Le cas Total Cameroon sur Twitter

Bizarre. Pour dire le moins à propos de la présence de Total Cameroon sur Twitter. Un tweet sponsorisé de cette entreprise apparaît régulièrement dans ma timeline depuis quelques mois. C’est d’ailleurs à travers ce tweet publicitaire que je découvre la présence de l’opérateur du secteur de l’énergie sur Twitter.
 

Et je me dis : « Ah tiens, cador camerounais de plus sur les réseaux sociaux ». Je clique donc sur @TotalCameroon pour en savoir plus. Je tombe sur une coquille. Que je relève :

Je suis donc repassé par là ce matin. La coquille n’a pas été modifiée. Elle a été remplacée par d’autres informations. Des informations qui n’ont rien à voir avec Total.

1 screenshot

Un site web présenté comme étant le meilleur réseau social chrétien. Et un profil facebook d’un individu lié à une agence digital, du moins, un truc du genre. Quid des tweets de Total Cameroon ? Eh bien… Rien à voir avec les tweets sponsorisés.

screenshot 2

Je ne prendrais pas le risque d’interpréter ou d’expliquer ce que je ne comprends pas. Ce post est juste l’expression de ma totale surprise… Parce que j’ai une certaine image de Total. Une multinationale qui fait attention à son image. Mais là… Si quelqu’un peut m’expliquer. Merci d’avance.

Edouard TAMBA

Sur un flanc du Mont Fako... février2015, @ETAMBA

#kmertour: Comment préparer une ascension du Mont Cameroun

Sur un flanc du Mont Fako... février2015, @ETAMBA

Sur un flanc du Mont Fako… février2015, @ETAMBA

Il ne pleut pas depuis quelques semaines sur une partie du Cameroun. C’est un moment qu’affectionnent les touristes. Et plus encore les randonneurs. C’est le moment d’aller à l’assaut de quelques flancs de montagnes. Manengouba, Alantika, Mbatpit, Fako, Bamboutos, Batcha/Batchingou, Eloumden… et le plus majestueux de tous, le Fako aka Mont Cameroun.

Mais avant d’y aller, quelques conseils et précautions à prendre pour que la plaisante aventure ne tourne pas au cauchemar.

D’abord la préparation physique. Conquérir ces sommets exige quelques kilomètres. A pied. Cette marche va faire appel à vos pointes de pieds, vos talons, vos genoux, votre dos, vos poumons, votre cœur, votre cerveau. Il vaut mieux se préparer un peu. Un peu de jogging et de marche sportive quelques semaines avant ne vous feront pas de mal. Au contraire.
Puis le repérage afin de se faire une idée du parcours, du niveau de difficulté et trouver des compagnons de route à défaut d’un guide. N’y allez jamais seul. Vous pouvez vous perdre ou alors avoir un bobo.

Ensuite l’équipement. Le parcours, la pente, le sol, la végétation et le climat ne sont pas identiques d’une montagne à l’autre.

Le choix des chaussures est donc déterminant. Dans tous les cas, des chaussures fermées et pas neuves sont recommandées. Elles glissent moins sur la verdure, la poussière et les petits cailloux et les grandes pierres. Les chaussures de course que vous avez souvent portées feront l’affaire parce qu’en plus d’être légères, vos pieds et plus particulièrement vos orteils les ont déjà apprivoisés.

Il vaut mieux être entièrement couvert. De la tête aux pieds. Sauf si vous êtes un sportif qui arpente monts et vallées en courant. Plus vous montez et moins il fait chaud. Si vos articulations prennent froid, vous allez souffrir. Surtout en descendant. Et probablement trébucher plusieurs fois et même tomber.

Armez-vous d’une canne. Un manche à ballet fera l’affaire. Vous vous rendrez compte du fait que vos deux pieds ne suffisent plus pour l’équilibre. Autant en montant qu’en descendant. Surtout quand vous vous arrêtez pour :

– Reprendre votre souffle
– Prendre une gorgée d’eau
– Admirer la végétation environnante et le paysage
– Prendre une selfie
– Essayer de comprendre comment un gosse de 14 ans ou une mémé de 73 vient de vous dépasser sans avoir l’air essoufflé.

Prévoyez un petit sac : banane, bandoulière ou à dos. Vous y mettrez une bouteille d’eau. Quelques fruits. Peut-être du sucre en carreau ou des barres plus vitaminées. Et d’autres accessoires comme un téléphone, un gps, une torche, un appareil photo, une canne à selfie, du papier hygiénique (oui oui)…

Autre point, la veille de l’assaut. Dormez tôt. J’en connais qui se fichent pas mal de ce conseil.

ngimbis

Dormez tôt. Au dîner, mangez léger. Evitez les produits laitiers. Evitez boissons alcoolisées et repas qui pourraient perturber votre digestion. Une diarrhée ça coûte cher en hydratation et donc en énergie.

Avant-dernier point, grignotter quelque chose avant d’y aller. Attaquez en marchant. Continuez en marchant. Ecoutez votre cœur et permettez-lui de vous garder en vie. N’essayer pas d’aller au rythme des autres. N’essayer pas d’arriver absolument où les autres sont arrivés. Votre seul adversaire, c’est vous. Et ne l’oubliez pas, plus vous montez et plus difficiles sera la descente. La partie la plus dangereuse des randonnées en montagne. Si vous avez ménagez vos chevilles et vos genoux en montant, ils vous aideront à descendre dignement. Sinon, ce sera une série de roulades en boule.

Derniers points, faites de l’exercice au lendemain de la randonnée. Marchez sur quelques kilomètres. Sinon, vos douleurs au corps vont vous sembler éternelles… J’en connais aussi qui en savent quelque chose.

Edouard TAMBA

Le double-attentat de Maroua sur les réseaux sociaux

Le Cameroun a encore été frappé par la barbarie de gens dont on ignore les motivations. Quoique encore groggy, nous devons rester debout. Pour comprendre. Pour aider. Pour réagir. Ce n’est plus seulement l’affaire des forces de sécurité et de défense. Le front est venu à nous. A chacun ses armes. La mienne, ce sont des élucubrations sur le web.

Je me suis intéréssé à la réaction du Web au double-attentat de Maroua. Et je voudrais partager quelques données avec vous. Des données fournies par Talkwalker. Un outil que j’aime bien.

maroua analytics

Alors, A ce 24 juillet au soir, Maroua est apparu dans 25600 posts: Twitter, Facebook, sites web… A noter que 7500 de ces posts ont utilisé #Maroua, en hashtag. Des posts pour annoncer, se renseigner, partager quelques détails, s’indigner… On compte plus de 18000 posts en Français, 3800 en Anglais.

maroua analytics

Presque tous les pays du monde ont posté du contenu relatif à Maroua.  Les 3 premiers sont:

– France: 6100

– Cameroun: 5300

– USA: 2200

Arrivent ensuite dans l’ordre: Royaume-Uni, Nigeria, Bénin, Côte d’Ivoire, Maroc, Sénégal…

Je me suis ensuite intéressé à l’engagement à 2 niveaux. D’une part l’engagement à produire du contenu et d’autre part l’engagement autour de ces contenus.

maroua

Le post ayant suscité le plus d’engagements (like, share, comment…) est celui de RFI sur sa page Facebook: 3702. La photo de Samuel Eto’o a fait mouche 🙂

Le 2e post selon les même critères vient aussi de Facebook. Plus précisément de Football.fr qui lui a mis en avant une vidéo d’Alexandre Song.

C’est ensuite qu’arrive le premier site web. Rfi.fr. Et l’artcle? Eh bien, c’est celui dont il est question sur Facebook. Puis on voit arriver Lemonde.fr, Football.fr, BBC… Le premier site “Africain” sur cet axe de performance, c’est Koaci.com, 13e place.

Allons-y avec l’approche Facebook et Twitter

Les 5 posts le plus partagés sur Facebook viennent de: Le Monde, RFI(3) et Koaci.

Les 5 posts les plus “likés” sur Facebook viennent de: Football.fr (2), RFI(2) et Le Monde(1).

Les 5 posts les plus partagés sur Twitter viennent de BBC (2) et Antaranews (3). Le post de la bloggeuse Linda Ikejia pointe quand même à la 9e position.

Les 5 posts les plus retweetés viennent de: @LeMondefr, @Reuters, @Melvin_Akam, @BBCAfrica et @Mays_kinga.

maroua

C’est sur Twitter que les individus sont plus visibles que les médias. Parlons donc des individus les plus engagés sur Twitter. Voici les 10 tweetos ayant le plus parlé de Maroua:

maroua

Premières conclusions,

– Nous avons le reflex de parler de nos sujets sur les réseaux sociaux, mais pas encore le reflex du hashtag.

– Nous sommes moins nombreux que le reste du monde à en parler.

– Nos médias n’existent pas 🙁

– Twitter fait beaucoup de bruit mais c’est Facebook le Boss!

Edouard TAMBA

 

Nukeboard: La plateforme made in Cameroon pour la gestion des offres d’emploi

Screenshot

Screenshot

Vous comptez lancer un site web dédié à l’emploi ? La plate-forme Nukeboard.co pourrait vous aider à gagner du temps. Nukeboard c’est le nouveau bébé de Njorku.com. Une sorte de WordPress pour la gestion des offres d’emplois qui peut intéresser les individus, les agences spécialisées en ressources humaines et les entreprises. Le site web Buea Jobs est une illustration des possibles usages du nouveau service.

Au détour d’un court séjour de Churchill Mambe Nanje à Douala, je l’ai rencontré pour qu’il nous apporte plus d’informations à propos de Nukeboard. Une petite interview improvisée et réalisée avec mon téléphone. D’où les soucis que vous noterez avec le son et la stabilité des images 🙁

Churchill est déjà un vétéran du jeune écosystème du numérique au Cameroun. Basé à Buea, il est derrière Afrovisiongroup.com, Njorku.com et désormais Nukeboard. Ce dernier né bénéficie probablement de l’expérience acquise grâce à Njorku. Car tout y est automatisé. Probablement grâce à l’algorithme du moteur de recherche Njorku.com qui se raffine et s’adapte aux évolutions des usages et des technologies.

Edouard TAMBA

Ma première ascension du Mont Cameroon

DSC_0866

J’ai vraiment l’impression que mes chevilles vont me lâcher. Aussi longtemps que je me souviens, je n’ai jamais éprouvé une douleur aussi intense à ces articulations. N’empêche que je continue de grimper. Je prends le soin de ne pas poser le pied n’importe où. J’ai vu des pierres se dérober sous les pieds de certains grimpeurs devant moi. Tandis que d’autres ont glissé en croyant poser le pied sur une surface compacte. C’était de la poussière. Une poussière noire… Continue reading

#EachDayISee: Lettre à la Banque Mondiale

image

Je n’en reviens pas. J’ai lu et relu cet article sur le blog de la Banque Mondiale. Je n’en reviens toujours pas.

Cette prestigieuse institution organise un concours de photos sur Instagram. Jusque là, tout va bien. La Banque Mondiale demande aux personnes intéressées de poster leurs photos sur Instagram avec les hashtag #eachdayisee et #chaquejourjevois. Là aussi, tout va bien.
Continue reading

Let’s go to Manoka

J’étais au Nguon 2014

backwar

Mon premier Nguon était comme un repas complet ; entrée, résistance et dessert. 3 plats dégustés en 3 jours. D’abord une entrée légère et fine sur un plateau de l’arrondissement de Foumban 3e. Un espace où se décline l’axe économique du Nguon. Toutes les grandes entreprises de divers secteurs y ont un stand. Les PME et les artisans ne sont pas en reste. La présence d’entreprises turques est remarquable. « La Turquie est le pays invité spécial du Nguon cette année », m’informe Idrissou, mon guide ☺
Comme avec tous les événements de ce type au Cameroun il y a un secteur « gastronomie » où il est possible de manger. Et de boire.

La suite c’est ici, sur Visiter l’Afrique. Bonne lecture 🙂

Pour une carte d’identité, attendez l’année prochaine

– Siouplait madame, j’ai besoin d’une nouvelle carte d’identité

Je vais à quelle porte ?

– Une carte d’identité ? Ce n’est pas possible. Il n’y pas de matériel.

– Euye ! Hein ? Que quoi ?

– Il n’y pas le matériel depuis plus d’un mois.

– Madame, c’est seulement dans votre commissariat ?

– Vous pourriez m’indiquer un commissariat où il y’en aurait ?

– Même à Yaoundé, il n’y en a pas. C’est dans tout le pays. Mais dans les arrondissements un peu reculés, il semble qu’ils ont encore du matériel…

– Donc je dois voyager pour établir une nouvelle carte ? Mince !

– 🙂

Continue reading

Les chiffres du transport aérien au Cameroun de 2011 à 2013

Saviez-vous que 17742 vols en 2013? Comparé à 2012, c’est un croissance de 16,3%. Ce type de chiffre au Cameroun c’est plutôt rare. Du coup, je dis merci à l’Autorité aéronautique civile du Cameroon pour le contenu de son dernier bulletin. On y trouve assez de datails sur les types de vol pour chaque aéroport du pays. Je vous invite à consulter le document ici-bas pour plus de détails:

Je ne saurais sortir de ce post sans interpeller les gars du code et/ou les data journalists. Ca vous dirait pas de vous servir de ces données pour des visualisations plus jolies?

Edouard TAMBA