Le Cameroun a son “people des ruraux”

PRESSE

Les campagnes d’Afrique en kiosque

eclat-dafrique-pict.jpg

Dynamique Afrique centrale a présenté sa nouvelle publication le, 5 mars 2008 à Yaoundé.

« Eclat d’Afrique ». Nom de baptême du nouveau né des magazines au Cameroun. La publication au slogan « le meilleur de nos campagnes », s’affirme comme étant le magazine people du monde rural. Cinquante-deux (52) pages « toutes en couleurs ». Le produit qui sera mensuel, tient dans un format entre le magazine et le tabloïd. On y découvre une « paysanne extraordinaire », Agnès Koa. Une dame âgée de 41 ans, spécialisée dans l’élevage ovin à Nkom Ndamba, non loin de Yaoundé. Cette dernière « ne peux plus laisser l’élevage ». Car, « J’y gagne beaucoup. Je suis milliardaire à mon niveau », affirme-t-elle. La une et les quatre pages qui lui sont consacrées laissent voir Agnès en action et en parole.

People après people, on y découvre un « Top model Banana ». Solange Nana, couturière à Bafoussam « a fait du tronc de bananier la matière de base des vêtements qu’elle confectionne ». La preuve en photos. Charles Thé en a aussi. Côté cour, c’est chercheur et professeur de génétique en service à l’Institut de recherches agricoles pour le développement (Irad) et l’Université de Yaoundé. Il a, à son actif, 18 variétés de maïs inventées. Et cerise sur le gâteau, 20 millions de Fcfa reçus comme prix spécial du président de la République au Jersic 2007. Côté jardin, c’est un sexagénaire encore vieux garçon. « Mes potentielles épouses se sont toujours senties reléguées en troisième position de mes priorités après mon tabac et mes recherches », explique le « génie du maïs ».

A des centaines de kilomètres de là, Nicolas Mbarga a d’autres soucis : dompter les hippopotames de la Bénoué à Garoua. 18 ans de service, et tellement motivé qu’il compte « demeurer ici ». « Eclat d’Afrique » c’est aussi le carnet de route, la palabre, la chronique, des mets comme le Nkui qu’ « il faut goûter »… Et des sujets pas très « campagnes ». A l’exemple de cette page « High tech » faisant l’apologie du IPhone de chez Apple. Ou encore ces insolites racontant l’opération chirurgicale d’une fille née en Inde avec huit membres, la mort de trois candidats à la gendarmerie Guinéenne et « un faux vrai camerounais dans la police française ».

Le journal de Bernard Njonga, directeur de la publication (Dp), pêche aussi par des fautes relevant de la typographie à l’instar de cette tirade de Agnès Koa dont le début n’est pas marqué. De plus, les caractères de la citation en question ne sont pas italiques comme les autres. Et Charles Thé serait âgé de 6 ans ? La prépondérance du rédacteur en chef, François Bimogo, est notable. Plus de dix pages à lui seul. Pour un coup d’essai, le Dp pense qu’ils peuvent mieux faire. C’est « un projet qui voudrait présenter d’autres visages de l’Afrique », explique-t-il. Mais encore, « enhardir les paysans africains », et « faire tomber les clichés réducteurs et dévalorisants à travers les quels les médias occidentaux présentent l’Afrique », souhaite Bernard Njonga. N’empêche qu’il a de quoi parader. Car selon lui, « c’est la première fois qu’un magazine se consacre aux ruraux », au moins dans la sous région. Les lecteurs devront débourser 1000 Fcfa pour en obtenir un exemplaire.

Par Edouard TAMBA

In Le Messager du 25-03-08

3 thoughts on “Le Cameroun a son “people des ruraux”

  1. Géraud HELLOW

    Bonjour M TAMBA
    Je suis Géraud HELLOW, Vétérinaire Camerounais (France). J’ai eu l’occasion de feuilléter le très imagé “Eclats d’Afriques” de Bernard Njonga. Pour un début ce n’est pas mal, c’est assez bien illustré et frappant, c’est un point très positif qui attirera surement les lecteurs.
    Pouvez-vous s’il vous plait me donner une adresse à travers laquelle je pourrais acquérir ce magazine?
    Salutations


    Salut à Vous Gérard!
    D’abord mes excuses pour cette réponse qui traîne à arriver.
    Eclat d’Afrique est basé çà Yaoundé, B.P. 11 955 Ydé. Tu peux joindre l’équipe rédactionnelle par l’adresse: eclatdafrique@gmail.com, ou son rédacteur en chef : bimogo@gmail.com
    J’espère que réponses y seront apportées à toutes vos préoccupations.
    Portez là-bas, et @ +
    Edouard

  2. Claudel T

    Sacré Edouard, mon frangin et confrère! nous sommes ensemble tous les jours de la vie et c’est ici que je viens découvrir que tu as un blog. Interessant en tout cas. Comme coincidence, c’est ce matin que j’ai eu le plaisir de feuilleter ce magazine “eclat d’afrique”.

    Merci, Claudel!
    Très heureux que tu sois tombé sur mon blog. J’espère que tu repasseras assez souvent.
    Edouard

Leave a Reply