Journée internationale de la femme au Cameroun

YAOUNDE

Les femmes entre allégeance et débauche

Le défilé marquant les célébrations de la journée internationale de la femme s’est déroulé le 8 mars dernier à Yaoundé. Sous la présidence de la 1ere dame.

C’est désormais une tradition. La célébration de la Journée internationale de la femme (Jif) s’achève dans la débauche. La 23e édition célébrée samedi dernier à Yaoundé n’a pas fait l’exception. Dans la soirée du 8 mars 2008, discothèques, bar et autres lieux de plaisir ont vibré au rythme du sexe féminin. Dès 14h, filles et femmes avaient pris position dans les bars et snacks avoisinant le boulevard du 20 mai. Toutes habillées de tenues cousue avec le tissu dédié à la fête. « On est en haut. C’est notre jour aujourd’hui », lance une femme entre deux gorgées de bière, en bordure de l’avenue maréchal Foch. Le spectacle est similaire dans d’autres quartiers. Une cinquantaine de femme sont assises sur des casiers en face du Ces de Ngoa Ekele, presque sur la chaussée. Entre bières et le bavardage à tue-tête. Piétons et voitures se débrouillent.

Au lendemain des festivités, l’Hôpital central seul enregistre vingt-sept accidents de la circulation. Mais avant, les femmes ont fait allégeance à la première dame de la République. Cette dernière « a présidé » le défilé organisé à l’occasion. Direction de la sécurité présidentielle, garde présidentielle, protocole d’Etat, Hymne national devant les forces de sécurité…étaient là pour Chantal Biya. En plus de la fourchette des membres du gouvernement des deux sexes, et des quarante mille femmes (selon le ministère de la promotion de la femme et de la famille) ayant bravé la canicule pour marcher. Elle se sont succédé sur le boulevard du 20 mai pendant près de 3h d’horloge. Ce en onze wagons d’après les précisions du Comité d’organisation.

Ce Comité s’est voulu strict sur la tenue. Raison pour laquelle les fameux « kabas cellulaires », et autres tenues laissant apparaître le ventre ou le dos n’y ont pas été aperçu. Les défileuses se sont donc consacrées à rivaliser d’imagination pour marquer leur passage. A l’exemple des femmes de la société Le Bus conduisant un bus, et simulant une panne ensuite réparée par un mécano femme. Celles de la Société de développement du Cacao (Sodecao) exhibant des plants de cacao. Ou encore la Société nationale des eaux du Cameroun (Snec) dont le carré était menée par une femme portant un canari, comme sur le logo de l’entreprise. Carré après carré, les messages allaient dans le sens su thème retenue cette année : « Investir dans la femme et la fille ». Mis à part exceptions comme « ensemble pour un panier de la ménagère plus fourni ».

Autre constante, les images de Paul et Chantal Biya. La plupart des ministères, entreprises publiques, parapubliques et privées, associations et autres organisations en avaient. Pour le bonheur de la première dame qui n’a eu cesse d’applaudir à tout rompre et même de crier. Surtout lorsque Zakougla, célèbre humoriste de la chaîne Canal 2 International, a effectué son passage. C’est une visite de la foire de la femme au même boulevard qui a clôturé ce défilé. Occasion aussi de voir une certaine… Sarah Etonge dans la suite de Chantal Biya.

Edouard TAMBA

Leave a Reply