Revalorisation des salaires de la fonction publique au Cameroun

Les choses qui arrivent aux autres commencent déjà à m’arriver“, disait Prince Afo Akom, chanteur camerounais. Je ne me sentais pas concerné jusqu’à ce que… Hé oui Malaïka, ton expérience ne m’a pas servi d’exemple. Figurez-vous que l’article ci-dessous, en ligne depuis dimanche dernier, contient une grossière erreur. De calcul.

La revalorisation des salaires du secteur public au Cameroun n’est pas de 23% comme l’indiquait le titre. Ce que j’ai plutôt affirmé, en me melant les pédales. Pourtant  je sais que je ne sais pas nager. Il s’agit de 15% en plus sur l’ancien salaire de base. Et ensuite, 8% en plus sur le nouveau salaire de base. Interpellé sur une coquille dernièrement, j’ai du répondre que “même le serpent se renverse“. Cette fois, j’en perd mon latin (je veux dire le peu que je crois connaître du français).

Chers lectrices et lecteurs,mille excuses. Au besoin j’écrirais ça je remplirais un cahier double ligne de 32 pages avec ce mea culpa et ces excuses sincères. J’ai apporté les retouches nécessaires, faute de sucrer le billet.

FONCTION PUBLIQUE

Des salaires revalorisés à la fonction publique

Des décrets du président camerouais Paul BIYA annonce une revalorisation du salaire de base et des indemnités de non logement pour les personnels civils et militaires dès le 1er avril 2008.

Le secret était dehors. Mais il fallait un acte officiel. Chose faite depuis le 7 mars 2008. « La rémunération mensuelle de base des personnels civils et militaires est à compter du 1er avril 2008, revalorisée de 15% », indique l’article 1er du décret 2008/099 signé du président de la République, Paul Biya. Le décret 2008/100, toujours du chef de l’Etat annonce que « le taux de l’indemnité de non logement servie aux personnels civils et militaires est à compter du 1er avril 2008 revalorisée à 20% de la rémunération mensuelle de base ».

Les bénéficiaires de cette mesure sont « les fonctionnaires, les contractuels d’administrations, les agents de l’Etat, les décisionnaires et les hommes en tenue », précise le communiqué issu du conseil de ministre ayant précédé les actes du chef de l’Etat. Des actes qui tombent comme une bouffée d’oxygène. Au moins pour les fonctionnaires relevant des catégories à A à D, les contractuels indiciaires, les contractuels catégoriels et les agents décisionnaires. Contrairement aux hommes en tenue et aux magistrats, ces derniers ont vu leurs salaires de base réduits par deux fois. Ce en 1992 et en 1993. Exception faite des agents décisionnaires dont les salaires n’avaient été réduit qu’une fois. « A cette époque, la réduction était arbitraire », se souvient un fonctionnaire du ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation (Minresi).

Selon lui, les deux baisses de salaire cumulées dépassent l’ordre de 50%. La Centrale syndicale du secteur public du Cameroun évalue cette réduction à 75%. Tout compte fait, l’agent de l’Etat percevant un salaire de base de 100 000 Fcfa à l’époque, aura 38 000 Fcfa en plus dès fin avril. Car il faut y ajouter les indemnités de non logement qui augmente de 8%. Notre fonctionnaire du Minresi signale que cette indemnité est passée de 20 à 8% en 1993. Puis de 8 à 12% en 1997. « Les salaires avaient été légèrement revalorisés, mais il n’y avait pas eu d’annonce. C’est à la banque que chacun constatait que son salaire a un peu augmenté », se souvient-il. Tout en préférant que ces mesures soient relativisées. « Ca ne représente rien, dit-il, surtout pour ceux qui ont des petits salaires ». A l’exemple d’un agent décisionnaire dont le salaire de base est de 40 000 Fcfa. Il aura 15200 Fcfa de plus !

Edouard TAMBA

Leave a Reply