Mireille Tchiako et Fouda Effa unis pour la vie

Communication – Médias

Mireille Tchiako et Fouda Effa, pour la vie

Cela n’arrive pas tous les jours. Deux journalistes qui se marient. Le chef de chaîne de Radio Tiemeni Siantou (Rts) et une journaliste de la même station ont convolé en justes noces la semaine dernière. Il s’agit de Benjamin Fouda Effa, vingt-neuf ans, et Mireille Tchiako, vingt-trois ans. La mairie de Yaoundé 1er les accueille d’abord le 10 janvier 2008. Ils s’y promettent amour et fidélité, “ pour le meilleur et pour le pire ”, en mode “ monogamie ”. Puis place à la bénédiction nuptiale à la paroisse St Laurent de Mvolye le samedi suivant. La soirée dansante laisse découvrir une Baboutcheu ngaleu et un Mvog-Manga aussi aptes dans le Bikutsi que dans le Bendskin.

Leur histoire commence en 2004. Sur les bancs. Tchiako Mireille Epiphanie et Fouda Effa Benjamin Théodore sont alors étudiants en première année de journalisme à l’Institut Siantou supérieur. Le célèbre présentateur de Zapresse sur la Radio télévision Siantou (Rts) n’est pas indifférent au charme de la jeune bachelière. Surtout les fossettes qui apparaissent sur ses jouent quand elle sourit. Les regards s’intensifient. S’adoucissent. Les salutations s’allongent. Puis on passe des hand check aux bises. L’affaire s’emballe. Les camarades tourtereaux deviennent inséparables. En classe comme en dehors. La plupart des témoins de l’affaire parient sur une aventure. Le temps d’une camaraderie. En arguant que les ego sont trop forts de part et d’autres. Mireille prend l’habitude (et le plaisir ?) de contredire Benjamin en public. “ Ils ne sont jamais d’accord sur un sujet ”, observe un camarade.

Ces désaccords apparents cachent une complicité et des ambitions insoupçonnables. Jusqu’à ce que le scoop tombe de la bouche d’une camarade en 2005. “ Les gars, Mimi et Ben vont se marier ”, annonce Josephine Abiala. Après le succès au Bts, le couple poursuit la formation à l’Esstic. L’avenir de la relation se précise en 2006. Par deux fois, la famille de Benjamin fait le déplacement de Dschang. Chez M. Ngamo, le grand-père de Mireille. D’abord pour “ cogner la porte ” comme on dit chez les Bamiléké. Ensuite pour la dot. Le “ pacte ” est enfin scellé devant les ancêtres. Mimi fait ses bagages et prend ses fonctions de “ ministre de l’intérieur ” chez Ben. Après la bringue de samedi dernier, parents et connaissances scrutent désormais le physique de Mimi. Histoire de voir apparaître le signe des fruits du mariage.

Par Edouard TAMBA

In Le Messager du 15-01-08

3 thoughts on “Mireille Tchiako et Fouda Effa unis pour la vie

  1. Estelle Ngo Bougha

    Quelle belle histoire d’amour! Nous attendons avec impatience le premier bébé.

    Je ne te le fais pas dire Estelle. Et comme tu le rappelles si bien, les bébés les bébés les bébés… 🙂
    Merci d’être passée, surtout ne manque pas de revenir. Et mes encouragements pour Eclat
    Edouard

  2. Nadine N'JIKE

    Belle histoire de tolérance tribale! félicitations et longue vie au couple. certaines mauvaaises langues aiment à affirmer que les couples de journalistes ne finissent jamais ensemble;
    Nous comptons sur vous pour faire de cette acception populaire un mensonge.
    Et surtout longue vie à votre couple.

  3. Durando Ndongsok

    La chose est belle, l’histoire est bien ecrite et ca donne meme l’envie de se marier je vous assure!!!
    Bravo Edouard Tamba,
    Je serais de passage au pays bientot et qui sait on pourra couper une 33! Au fait ne manque pas de me mail, j’ai un sujet qui pourrait interesser les camerounais, alors tu me payes pour m’interviewer?

    A bientot

    Salut Durando et merci d’être passé.
    Il faut surtout dire bravo à ces jeunes qui ont eu le courage de faire le grand saut. Moi je fais seulement le kongossa sur ça.
    Je n’ai rien contre les 33, donc c’est comme tu dis.
    Mais de là à me faire payer une interview 🙂
    TAMBA

Leave a Reply