’expert Ndzie ? « Madame la président vous devez prendre avec beaucoup de prudence les arguments produits par les pseudo-experts », prévient Me Ngomo. Il précise que « déficit d’investissement n’existe pas », et conclut que « l’expert Ndzie a induit le procureur de la République en erreur ».

Et le virement de 321 millions de Fcfa jugé « suspect » par le ministère public ? Là aussi l’avocat pense que c’est une manifestation de l’incompétence des experts dont le rapport a servi de base de travail au juge d’instruction. Selon les réquisitions du 21 avril dernier, Joseph Edou est coauteur d’un détournement de 2, 205 milliards Fcfa dans la cadre du projet immobilier Olembe I, et 3,581 milliards Fcfa dans le projet Olembe II. Pour le Me Ngomo, « il n’y pas de détournements de deniers publics dans le cas d’Olembe I, ni Olembe II. Il est tout simplement question de l’incompétence des uns et des autres » Ce qui l’amène à penser que « c’est un procès en sorcellerie parce que tout est accusation ici ».

Edouard TAMBA

One thought on “Affaire crédit foncier : La défense entre en scène

  1. Nino

    Salut Edouard,

    Tes articles sur le sujet sont dignes d’un scénario à la Al Pacino

    C’est possible d’avoir des images de ces audiences? ça assaisonnerait le récit, de manière spectaculaire

    Hélas, c’est un peu compliqué d’avoir ces images. Il n’est pas possible de filmer dans nos tribunaux pendant le déroulement des audiences. Bien de confrères ont vu leurs appareils confisqués.
    Edouard

Leave a Reply